Prise de médicaments par le nez : une voie d’administration efficace

· 21 mars 2019
La prise de médicaments par voie nasale permet une administration au niveau des muqueuses du nez pour une action locale ou vers les voies respiratoires pour une action plus générale.

La prise de médicaments par le nez est une méthode courante car simple En outre, elle présente plus d’avantages que d’autres voies d’administration.

L’absorption d’un médicament inhalé s’avère facilitée car il va directement dans les poumons et la muqueuse nasale, réduisant ainsi les effets secondaires. La dose médicamenteuse est également plus faible dans la mesure où son passage vers le reste du corps est quasiment nul.

Cette voie d’administration s’emploie donc de plus en plus pour de nombreux médicaments.

La voie nasale : une alternative pour prendre ses médicaments

prise de médicaments par le nez

De nombreux vaisseaux sanguins se situent dans la muqueuse nasale. L’application directe d’un médicament sous forme de gouttes nasales agira donc localement. Si, au contraire, on recherche un effet général dans les voies respiratoires, il est possible d’utiliser un aérosol contenant des microparticules du médicament.

En outre, certains malades ne peuvent pas utiliser la voie orale pour la prise de médicaments. On peut citer, par exemple, les personnes âgées ayant du mal à avaler, les personnes atteintes de dysphagie liée au stress, les bébés risquant de s’étouffer, etc.

Lorsqu’un patient ne peut pas inspirer normalement (par exemple, insuffisance respiratoire ou enfant dont les poumons ne sont pas totalement développés), l’emploi de vaporisateurs médicamenteux et d’un masque permet d’inhaler passivement et sans effort.

À voir aussi : Remèdes au laurier pour améliorer votre santé respiratoire

Quels types de médicaments s’administrent par le nez ?

Différentes familles de médicaments se prennent par voie nasale. Vous découvrirez ci-dessous la liste des médicaments les plus utilisés ainsi que les maladies contre lesquelles ils sont prescrits.

  • Stéroïdes : il s’agit plus précisément de la catégorie des stéroïdes intranasaux. Ils sont recommandés pour le traitement des rhinites et rhinosinusites allergiques. Leur efficacité est très élevée, même dans les cas difficiles où la maladie, déjà diagnostiquée, est devenue chronique.
  • Antihistaminiques : ils bloquent la libération d’histamine, substance clé dans le développement de réactions allergiques. Ils se présentent généralement sous formes d‘aérosols libérant leurs substances dans la muqueuse nasale. La rhinite allergique se traite à l’aide d’antihistaminiques. Ils s’emploient parfois pour soulager d’autres types de rhinites car ce sont des vasodilatateurs. Ces médicaments peuvent s’associer à d’autres corticoïdes par voie nasale pour obtenir de meilleurs résultats.
  • Alpha-bloquants : ce sont les fameux décongestionnants nasaux. Ils s’utilisent pendant une courte période, quelques jours seulement, pour éviter l’effet de rebond de la congestion. Celui-ci se définit par un affaiblissement des vaisseaux sanguins du nez entraînant une rhinite médicamenteuse.

Lisez également : Remèdes maison pour la rhinite allergique

Comment prendre des médicaments par le nez ?

prise de médicaments par le nez

Le procédé est très simple et ne nécessite pas de préparation préalable. Le patient devrait s’assoir afin de favoriser l’hyperextension du cou vers l’arrière, mais il n’y a pas d’autres recommandations particulières.

Le malade doit tout d’abord avoir une bonne hygiène des fosses nasales. Ceci évite le dépôt de germes sur la muqueuse. On met ensuite l’embout nasal dans la narine. Il faut veiller à ne pas toucher la paroi des fosses nasales. Il est préférable de viser la ligne médiane du nez afin d’économiser le traitement.

L’étape suivante consiste à libérer une dose de médicament tout en respirant par la bouche. On évite ainsi le réflexe d’éternuement et le médicament reste à l’endroit idéal. N’oublions pas que la partie arrière de la narine s’appelle le rhinopharynx. Cette région correspond à la partie supérieure des voies respiratoires.

Le médicament peut tomber dans la gorge si on ne respire pas correctement par la bouche lorsque le cou est étiré. Enfin, la personne doit rester dans cette position pendant quelques minutes. Cela favorise en effet l’absorption du médicament.

Si le patient tousse après l’application de gouttes nasales, il est recommandé qu’il se redresse. Ceci est normal, surtout lors des premières applications. Mais si la toux s’aggrave et que d’autres symptômes respiratoires tels qu’une sensation d’essoufflement (dyspnée), difficulté à respirer, etc, apparaissent, il peut s’agir d’une réaction allergique.

Il faut dans ce cas se rendre aux urgences pour se faire examiner par un médecin. Celui-ci peut être amené à prescrire un corticoïde pour réduire le rétrécissement de la voie. L’option de passer des tests d’allergie aux médicaments est aussi à envisager. Il s’agit cependant d’une réaction d’hypersensibilité dans la grande majorité des cas.

 

  • Bitter, C., Suter-Zimmermann, K., & Surber, C. (2011). Nasal drug delivery in humans. In Topical Applications and the Mucosa. https://doi.org/10.1159/000321044
  • Türker, S., Onur, E., & Özer, Y. (2004). Nasal route and drug delivery systems. Pharmacy World and Science. https://doi.org/10.1023/B:PHAR.0000026823.82950.ff
  • Illum, L. (2002). Nasal drug delivery: New developments and strategies. Drug Discovery Today. https://doi.org/10.1016/S1359-6446(02)02529-1