Quels sont les symptômes de la cystite chez les hommes ?

29 juillet 2020
La cystite chez les hommes est accompagnée de changements dans les habitudes de miction, en plus d'une douleur. Comment la reconnaître ? Que faire face aux symptômes ?

La cystite fait référence à l’inflammation de la vessie. S’il est vrai qu’il s’agit d’un trouble fréquent chez les femmes, cela n’empêche pas les hommes d’en souffrir également. Comment la reconnaître ? Ses symptômes ne diffèrent pas beaucoup entre les deux sexes. Il faut cependant être attentif à son évolution.

En général, cette infection touche les hommes entre 15 et 50 ans. Elle n’est généralement pas grave mais est désagréable et cache parfois d’autres maladies. Nous allons dès maintenant vous en dire plus à ce sujet.

Infections urinaires et cystite chez les hommes

L’infection urinaire chez les hommes peut aussi bien toucher les voies urinaires inférieures, et particulièrement la vessie, que les voies supérieures, c’est-à-dire les reins. Avec le terme « cystite », on fait référence à l’infection urinaire de la vessie et des voies urinaires basses.

En général, lorsque l’on utilise le terme de « cystite aiguë simple », on assume que l’infection ne concerne que la vessie et n’affecte pas les autres voies urinaires ou les reins. Il est assez important de le déterminer car cela changera complètement la prise en charge du patient et son pronostic.

Symptômes de la cystite chez les hommes

Chez les hommes, la cystite n’est pas aussi fréquente que chez les femmes en raison de leur urètre anatomiquement plus long, qui entrave le passage des agents pathogènes vers la vessie. Par ailleurs, comme le détaille une publication dans le National Center for Biotechnology Informationcela est également dû aux défenses antibactériennes fournies par le liquide prostatique.

Dans la majorité des cas, il n’y a aucune complication et les symptômes sont similaires à ceux d’une cystite chez la femme. En général, ce sont les suivants :

  • Diysurie : ce terme fait référence à la douleur qui surgit au moment de la miction. Elle peut être perçue comme une sensation de brûlure ou une douleur lancinante.
  • Fréquence urinaire : on lui donne aussi le nom de « pollakiurie », qui se caractérise par l’augmentation du nombre de mictions.
  • Urgence mictionnelle : en d’autres termes, une sensation de besoin urgent d’aller uriner, parce qu’on ne peut pas retenir l’urine.

D’autres symptômes moins fréquents incluent :

  • Douleur suprapubienne.
  • Nycturie, qui est le fait d’uriner davantage la nuit que le jour.
  • Difficulté à produire un jet mictionnel.
  • Hématurie, c’est-à-dire du sang dans l’urine.
Un homme avec une cystite.

Les symptômes de la cystite chez les hommes sont similaires à ceux de la femme. Brûlure en urinant, besoin urgent d’uriner et fréquence urinaire.

Possibles complications de la cystite

Lorsque les symptômes de la cystite chez les hommes sont récurrents ou s’accompagnent de douleurs pelviennes ou périnéales et de fièvre, il faut se dire que l’on est peut-être dans le cas d’une prostatite. Dans ce cas, il faut considérer une consultation auprès d’un spécialiste en urologie.

Par ailleurs, la présence de fièvre, de frissons, de fatigue et de sensibilité sur le flanc ou l’angle costo-vertébral ne sont pas compatibles avec le diagnostic de cystite aiguë simple chez les hommes. Face à ces manifestations cliniques, il est possible que vous soyez face à une pyélonéphrite.

Le diagnostic correct de cystite est fondamental pour suivre un traitement antimicrobien adéquat et ainsi éviter des complications. Le médecin sera celui qui déterminera si les symptômes sont dus à cette infection ou à une autre pathologie.

