Le microbiote dans l'autisme

Certaines études pointent du doigt l'influence du microbiote dans l'autisme. Il existe une relation entre le cerveau et l'intestin qui aiderait à expliquer certains symptômes des troubles du spectre autistique.
Le microbiote dans l'autisme

Dernière mise à jour : 06 novembre, 2021

Bien qu’il s’agisse d’une maladie associée à des troubles neurologiques, le microbiote de l’autisme est altéré.En effet, la plupart des personnes autistes souffrent de problèmes gastro-intestinaux et de troubles du système immunitaire. Dans cet article, vous découvrirez comment la flore intestinale est liée à ce trouble.

Le microbiote intestinal

Les enfants autistes ont une composition microbienne intestinale différente de celle des autres nourrissons. La composition du microbiote intestinal est différente dans l’estomac, l’intestin grêle et le côlon.

Ainsi, les milliers d’espèces microbiennes – bactéries, virus et certains champignons – qui l’habitent constituent le principal système de protection du tractus gastro-intestinal. Le microbiote participe au bon fonctionnement de l’organisme de différentes manières :

  • Le microbiote établit une barrière intestinale qui sélectionne le passage de différentes substances, empêchant les espèces pathogènes de la traverser.
  • Il fait mûrir le système immunitaire en stimulant l’immunité innée et acquise.
  • Il veille à la synthèse et au métabolisme des nutriments, des hormones et des vitamines, et à l’élimination des substances toxiques.

Les changements dans la composition bactérienne de ce microbiote sont influencés par l’alimentation, l’utilisation d’antibiotiques, le mode de vie et la génétique. Des études récentes suggèrent qu’il pourrait y avoir une relation entre les altérations de la flore et certains troubles psychiatriques, comme l’autisme, la schizophrénie et la maladie de Parkinson.

La connexion cerveau-intestin

La dysbiose est l’altération de la composition bactérienne intestinale qui conduit à la production et à la propagation du sang lipopolysaccharidique (LSP), une endotoxine pro-inflammatoire. Cette molécule influence la modulation du système nerveux central, contrôlant les émotions.

Il existe une connexion bidirectionnelle entre le système nerveux central et l’intestin. Les neurones peuvent modifier la composition microbienne de la flore intestinale et altérer la perméabilité intestinale. De cette façon, le cerveau influence directement le microbiote intestinal.

D’autre part, il existe des publications qui montrent que ce microbiote contrôle les activités du système nerveux central. Une étude publiée dans la revue Brain, Behavior and Immunity a examiné la façon dont la bactérie Campylobacter jejuni augmentait l’état d’anxiété des souris.

Les effets du microbiote.
La connexion entre le cerveau et l’intestin explique l’influence du microbiote intestinal dans l’autisme.

Le trouble du spectre autistique (TSA)

Ce trouble englobe un ensemble de changements neurologiques caractérisés par un comportement restreint et répétitif, ainsi qu’un déficit d’interaction sociale et de communication.

Les personnes autistes sont souvent traitées avec des antibiotiques pour traiter d’autres affections sous-jacentes, telles que l’otite moyenne chronique. Cela affecte le microbiote intestinal protecteur et facilite la colonisation des bactéries productrices de neurotoxines.

De plus, de nombreux enfants autistes souffrent de problèmes gastro-intestinaux, tels que les maladies inflammatoires de l’intestin (MICI). Ces problèmes se manifestent par les symptômes suivants :

  • Diarrhée
  • Constipation
  • Douleur abdominale
  • Vomissements
  • Problèmes de sommeil
  • Irritabilité

Les microorganismes du microbiote dans l’autisme

Clostridium

Les clostridies se trouvent en concentration plus élevée chez les patients atteints de TSA. Beaucoup de ces bactéries sont bénéfiques et font partie d’un microbiote intestinal sain. Cependant, il existe des espèces pathogènes, telles que C. tetani et C. perfrigens, qui produisent des toxines et provoquent des maladies graves chez l’homme.

