Quelles sont les conséquences de l'onychophagie sur la santé bucco-dentaire ?

Si vous vous rongez les ongles fréquemment, comme une habitude répétitive et compulsive, vous devez savoir qu'il y aura des conséquences pour votre corps. Nous vous parlons ici des effets sur la santé bucco-dentaire.
Quelles sont les conséquences de l'onychophagie sur la santé bucco-dentaire ?

Dernière mise à jour : 14 août, 2021

Le fait de se ronger les ongles de manière compulsive n’entraîne pas seulement des problèmes esthétiques pour les mains. L’onychophagie a également des conséquences sur la santé bucco-dentaire.

L’habitude de mettre ses doigts dans la bouche est souvent une action inconsciente. Cela indique bien souvent un conflit émotionnel ou un comportement imité.

Ce problème peut toucher des personnes de tout âge, mais il est plus fréquent pendant l’enfance et l’adolescence. Bien que chez certaines personnes, il continue à l’âge adulte.

Cette habitude, bien qu’elle puisse sembler inoffensive, peut endommager la bouche. Lisez la suite et découvrez comment.

Qu’est-ce que l’onychophagie ?

L’onychophagie est le nom de l’habitude de se ronger les ongles. Il s’agit d’un comportement compulsif et inconscient dans lequel la personne met ses mains dans sa bouche et mordille la zone située au bout de ses doigts.

Bien que le terme se réfère spécifiquement aux ongles, il désigne également le fait de mordre les tissus mous environnants, c’est-à-dire la peau entourant les ongles.

Une autre façon de désigner ce trouble est de l’appeler onychotillomanie. En réalité, on préfère réserver ce mot à un trouble un peu plus grave, qui consiste à s’arracher les ongles et même à les avaler. Cette pathologie est associée à des troubles psychiatriques tels que le trouble obsessionnel compulsif, la dépression ou le trouble dysmorphique du corps.

L’origine de l’onychophagie a été liée au stress. Face à des situations répétitives d’anxiété qui ne peuvent être résolues de manière adéquate, le geste et l’action serviraient d’anti-stress.

L’hypothèse de la persistance du patient dans les stades oraux du développement psychologique est également avancée. Cela expliquerait la tendance à mettre des choses dans la bouche, y compris des ongles.

Un enfant se rongeant les ongles.
L’onychophagie est fréquente chez les enfants et les adolescents. Cependant, cette habitude peut persister à l’âge adulte.

Problèmes de santé généraux causés par l’onychophagie

L’onychophagie a des conséquences spécifiques sur la santé bucco-dentaire que nous analyserons plus loin, mais nous allons d’abord voir ce qui se passe dans les autres systèmes de l’organisme lorsque cette pratique compulsive existe. Cela va au-delà des troubles psychiatriques associés qui peuvent être présents et qui ont leurs propres signes et symptômes.

Au niveau digestif, l’ingestion des morceaux d’ongles qui se détachent en se rongeant peut modifier le traitement des aliments par l’estomac. La production d’acide gastrique peut augmenter et une dyspepsie, c’est-à-dire une gêne non spécifique dans la zone supérieure de l’abdomen, peut apparaître.

Si nous descendons plus bas dans le tube digestif, on peut également observer des conséquences dans l’intestin grêle. Là, il est possible que les morceaux d’ongles facilitent l’entrée des parasites qui vont se fixer et générer des symptômes divers.

L’onychomycose est une autre conséquence. Il s’agit d’une infection fongique des ongles. Comme ils sont blessés et en contact permanent avec la bouche, augmentant l’humidité ambiante, les champignons auront un environnement favorable pour s’installer.

Il est important de préciser que la mycose des ongles est difficile à traiter et qu’elle nécessite une longue période de laquage et l’utilisation persistante de médicaments. C’est pourquoi il s’agit d’une pathologie qui doit être détectée tôt.

Tout comme l’onychomycose est l’infection fongique des ongles, lorsque les tissus mous entourant la partie dure des doigts sont infectés, on parle de paronychie ou de paniculite. Le fait même de mordre la zone de façon répétée permet aux micro-organismes de pénétrer dans le tissu cellulaire sous-cutané.

Conséquences de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire

Si le système digestif, les ongles eux-mêmes et la peau des doigts sont les zones les plus touchées, l’onychophagie a également des conséquences non négligeables sur la santé buccale. Les dents et le reste des structures de la cavité buccale sont vulnérables.

Rappelons que les mains sont toujours en contact avec des substances étrangères et des agents pathogènes. Ce sont les extrémités que nous utilisons pour interagir avec le monde qui nous entoure au quotidien.

Avec nos mains, nous touchons des virus, des bactéries, des parasites et des saletés que nous portons ensuite à notre bouche par l’habitude de l’onychophagie. Mais ce n’est pas tout. Les surfaces des dents sont également soumises à un stress mécanique qui peut user l’émail et même enflammer les gencives.

Examinons de plus près certaines des conséquences de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire qui peuvent être évitées en réduisant cette habitude.