Cet article peut vous intéresser : Les cystites après les rapports sexuels

Examens diagnostiques

Pour parvenir au diagnostic de cystite chez les hommes, le médecin commencera par faire un interrogatoire minutieux pour connaître les symptômes. De cette façon, il déterminera si d’autres études complémentaires sont nécessaires. Les examens incluent :

  • Analyse d’urineque ce soit au microscope ou par bandelette réactive, à la recherche de pyurie.
  • Culture d’urine : aussi appelée uroculture, avec des données de susceptibilité antibiotique. Une coloration de Gram dans l’urine peut être utile pour guider le choix de la thérapie antibiotique empirique en attendant les résultats de la culture. On observera la présence de bactériurie. En règle générale, lorsque l’on soupçonne une cystite chez les hommes, on réalise toujours ce test. On ne prescrira jamais un traitement antibiotique sans avoir demandé un échantillon d’urine pour une uroculture.
  • Autres examens : on réalisera un examen rectal digital léger si l’on pense à une prostatite aiguë. La découverte d’une prostate œdémateuse et sensible aide à confirmer ce diagnostic alternatif.

Chez les hommes avec une cystite, surtout ceux qui ont des infections urinaires récurrentes causées par la même souche de bactéries, on pensera à la prostatite chronique comme diagnostic.

Une consultation médicale pour une cystite.

Pour confirmer le diagnostic de cystite et écarter d’autres causes possibles, le médecin suggère généralement de passer des examens complémentaires, comme une analyse d’urine.

Facteurs de risque d’infection plus grave

Il existe certaines caractéristiques particulières qui peuvent favoriser le développement d’une infection urinaire compliquée aiguë. C’est pour cette raison que le médecin sera particulièrement attentif avec des patients qui présentent les caractéristiques suivantes :

  • Anomalies des voies urinaires : néphrolithiases, sténoses, stents ou dérivations urinaires.
  • Patients immunocompromis : neutropénie ou infection avancée par VIH.
  • Diabète mellitus mal contrôlé.

Que faire face à des symptômes urinaires ?

Comme nous le disions, le développement d’une cystite chez les hommes en bonne santé de moins de 50 ans – ou qui ne souffrent d’aucun autre trouble – est peu fréquent. Cependant, après cet âge, le risque augmente à cause de l’hypertrophie prostatique que certains hommes peuvent développer.

Face à la présence de symptômes urinaires, il est recommandé de consulter un médecin pour ne pas retarder le diagnostic et pouvoir suivre le bon traitement. On suggère également de réaliser un suivi de l’évolution, avec les résultats de la culture d’urine.

Il sera parfois nécessaire d’évaluer les voies urinaires complètes ainsi que la prostate. Dans ce cas, c’est un spécialiste en néphrologie ou en urologie qui s’en chargera.

Enfin, il convient de mentionner qu’avoir un style de vie sain et boire suffisamment d’eau tous les jours sera essentiel pour prévenir une nouvelle infection de ce genre.

  • Zanella MC, Schoofs F, Huttner B, Huttner A. Infections urinaires basses non associées aux sondes urinaires chez l’homme. Urétrite, cystite et prostatite [Lower urinary tract infections in men. Urethritis, cystitis and prostatitis]. Rev Med Suisse. 2017;13(558):808‐814.
  • Hooton Thomas, Acute simple cystitis in men, retrieved on 10 June 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/acute-simple-cystitis-in-men?search=cistitis%20men&source=search_result&selectedTitle=1~150&usage_type=default&display_rank=1
  • Kasper y col., Principios de medicina interna de Harrison, edición número 19, Editorial McGrawHill.
  • Li R, Leslie SW. Cystitis. [Updated 2020 May 29]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2020 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK482435/
  • Roberts, R. G., & Hartlaub, P. P. (1999, September 1). Evaluation of dysuria in men. American Family Physician.
  • Lee G, Romih R, Zupančič D. Cystitis: from urothelial cell biology to clinical applications. Biomed Res Int. 2014;2014:473536. doi:10.1155/2014/473536
  • Lipsky BA. Prostatitis and urinary tract infection in men: what’s new; what’s true?. Am J Med. 1999;106(3):327‐334. doi:10.1016/s0002-9343(99)00017-0
  • Price TK, Dune T, Hilt EE, et al. The Clinical Urine Culture: Enhanced Techniques Improve Detection of Clinically Relevant Microorganisms. J Clin Microbiol. 2016;54(5):1216‐1222. doi:10.1128/JCM.00044-16