Puis-je tomber enceinte en cas d’aménorrhée ?

18 octobre 2020
Les menstruations indiquent que le stade de l'ovulation est terminé. C'est pourquoi, leur absence inquiète de nombreuses femmes. Qu'est-ce que l'aménorrhée ? Puis-je tomber enceinte en cas d'aménorrhée ? Voici les réponses à ces questions.

L’absence de menstruations est une source d’inquiétude pour certaines femmes car elle est associée à l’infertilité. Par conséquent, bon nombre d’entre elles se demandent si elles peuvent tomber enceinte en cas d’aménorrhée. Nous vous expliquons davantage dans cet article.

Tout d’abord, il est important de rappeler que, tous les mois, les femmes traversent une période d’ovulation durant laquelle peut avoir lieu la fécondation en cas de rapports sexuels. La fin de cette période est marquée par les menstruations. Il s’agit de l’expulsion des couches superficielles de l’endomètre.

Qu’est-ce que l’aménorrhée ?

Une définition simple de l’aménorrhée est l’absence de menstruations. Néanmoins, c’est l’une des principales raisons de consultation gynécologique et obstétricienne car elle suscite une profonde inquiétude chez les femmes qui en souffrent.

Dans la plupart des cas, la présence d’aménorrhée est un indicateur que l’ovulation n’a pas eu lieu pendant ce mois. C’est pourquoi, elle est facilement associée à l’infertilité. Cependant, ce symptôme n’est pas toujours le résultat d’une pathologie.

L’absence de cycle menstruel a lieu dans certains états physiologiques, tels que la petite enfance, la grossesse, l’allaitement, la périménopause et la ménopause.

Douleurs menstruelles chez une adolescente.

“Les premiers cycles menstruels qui surviennent à l’adolescence sont irréguliers.”

Types d’aménorrhée et principales causes

Etant donné que les femmes traversent des périodes de menstruations durant la majeure partie de leur vie, les spécialistes ont décidé de classifier l’aménorrhée en deux types. Ils se basent sur l’âge d’apparition des symptômes et présentent des causes distinctes.

Lisez également : Aménorrhée hypothalamique : quelles sont les causes ?

Aménorrhée primaire

Il s’agit de l’absence des premières menstruations chez les jeunes femmes qui ont atteint l’âge de 16 ans avec une croissance normale et des caractéristiques sexuelles secondaires. Cependant, si à l’âge de 13 ans, il n’y a pas encore de poils pubiens ou de premières règles, l’aménorrhée peut être soupçonnée.

Chez les jeunes adolescentes, la plupart des causes d’aménorrhée primaire sont dues à la présence de malformations congénitales ou d’altérations génétiques. A ce propos, parmi les causes les plus communes, nous pouvons citer les suivantes :

Aménorrhée secondaire

Lorsque nous parlons d’aménorrhée secondaire, nous faisons référence à l’absence des menstruations pendant au moins 3 mois, chez les femmes qui présentaient des cycles réguliers auparavant. Ainsi, la majorité de celles qui en souffrent ont entre 25 et 35 ans.

La principale cause de ce phénomène est la grossesse car la femme n’ovule pas pendant toute la période de gestation. Toutefois, l’aménorrhée peut également être occasionnée par l’allaitement, la ménopause et l’usage de pilules contraceptives. Il existe aussi certains facteurs prédisposants comme l’obésité, le stress, l’anxiété et l’exercice intense.

Lorsque la cause de l’aménorrhée n’est pas physiologique, elle peut être la conséquence d’une maladie acquise. Autrement dit, la variante secondaire peut être causée par certaines des pathologies suivantes:

  • Syndrome des ovaires polykystiques.
  • Pathologies de la thyroïde : hypothyroïdisme et hyperthyroïdisme.
  • Tumeur hypophysaire ou hypothalamique sécrétant de la prolactine.
  • Médicaments de traitement pour la schizophrénie ou la psychose.
  • Insuffisance ovarienne prématurée.

Puis-je tomber enceinte en cas d’absence de menstruations ?

Maintenant que vous savez en quoi consiste l’aménorrhée, que vous connaissez ses types et ses causes, il est temps de répondre à la question suivante : puis-je tomber enceinte en cas d’aménorrhée ? La réponse dépendra du type de trouble et de sa cause.