1. L’onychophagie use prématurément les dents

L’une des conséquences de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire est l’usure de l’émail des dents. Cela est dû au frottement des ongles contre les dents et au frottement des dents entre elles.

En conséquence, l’ongle est coupé et cassé lors de la morsure ; les dents de l’arc supérieur suivent alors leur contrainte mécanique avec celles de l’arc inférieur. Cela conduit à des microtraumatismes répétés.

Les microtraumatismes seront des microfractures et, dans les cas extrêmes, aboutiront à de véritables ruptures de la surface de la dent. Bien qu’il n’y ait pas de rupture à proprement parler, il y aura une usure continue et prématurée.

Les incisives centrales supérieures sont les plus touchées, en raison de leur position et de leur exposition aux habitudes. Ce phénomène est plus évident chez les personnes qui souffrent d’onychophagie en raison du stress et de l’anxiété, car elles ont également tendance à souffrir de bruxisme (serrement et grincement des dents).

2. Augmente le risque de caries

Les caries sont une pathologie répandue dans la bouche. Leur présence s’explique par une hygiène et des soins bucco-dentaires insuffisants, qui entraînent une colonisation bactérienne, responsable de la fermentation des glucides de l’alimentation.

Ce métabolisme produit des acides qui déminéralisent la dent. Alors quelle serait la conséquence de l’onychophagie dans ce cas ? Il s’avère que les bactéries présentes sur les doigts et les ongles augmenteraient la colonisation de la cavité buccale.

Plus il y a de bactéries, plus il y a de fermentation et plus les acides sont capables de déminéraliser les tissus durs de la dent. Par conséquent, le risque de caries augmente.

3. Halitose

L’halitose est le nom technique de la mauvaise haleine. Ses causes sont variées, mais les plus fréquentes sont liées à une mauvaise hygiène buccale et à une colonisation bactérienne. Par conséquent, comme pour la carie dentaire, l’une des conséquences de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire est une mauvaise odeur à l’intérieur de la bouche.

Comme mentionné plus haut, cette pratique compulsive peut faire partie de troubles psychiatriques majeurs, où l’hygiène générale est affectée. Une personne déprimée, par exemple, aura tendance à ne pas prendre soin de son apparence et ne se brossera peut-être pas les dents aussi souvent qu’elle le devrait.

Les bactéries transportées des dents vers la bouche par l’onychophagie contribuent au substrat de l’halitose. Les mains sont en contact avec de multiples agents externes qui favorisent l’entrée de micro-organismes.

4. Infections dans la bouche comme conséquence de l’onychophagie

La bouche possède une flore de micro-organismes qui est normale et nécessaire. En d’autres termes, il existe des bactéries commensales qui habitent normalement la cavité buccale et ne provoquent pas de maladie.

Le contact assidu avec les mains et les agents pathogènes inconnus modifie cet équilibre. Nous avons déjà mentionné que les caries apparaissent à la suite de cet afflux de bactéries, mais d’autres infections sont possibles, également dues à des virus et à des champignons. L’herpès labial, par exemple, peut être contracté par contact direct avec le virus.

L’halitose dont nous avons déjà parlé n’est pas toujours un signe isolé. Parfois, elle est l’expression d’une infection permanente causée par une prolifération bactérienne. Il convient de mentionner ici les maladies parodontales, qui sont une conséquence grave de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire.

Certaines plaies buccales ou aphtes sont liées à une colonisation par des micro-organismes. Il s’agit d’ulcérations très douloureuses et autolimitées qui disparaissent en une semaine environ.

5. Troubles temporomandibulaires

L’articulation temporomandibulaire peut souffrir des effets de l’onychophagie, car le stress mécanique constant de la mastication est capable d’altérer sa fonction. Cela entraîne des douleurs lors de la mastication des aliments et des mouvements anormaux de la mâchoire.

Si l’on ajoute le bruxisme au stress généralisé, le risque de dysfonctionnement articulaire est élevé. Certains patients commencent par souffrir de douleurs aux oreilles, en raison de la proximité de ces structures.

Il est prouvé que les mauvaises habitudes provoquent des troubles temporomandibulaires, il n’est donc pas surprenant d’associer l’onychophagie à cette conséquence sur la santé bucco-dentaire. Le problème est qu’il est non seulement difficile de supprimer l’action répétitive de se ronger les ongles, mais aussi de corriger un dysfonctionnement de cette articulation.

Un homme se tenant la mâchoire.
Les dysfonctionnements de l’articulation de la mâchoire génèrent une douleur qui peut être confondue avec une otalgie, en raison de sa localisation.

Comment éviter les conséquences de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire ?

Si nous voulons éviter les conséquences de l’onychophagie sur la santé bucco-dentaire, nous devons prendre certaines mesures pour réduire cette mauvaise habitude. Celles-ci peuvent être d’un point de vue psychologique ou du point de vue des remèdes maison et naturels pour générer le rejet de l’envie de ronger.

