Que faire si mon enfant n’est pas d’accord avec moi ?

11 mai 2019
Que votre enfant ne soit pas d'accord avec vous ne signifie pas qu'il ne vous aime pas. Cela indique plutôt qu’il est en train de mûrir physiquement, émotionnellement et intellectuellement. Poursuivez votre lecture pour savoir ce que vous pouvez faire dans un tel cas.

Il est probable, si vous lisez cet article, que vous vous soyez déjà demandé ce que vous pouviez faire lorsque votre enfant n’est pas d’accord avec vous. Peut être repensez-vous à l’époque où il était petit et qu’il vous donnait raison presque tout le temps. Les enfants mûrissent cependant physiquement, émotionnellement et intellectuellement en grandissant. Il est donc normal que surviennent de temps en temps des désaccords.

Les désaccords avec les enfants s’accentuent à la puberté

Soyons réalistes. Quand nous étions jeunes, nous avons vécu la même situation avec nos parents. Pour diverses raisons, nous n’étions pas d’accord avec certains comportements, normes ou décisions qu’ils prenaient. Selon Parra et Oliva (2002), le conflit dans les relations sociales s’accentue lors de la puberté des enfants. Ils soulignent par ailleurs que l’origine du conflit peut résulter de plusieurs causes.

enfant pas d'accord avec sa mère

L’une d’entre elles réside dans la différence entre ce que les parents attendent de leurs enfants et le comportement réel de ces derniersLes différences pourraient également résulter de processus cognitifs critiques par rapport aux normes familiales ou aux modèles parentaux.

La non-conformité des enfants et la communication

Comme vous pouvez le constater, il n’est pas rare que les enfants expriment leur désaccord au sein de la dynamique familiale, ce qui n’est pas nécessairement quelque chose de négatif. Au contraire, le fait que les enfants remettent en cause des décisions ou des points de vue signifie qu’ils développent leurs capacités mentales et leurs propres critères. En d’autres termes, ils mûrissent.

Ce qui peut générer des signes d’alerte est la façon dont les enfants expriment leur mécontentement. Le manque de communication ou de compétences liées à cela est en effet ce qui cause généralement des conflits au sein de la famille. Ce problème s’accentue en l’absence de contexte familial chaleureux et de compréhension.

L’article mentionné préalablement indique que la communication au sein de la famille se détériore et devient plus difficile entre l’enfance et l’adolescencePar conséquent, si nous nous interrogeons sur ce que nous devons faire si notre enfant n’est pas d’accord avec nous, nous devrions penser à améliorer la communication.

Que dois-je faire si mon enfant n’est pas d’accord ?

Selon Gloria Elena Franco, auteur du livre « La communication dans la famille », la communication exige l’oubli de soi pour s’intéresser à l’autre personne. Autrement dit, laisser un instant de côté nos pensées pour écouter et comprendre l’autre personne.

Écoutez attentivement

L’objectif de la communication est en réalité atteint lorsque existe un échange. Cela inclut le fait de connaître la manière de penser, de ressentir ou d’agir d’une personne. Il est donc essentiel d’écouter votre enfant s’il partage ses sentiments. La communication est néanmoins une science qui s’apprend et que nous pouvons améliorer avec la pratique.

comment faire si mon enfant n'est pas d'accord avec moi ?

Évitez de commettre des erreurs dans la communication entre parents et enfants. Par exemple : généraliser, critiquer, crier, maltraiter physiquement ou psychologiquement votre enfant ou simplement ne pas lui prêter attention. Au contraire, écoutez attentivement ce qu’il dit jusqu’à ce qu’il finisse. N’oubliez pas que votre objectif devrait être de savoir ce que votre enfant ressent et pense vraiment. Vous aurez donc besoin de beaucoup de patience et, surtout, de maîtrise de vous-même pour contrôler vos impulsions de juger ou de menacer.

Cet article vous intéressera peut être également : L’importance de savoir écouter

Évitez les réactions excessives

Si vous réagissez de manière excessive, votre enfant décidera probablement de ne plus vous parler pour éviter les disputesVous n’aurez par ailleurs pas l’autorité morale pour lui apprendre à communiquer ou lui demander de se comporter correctement. Si votre enfant n’est pas d’accord avec vous et que vous sentez que vous allez exploser, mettez la conversation en attenteVous ne pouvez en effet traiter le problème efficacement que si vous êtes calme. Le but n’est toutefois pas d’éviter la confrontation, mais de gagner du temps.

Être serein vous permettra de mieux réfléchir à la situation. Méditer vous aidera par ailleurs à comprendre la posture de votre enfant. Vous pourrez ainsi affronter le conflit de manière constructive et parvenir alors à une solution pacifique.

Cet article vous intéressera peut être aussi : Comment établir une bonne relation mère-enfant ?

Commentaires finaux

Il arrive parfois que les parents et les enfants soient en désaccord alors même que la communication est bonne. Ceci est également normal car les enfants ne sont pas une copie de nous-même. Ils disposent de la liberté de choix et de pensée. Vous devez donc être conscient que tout ce qu’ils pensent ne vous plaira pas. De sorte que le respect dans la relation est essentiel.

Être ouvert émotionnellement aidera par ailleurs à résoudre les conflits. Vos enfants s’éloigneront en effet de vous si vous réagissez négativement et imposez les choses. Vous ne pourrez alors pas les conseiller dans leurs décisions. N’oubliez pas que si votre enfant n’est pas d’accord avec vous, cela ne veut pas dire qu’il ne vous aime pas. Il est en outre très probable que vous parveniez à un accord grâce à la communication, au respect et à la compréhension.

 

  • Estévez López, E., Musitu Ochoa, G., & Herrero Olaizola, J. (2005). El rol de la comunicación familiar y del ajuste escolar en la salud mental del adolescente. Salud mental28(4), 81-89.
  • Franco, G. E., & Cuartas, G. E. F. (2001). La comunicación en la familia (Vol. 72). Palabra.
  • Parra Jiménez, Á., & Oliva Delgado, A. (2002). Comunicación y conflicto familiar durante la adolescencia. Anales de psicología18(2), 215-231.