Dans le cas d’une aménorrhée primaire, lorsqu’elle est due à une malformation congénitale ou un hymen imperforé, vous pouvez tomber enceinte. L’ovulation se déroule normalement mais le sang n’est pas expulsé. La chirurgie est généralement la solution à ce problème.

D’autre part, quand l’aménorrhée primaire est causée par une dysgénésie gonadique, comme le syndrome de Turner, il est impossible de parvenir à une grossesse de manière naturelle. Cependant, il existe la possibilité de le faire par insémination artificielle avec un don d’ovules.

Lorsque nous parlons d’aménorrhée secondaire occasionnée par des médicaments ou un facteur prédisposant, il suffit d’éliminer la cause pour réguler les cycles menstruels et parvenir ainsi à la conception.

Par ailleurs, si elle est secondaire au syndrome des ovaires polykystiques ou à une maladie thyroïdienne, il est beaucoup plus difficile, mais pas impossible, de tomber enceinte. Dans ce cas, il est conseillé de maintenir un contrôle médical constant et de traiter la pathologie.

Enfin, lorsque l’aménorrhée est le résultat d’une tumeur productrice de prolactine, il faut prendre en compte plusieurs facteurs. Par exemple, la grossesse ne sera possible que s’il s’agit d’un microadénome ou d’une petite tumeur. De plus, il faudra commencer le traitement médical respectif accompagné d’un contrôle adéquat.

Consultation gynécologique.

“L’aménorrhée nécessite une consultation spécialisée pour en résoudre la cause.”

Découvrez aussi : Comment calculer la période de fertilité ?

L’absence de menstruations n’empêche pas toujours la grossesse

La présence d’aménorrhée n’est pas toujours un indicateur d’infertilité. Même si la conception sera un peu plus difficile, dans la plupart des cas, il suffira de mettre en place un traitement approprié et d’avoir un contrôle médical régulier.

En outre, lors des troubles qui altèrent la conception naturelle, tels que le syndrome de Turner, il est toujours possible de procéder à une insémination artificielle. Les avancées médicales ainsi que les options chirurgicales actuelles permettent d’améliorer le pronostic de pathologies jusqu’alors non traitées.

  • Sepúlveda Agudelo J, Alarcón Nivia M, Jaimes Carvajal H. Amenorrea Primaria. Revista Colombiana de Obstetricia y Ginecología. 2009;60(1):57-67.
  • Young J. Amenorrea. EMC – Ginecología-Obstetricia. 2018;54(1):1-15.
  • Hernández Valencia M, Zárate A. Amenorrea y trastornos de la menstruación. Acta Médica Grupo Ángeles. 2006;4(3):197-201.
  • Sir-Petermann T, Ladrón de Guevara A, Villarroel A, Preisler J, Echiburú B, Recabarren S. Síndrome de ovario poliquístico y embarazo. Revista Médica de Chile. 2012;140( 7 ):919-925.
  • Tejerizo-López L, Sánchez-Sánchez M, García-Robles R, Tejerizo-García A, Leiva A, Morán E et al. Prolactinoma y embarazo. Clínica e Investigación en Ginecología y Obstetricia. 2001;28(8):317-331.
  • Enciso, Francisco Berumen, Lázaro Pavía Crespo, and José Castillo Acuña. “Classification and nomenclature of menstrual alterations.” Ginecologia y obstetricia de Mexico 75.10 (2007): 641-651.
  • Ross, Juana Himilce Baral, Nélida Orozco Hechavarría, and Eliecer Prades Hung. “Síndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser o agenesia de útero y vagina en una paciente joven.” MediSan 22.07 (2018): 552-558.
  • Vilanova Fernández, S., et al. “Himen imperforado: una revisión de diez años.” Revista Pediatría de Atención Primaria 5.20 (2003): 563-570.
  • de Bernal, Matilde. “Prolactina.” Revista Colombiana de Endocrinología, Diabetes & Metabolismo 12.1 (2018): 38-45.
  • Campi, Josué Joel Baldospin, et al. “Manejo multidisciplinario en el diagnóstico de los microadenoma hipofisiarios.” RECIMUNDO 3.2 (2019): 1110-1129.