Lorsqu’il y a une altération notable qui affecte la qualité de vie ou qui produit des troubles physiques tels que ceux que nous avons mentionnés, il est prudent de demander un traitement psychologique à un professionnel. Le psychologue utilisera diverses techniques, en fonction de sa formation, pour traiter le problème.

L’état d’anxiété, de dépression ou de stress qui peut être à l’origine de l’onychophagie sera également traité. Cependant, chaque cas est unique et les méthodes seront adaptées à la situation.

De leur côté, les patients eux-mêmes peuvent utiliser des techniques à domicile pour réduire leur envie de se ronger les ongles. La méditation, le yoga, la respiration profonde et toute méthodologie visant à contrôler le stress sont les bienvenus.

Il existe sur le marché des vernis à ongles qui donnent un goût désagréable à l’ongle. Ceci dans le but de décourager l’habitude de les ronger. Il existe également des faux ongles ayant la même fonction.

En dentisterie, la première recommandation est de prendre rendez-vous pour une consultation. Le professionnel de la santé bucco-dentaire sera en mesure de vérifier si des dommages sont déjà présents et d’y remédier, ainsi que de recommander des moyens d’enrayer cette habitude. Si nécessaire, il orientera le cas vers un psychologue.

L’onychophagie a des conséquences sur la bouche et le reste du corps

L’onychophagie semble être un problème mineur lorsque ses conséquences ne sont pas entièrement comprises. L’effet final sur les dents, le système digestif et la peau peut être sous-estimé, mais cela ne fait qu’aggraver le problème.

Si vous vous reconnaissez dans ce que nous avons décrit dans cet article, nous vous recommandons de commencer par une consultation. Cela peut être avec un dentiste, un psychologue ou un médecin. Il est possible qu’il y ait un fond de stress ou d’anxiété qui peut être résolu avec un traitement approprié.

Cela pourrait vous intéresser ...
Stratégies pour que votre enfant arrête de se ronger les ongles
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Stratégies pour que votre enfant arrête de se ronger les ongles

Votre enfant ne cesse de se ronger les ongles et vous ne savez pas comment l’aider à abandonner cette mauvaise habitude ? Lisez cet article.



  • Haneke, Eckart. “Trastornos de autoagresión hacia las uñas.” Dermatol Rev Mex 57.4 (2013): 225-234.
  • Macneal P, Milroy C. Paronychia Drainage. 2020 Nov 29. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan–. PMID: 32644572.
  • Ghanizadeh A. Nail biting; etiology, consequences and management. Iran J Med Sci. 2011 Jun;36(2):73-9. PMID: 23358880; PMCID: PMC3556753.
  • Atsü SS, Güner S, Palulu N, Bulut AC, Kürkçüoğlu I. Oral parafunctions, personality traits, anxiety and their association with signs and symptoms of temporomandibular disorders in the adolescents. Afr Health Sci. 2019 Mar;19(1):1801-1810. doi: 10.4314/ahs.v19i1.57. PMID: 31149011; PMCID: PMC6531963.
  • Guaman Iza, Blanca Omayra. Prevalencia de caries en niños con problema de onicofagia. BS thesis. Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología, 2021.
  • Ojeda Léonard, C., A. Espinoza Rojo, and J. Biotti Picand. “Relación entre onicofagia y manifestaciones clínicas de trastornos temporomandibulares en dentición mixta primera y/o segunda fase: Una revisión narrativa.” Revista clínica de periodoncia, implantología y rehabilitación oral 7.1 (2014): 37-42.
  • Marouane O, Ghorbel M, Nahdi M, Necibi A, Douki N. New Approach to Managing Onychophagia. Case Rep Dent. 2016;2016:5475462. doi: 10.1155/2016/5475462. Epub 2016 Nov 23. PMID: 27994890; PMCID: PMC5141299.
  • Singal A, Daulatabad D. Nail tic disorders: Manifestations, pathogenesis and management. Indian J Dermatol Venereol Leprol. 2017 Jan-Feb;83(1):19-26. doi: 10.4103/0378-6323.184202. PMID: 27320768.
  • Sachan A, Chaturvedi TP. Onychophagia (Nail biting), anxiety, and malocclusion. Indian J Dent Res. 2012 Sep-Oct;23(5):680-2. doi: 10.4103/0970-9290.107399. PMID: 23422619.
  • Chinnasamy A, Ramalingam K, Chopra P, Gopinath V, Bishnoi GP, Chawla G. Chronic nail biting, orthodontic treatment and Enterobacteriaceae in the oral cavity. J Clin Exp Dent. 2019 Dec 1;11(12):e1157-e1162. doi: 10.4317/jced.56059. PMID: 31824597; PMCID: PMC6894907.
  • Baghchechi M, Pelletier JL, Jacob SE. Art of Prevention: The importance of tackling the nail biting habit. Int J Womens Dermatol. 2020 Sep 17. doi: 10.1016/j.ijwd.2020.09.008. Epub ahead of print. PMID: 32964094; PMCID: PMC7497389.