Quand et comment commencer un régime d'élimination ?

Nous allons vous montrer en quoi consiste un régime d'élimination et comment il peut être mis en place pour détecter des intolérances à des groupes d'aliments ou à des nutriments. Vous connaîtrez également ses risques.
Quand et comment commencer un régime d'élimination ?

Dernière mise à jour : 24 mai, 2022

Le régime d’élimination est mis en place pour détecter les intolérances alimentaires. Il existe une série de tests sur le marché qui promettent d’analyser l’existence de ces troubles, mais la vérité est qu’ils ne sont pas fiables.

Ils n’ont aucune preuve pour les étayer. Pour cette raison, à de nombreuses reprises, il n’y a pas d’autre choix que de retirer un certain aliment de la recommandation pour voir s’il y a une amélioration.

Avant de commencer, il faut savoir qu’il existe des intolérances alimentaires qui sont passagères. Cela signifie que le corps perd la capacité de digérer ou d’absorber un certain nutriment pendant un certain temps. Une modification ou une intervention spécifique peut même être effectuée pour améliorer les symptômes et accélérer le processus.

Comment fonctionne un régime d’élimination ?

Quand on parle de régime d’élimination, on fait référence à un régime très restrictif qui n’est ni durable ni sain à moyen terme. Il doit être mis en pratique pendant une période n’excédant pas 3 semaines.

Sinon, de graves déficits nutritionnels pourraient être ressentis. Certains d’entre eux pourraient conditionner le bon apport d’oxygène dans le sang, comme c’est le cas de l’anémie. Ceci est démontré par une recherche publiée dans la revue The Medical Clinics of North America.

La première chose à faire sur le régime d’élimination est d’éviter les groupes d’aliments qui peuvent être responsables de provoquer des intolérances. Ceux-ci comprennent les agrumes, les noix, les légumineuses, les aliments contenant du gluten, les produits laitiers, les œufs et les épices. Pendant deux semaines, un schéma à base de fruits, de légumes non solanacés, de blé et de riz va se consolider.

Cette partie est la plus compliquée. En fait, on parle d’un régime qui implique un apport insuffisant en protéines, ce qui peut conditionner l’état de masse maigre. Selon une étude publiée dans les Annals of Nutrition & Metabolism, il est nécessaire de consommer au moins 0,8 gramme de protéines par kilo de poids corporel et par jour pour que l’organisme fonctionne correctement.

Après deux semaines, les groupes d’aliments suspects sont introduits un par un et l’attention est portée sur les symptômes. Des troubles intestinaux, des maux de tête ou même une dermatite peuvent se manifester.

Les noix sont retirées du régime d'élimination.
Les noix font partie des aliments restreints dans ce plan, au moins pendant 2 semaines.

Est-il sécuritaire de faire un régime d’élimination ?

Le régime d’élimination est appliqué lorsqu’il existe des problèmes de type intestinal et dont l’origine est inconnue. On suppose que la cause est un aliment, ou un groupe d’entre eux, dans le pire des cas.

Le but est donc de le détecter pour le supprimer. Cependant, l’application de cette méthode comporte ses risques, comme nous l’avons mentionné. L’apport insuffisant de nutriments entraînera des inefficacités dans les mécanismes physiologiques.

Gardez à l’esprit que de nombreux symptômes intestinaux sont causés par des problèmes de microbiote. Pour cette raison, cela peut être une alternative pour essayer d’améliorer sa composition, au lieu de subir différents types de régimes alimentaires qui peuvent nuire à la santé. Une procédure appropriée serait une supplémentation en probiotiques.

Selon une étude publiée dans la revue Critical Reviews in Food Science and Nutrition, ces micro-organismes pourraient aider à réduire les symptômes de l’intolérance au lactose, entre autres. En fait, de nombreux problèmes digestifs et intestinaux sont conditionnés par la dysbiose. Pour ce faire, une intervention directe devrait être menée pour rétablir l’équilibre en interne.

Lisez aussi : Allergie aux acariens

Côlon irritable et intolérances

Avant de conclure, il est important de noter que bon nombre des problèmes digestifs peuvent être causés par la genèse de pathologies inflammatoires de type intestinal. Un exemple est le syndrome du côlon irritable.

Cela peut entraîner l’apparition d’intolérances plus tard, mais la cause serait bien cette maladie auto-immune. Par conséquent, la solution ne résiderait pas dans la restriction totale des groupes d’aliments, mais dans une approche qui réduit les niveaux inflammatoires.

Or, on ignore encore beaucoup de ces problèmes de santé. Ils sont considérés comme chroniques et n’ont pas de remède.

Ils ne peuvent être gérés que par la nutrition, l’administration de probiotiques étant également positive. Même dans certaines situations, il suffirait de limiter l’apport en fibres pour ressentir des améliorations.

Le microbiote intestinal cause des problèmes.
Le microbiote étant de plus en plus connu, de nombreux traitements visent à le modifier pour réduire les symptômes digestifs.

Attention au régime d’élimination

Le régime d’éviction est très restrictif en nutriments essentiels, il n’est donc pas soutenable à moyen terme. C’est une approche qui peut aider à localiser une intolérance, mais elle ne doit pas non plus supposer la solution au problème.

Avant d’entreprendre une démarche de ce type, il est conseillé de consulter un spécialiste. Il existe d’autres alternatives qui peuvent être mises en place pour écarter des pathologies.

De bonnes habitudes alimentaires sont capables de corriger les problèmes. Il est bon de s’assurer de la présence d’aliments fermentés dans la ligne directrice de façon régulière et d’assurer une consommation d’au moins 25 grammes de fibres chaque jour.

Cela pourrait vous intéresser ...
Régime climatarien : en quoi consiste-t-il ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Régime climatarien : en quoi consiste-t-il ?

Le régime climatique favorise une alimentation respectueuse de l'environnement. On vous explique tout sur ce sujet.



  • Massey A. C. (1992). Microcytic anemia. Differential diagnosis and management of iron deficiency anemia. The Medical clinics of North America76(3), 549–566. https://doi.org/10.1016/s0025-7125(16)30339-x
  • Richter, M., Baerlocher, K., Bauer, J. M., Elmadfa, I., Heseker, H., Leschik-Bonnet, E., Stangl, G., Volkert, D., Stehle, P., & on behalf of the German Nutrition Society (DGE) (2019). Revised Reference Values for the Intake of Protein. Annals of nutrition & metabolism74(3), 242–250. https://doi.org/10.1159/000499374
  • Oak, S. J., & Jha, R. (2019). The effects of probiotics in lactose intolerance: A systematic review. Critical reviews in food science and nutrition59(11), 1675–1683. https://doi.org/10.1080/10408398.2018.1425977