Pouvons-nous prédire le cancer du sein ?

Un nouveau test génétique peut prédire le développement du cancer du sein jusqu'à onze ans à l'avance. Il permet de déterminer le risque, et d'agir en conséquence des années avant que la maladie ne se présente.

Les médecins effectuent souvent des tests à l’aide de machines ou d’un autre matériel afin de faire tel ou tel diagnostic sur les malades. Il peut aussi s’agir de programmes informatiques capables d’évaluer les probabilités et les possibilités qu’une personne puisse souffrir d’un cancer, que ce soit à cause de la génétique ou des habitudes du patient concerné.

Et bien que les spécialistes jugent que ce type de pratiques n’est pas utile pour tous les cas, il a été découvert qu’il pourrait l’être par contre en ce qui concerne le cancer du sein, par exemple. Il faut savoir que ce moyen permet de le détecter assez tôt et de le guérir, ou du moins, d’arrêter sa progression.

Mais ce qu’on pourrait dire à l’heure actuelle, c’est qu’en plus de pouvoir prédire ce type de cancer, il serait désormais possible de le savoir au moins 10 ou 11 ans à l’avance, ce qui pourrait être déterminant pour identifier les risques présents bien avant l’apparition de la maladie !

Comment est-il possible de prédire le cancer du sein ?

Un groupe de scientifiques britanniques vient de réussir à développer un test génétique qui pourrait très certainement arriver à prédire le développement du cancer du sein.

 Cellules-cancereuses

L’objectif de cette étude était de trouver les facteurs du climat et de certaines habitudes (fumer, abus d’alcool, hormones), sur les modifications génétiques qui se produisent et qui sont en grande partie responsables de ce type de cancer.

Une experte en oncologie a donné une explication concernant les principaux points de cette étude, qui s’ajoute à d’autres tests aidant à prédire (dans la génétique familiale) ces risques. Ces systèmes donnent néanmoins les estimations du risque tout au long de la vie, mais sont incapables de prédire le temps exact qu’il va prendre à se matérialiser.

Les points importants de l’étude

Les échantillons

Les agents cancérigènes systémiques affectent toutes les cellules de l’organisme. Pour obtenir l’ADN d’une personne, il faut procéder à un échantillon de sang. Les globules blancs contiennent le même ADN que toutes les autres cellules de la personne, ce qui fait que les analyses génétiques pour le cancer héréditaire peuvent se faire  grâce à un échantillon de sang normal.

La découverte

Certains scientifiques ont découvert un tableau biologique concernant la méthylation du gène ATM. Ce tableau dispose d’une grande capacité pour prédire le risque de développer le cancer plusieurs années avant de faire un diagnostic.

Les indicateurs biologiques

Grâce au processus de méthylation, il a été possible de remarquer un indicateur biologique d’expositions nocives et des facteurs qui peuvent être extrêmement cancérigènes, comme l’âge avancé par exemple, les radiations ionisantes, l’abus d’alcool et de tabac, ainsi que les particules d’hydrocarbures.

Combien de temps avant ?

On dit qu’il est possible de le prédire entre 1 mois jusqu’à 11 ans en avance, ce qui fait qu’une personne avec un risque élevé de gène ATM hypermethylé aurait de plus grands risques de développer un cancer durant les prochaines années.

Les conclusions scientifiques

Il est capital de procéder à d’autres études pour avoir un diagnostic certain et totalement fiable, car il est toujours possible que certaines personnes ayant les mêmes données présentes dans l’étude ne puissent jamais développer cette maladie.

Les perspectives de commercialisation

Il est très probable que la mise en service de ce test ne soit pas pour tout de suite et que cela mettra du temps pour que cela soit possible, bien que les études réalisées aient déjà démontré son efficacité.