Qu’est-ce que la lipothérapie et à quoi sert-elle ?

25 octobre 2020
Bien que cette technique puisse porter à confusion, la lipothérapie ne cherche pas à faire perdre du poids au patient, mais plutôt à réduire les taux de graisse corporelle. Voyons de quoi il s'agit dans cet article.

La lipothérapie est un traitement qui a été mis au point au début des années 1980 en Italie. Cependant, cette technique s’est améliorée au fil du temps, de sorte qu’elle constitue aujourd’hui une option viable pour réduire localement les graisses sans avoir recours à la chirurgie. Comment est-ce possible ?

Bien qu’elle soit étayée par des études cliniques et que ses effets aient été étudiés, il n’existe pas beaucoup de littérature scientifique sur la lipothérapie. En particulier à long terme.

Les études existantes publiées par Dermatologic Surgery montrent clairement que, selon les composants injectés, cette technique pourrait donner de bons résultats. Toutefois, il faut souligner que d’autres études sont encore nécessaires.

D’autre part, une étude publiée par The European Journal of Aesthetic Medicine and Dermatology assure que cette méthode est efficace et sûr. En principe, on ne signale aucune contre-indication en matière de risque. Il s’agit donc d’une technique actuellement utilisée. Elle est cependant toujours réalisée par des médecins spécialisés.

En quoi consiste la lipothérapie ?

De la graisse dans le bas du ventre.

En premier lieu, c’est le professionnel qui détermine la zone exacte ou le traitement sera appliqué. De plus, c’est lui qui décide si la lipothérapie est appropriée pour le patient.

Cette technique utilise des micro-injections d’ingrédients actifs qui relâchent et dissolvent progressivement les graisses. L’idée est de la réduire en des substances plus petites et moins complexes. De cette manière, ils peuvent être dissous par les mécanismes naturels du corps. Puis, ils sont progressivement et naturellement éliminés par le système lymphatique.

L’objectif de la lipothérapie n’est cependant pas de perdre du poids. Il s’agit plutôt d’agir directement sur les accumulations de graisse qu’on ne peut pas éliminer d’une autre manière. Une fois les injections appliquées, et toujours après l’approbation du médecin, le patient doit faire des exercices et suivre une alimentation équilibrée afin de faciliter la dissolution et l’élimination des graisses.

Lisez aussi : 5 astuces pour perdre de la graisse

Combien de séances de lipothérapie sont nécessaires ?

Le nombre de séances dépend de chaque patient. De plus, les zones à traiter et la quantité de graisse accumulée doivent être prises en compte. Cependant, en moyenne, entre trois et cinq séances sont généralement prescrites.

Ces facteurs mais aussi le profil métabolique du patient déterminent le temps nécessaire pour voir les premiers résultats esthétiques. Si le traitement touche de grandes zones du corps, par exemple le bas ventre, plusieurs séances seront nécessaires. Cependant, dans les zones plus petites, telles que le double menton, les résultats sont généralement visibles dans les mois qui suivent la séance.

Les effets secondaires

Les effets secondaires sont minimes par rapport à la liposuccion. Cependant, il en existe. Les voici :

  • Des gonflements et des ecchymoses. En effet, lors des injections, une réaction cutanée peut se produire. Selon la sensibilité de chaque patient, les ecchymoses seront plus ou moins importantes.
  • Des douleurs. Logiquement, les piqûres des injections peuvent provoquer des douleurs. Cependant, c’est une douleur localisée. Elle sera généralement moins intense lors des séances suivantes.

Dans le cas des femmes, les experts recommandent de ne pas faire le traitement juste avant ou après les règles. En effet, cela peut créer une plus grande sensation de gêne.

Alors, est-ce un traitement sûr ?

Bien que ses effets à long terme ne soient pas encore complètement connus car il s’agit d’un processus relativement «nouveau», la lipothérapie est considérée comme une procédure cosmétique sûre. Les produits utilisés contiennent une combinaison d’enzymes, de vitamines et de très faibles doses de médicaments.

Malgré cela, comme dans tout traitement, des réactions allergiques aux médicaments sont possibles. Pour cette raison, les patients doivent informer le spécialiste s’ils ont des allergies connues à d’autres médicaments ou s’ils souffrent de troubles métaboliques.

Vous pourriez également être intéressé par : Clés pour réduire le surpoids à travers l’alimentation

Quelle partie du corps traite-t-on par lipothérapie ?

Une femme qui a de la cellulite.

Ce traitement esthétique s’utilise pour éliminer les graisses accumulées des zones corporelles suivantes :

  • Les cuisses et hanches.
  • L’abdomen supérieur et inférieur.
  • Les bras et les avant-bras.
  • Le dos.
  • Le double menton et le cou.
  • Les genoux et les jambes.

Un traitement de lipothérapie peut également aider à traiter les problèmes suivants :

  • La pseudogynécomastie. Il s’agit de l’élargissement des glandes mammaires dû à l’accumulation de graisse chez les hommes obèses.
  • La cellulite. L’utilisation de cette technique pour le traitement de la cellulite peut être plus gênante. On réduit généralement la gêne en appliquant une crème anesthésique avant les injections.
  • La rétraction de la peau.
  • La déformations de l’apparence de la peau après une liposuccion.

À certaines occasions, les chirurgiens plasticiens utilisent également la lipothérapie pour mobiliser les graisses lors de la liposuccion.

Quand pouvez-vous ensuite reprendre une activité normale ?

En fonction de la zone du corps traitée, les patients reprennent généralement une activité normale immédiatement après la séance de traitement. Bien sûr, c’est quelque chose que le professionnel en charge de la procédure vous indiquera.

Cependant, lorsque le traitement concerne la zone du visage, un gonflement peu apparaître. Dans ce cas, le patient devra donc probablement rester à la maison pendant trois à quatre jours. Le délai normal de douleur et de gonflement est d’une semaine. Néanmoins, dans certains cas, l’inflammation peut durer plus longtemps.

  • Carvajal, C. (2015). Tejido adiposo y obesidad. Medicina Legal de Costa Rica.
  • Miguelsanz, J. P., Parra, W. C., Moreiras, G. V., & Garaulet, M. (2010). Distribución regional de la grasa corporal. Uso de técnicas de imagen como herramienta de diagnóstico nutricional. Nutricion Hospitalaria. https://doi.org/10.3305/nh.2010.25.2.4406
  • Arriagada S., J. (2016). Buenas prácticas en cirugía estética: algunas consideraciones desde la bioética. Revista Médica Clínica Las Condes. https://doi.org/10.1016/j.rmclc.2016.01.014
  • Nassab, R. (2015). The evidence behind noninvasive body contouring devices. Aesthetic Surgery Journal. https://doi.org/10.1093/asj/sju063
  • ROTUNDA, A.M. and KOLODNEY, M.S. (2006), Mesotherapy and Phosphatidylcholine Injections: Historical Clarification and Review. Dermatologic Surgery, 32: 465-480. doi:10.1111/j.1524-4725.2006.32100.x