Dans une étude publiée sur Journal of Child Neurology, des enfants atteints d’autisme régressif ont été traités avec de la vancomycine, et une amélioration des symptômes gastro-intestinaux et du comportement neurologique a été observée chez la plupart d’entre eux. Cela met en évidence l’influence du microbiote dans l’autisme et sa possible modification.

Sutterella

Cette bactérie a été trouvée dans des biopsies prélevées sur la muqueuse du tractus gastro-intestinal et dans les selles d’enfants atteints de TSA. Sutterella est considérée comme le principal composant du microbiote des enfants autistes, car on le trouve à peine chez les autres personnes.

Desulfovibrio, Lactobacillus et Bifidobacterium

Les espèces Desulfovibrio sont liées aux symptômes les plus graves de l’autisme. Elles produisent de l’acide propionique, qui semble être associé à la pathogenèse des TSA.

Enfin, on trouve également des lactobacilles à des concentrations plus élevées chez les patients atteints de TSA. Quant aux bifidobactéries, elles sont présentes en moins grande quantité que la normale.

L'étude sur le microbiote.
Des études récentes établissent un lien entre les modifications du microbiote intestinal et certains troubles du système nerveux central.

Les traitements des altérations du microbiote dans l’autisme

Le microbiote semble jouer un rôle important dans la physiopathologie des TSA. Les traitements reposent sur des modifications de la composition bactérienne. Ils sont destinés à rétablir l’équilibre, afin de ne pas altérer le système nerveux. Parmi les options testées, figurent les suivantes :

  • Probiotiques. Les probiotiques ont la capacité de normaliser le microbiote et les problèmes intestinaux. Ils sont utilisés comme alternative pour traiter les symptômes gastro-intestinaux et l’autisme.
  • Transplantation du microbiote fécal. Par cette procédure, le microbiote fécal est transféré d’une personne saine à un patient souffrant de dysbiose. Elle est réalisée pour traiter les cas de maladie inflammatoire de l’intestin, et améliore les symptômes de la constipation.
  • Régime alimentaire. Les enfants autistes ont des problèmes d’alimentation. Ces enfants mangent moins de fruits, de légumes et de protéines. Par conséquent, une amélioration de leur alimentation pourrait contribuer à la santé de leur microbiote intestinal.
  • Antibiotiques. Malgré le fait que ces composés produisent des altérations du microbiote, des médicaments spécifiques ont été testés, comme la vancomycine ou la minocycline.

Le microbiote dans l’autisme : un domaine de recherche

L’influence du microbiote intestinal chez les enfants autistes semble bien fondée. Dans tous les cas, il est indispensable de poursuivre les recherches. Si un de vos enfants est atteint de TSA, vous devriez consulter des spécialistes dans le domaine pour choisir la meilleure approche.

Cela pourrait vous intéresser ...
Recommandations pour l’utilisation de suppléments chez les personnes âgées
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Recommandations pour l’utilisation de suppléments chez les personnes âgées

L'utilisation de suppléments chez les personnes âgées peut contribuer au bien-être. Quels sont les plus recommandés et comment les utiliser ? Conti...



  • Ding, H.T., Taur, Y. and Walkup, J.T. Gut microbiota and autism: key concepts and findings. J. Autism. Dev. Discord. (2017) 47 (2): 480-489.
  • Mangiola, F. et al. Gut microbiota in autism and mood disorders. World J. Gastroenterol. (2016) 22(1); 361-368.
  • Zhang, M., Ma, W.,Zhang, J. et al. Analysis of gut microbiota profiles and microbe-disease associations in children with autism spectrum disorders in China. Sci. Rep. (2018) 8, 13981.
  • Li. Q., Han, Y., Dy. A., and Hagerman, R.J. The gut microbiota and autism spectrum disorders. Front. Cell. Neurosci. (2017) 11:120.
  • Bezawada, N.,  Phang, T.H., Hold, G.L., and Hansen, R. Autism spectrum disorder and the gut microbiota in children: a systematic review. Ann. Nutr. Metab. (2020) 24: 1-14.
  • Mulak, Agata, and Bruno Bonaz. “Brain-gut-microbiota axis in Parkinson’s disease.” World Journal of Gastroenterology: WJG 21.37 (2015): 10609.