Qu'est-ce que la lombalgie aiguë ?

La lombalgie aiguë est un signe clinique fréquent, puisque 80 % des personnes en souffrent au moins une fois dans leur vie. Les causes sont presque toujours inconnues. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.
Qu'est-ce que la lombalgie aiguë ?

Dernière mise à jour : 14 septembre, 2022

Le terme lombalgie désigne une douleur localisée dans le bas du dos, au niveau de la colonne vertébrale, des ligaments, des muscles et des nerfs de la région. Ce n’est pas une maladie ou un diagnostic en soi, mais plutôt un symptôme d’un autre processus sous-jacent.

Comme l’indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la lombalgie est la première cause d’invalidité dans le monde. Les troubles musculo-squelettiques représentent également la plus forte proportion de maladies douloureuses persistantes, dépassés seulement par le cancer.

Plus de 70 % des personnes souffrent de maux de dos à un moment donné de leur vie. Par conséquent, nous sommes confrontés à un symptôme assez courant dans le domaine médical. Aujourd’hui, nous vous disons tout ce que vous devez savoir sur la lombalgie aiguë car, à un moment donné, vous devrez sans doute y faire face.

Les causes possibles de la lombalgie aiguë

La lombalgie aiguë est une douleur sporadique qui apparaît dans la région lombaire, généralement accompagnée d’une irradiation de l’inconfort vers d’autres zones proches. C’est souvent un symptôme qui se résout naturellement ; en effet, ce n’est que dans 7 % des cas que l’inconfort devient chronique.

Cependant, on estime que 70 à 80 % de la population en souffrira à un moment donné. De plus, 75 % des personnes qui en ont fait l’expérience auront de nouveau le symptôme – au moins une fois – au cours des dix années suivantes.

Certains portails répertorient les causes possibles de la lombalgie aiguë. Ce sont les suivantes :

  • Fractures de compression de la colonne vertébrale dues à l’ostéoporose, c’est-à-dire une diminution progressive de la densité osseuse
  • Cancer impliquant la colonne vertébrale
  • Muscles très tendus
  • Hernie discale
  • Sciatique
  • Infections et autres maladies

En général, 90 % des cas de lombalgie aiguë peuvent être attribués à des causes vertébrales et paravertébrales, ce qui rend difficile un diagnostic précis. Quoi qu’il en soit, pour la tranquillité d’esprit de chacun, elles ne s’accompagnent presque jamais de déséquilibres structurels. Elles se résolvent même d’elles-mêmes avec le temps.

Seulement 3 à 5 % des lombalgies sont imputables à une pathologie sous-jacente grave.

Femme qui souffre de lombalgie.
La lombalgie est une douleur qui se situe dans le bas du dos. Dans la plupart des cas, elle se résout sans complications.



Les manifestations cliniques courantes de la lombalgie aiguë

Parler de symptômes de lombalgie aiguë est techniquement incorrect, car cette affection est elle-même le symptôme d’un autre processus sous-jacent. Dans tous les cas, certaines manifestations cliniques permettent de reconnaître la maladie. Ce sont les suivantes :

  • Douleur mécanique dans 90% des cas. C’est-à-dire un inconfort qui se manifeste dans certaines postures et lors des efforts.
  • Douleur irradiée. L’inconfort est ressenti en toussant, en déféquant, en riant ou en parlant fort.
  • Douleur non mécanique. Une douleur très gênante et persistante qui augmente tout au long de la nuit. Elle peut même réveiller la personne atteinte, l’empêchant alors de se reposer.
  • L’inconfort se propage à la jambe, à la hanche ou à la plante du pied.

Quand consulter un médecin ?

Certains signes avant-coureurs accompagnent les lombalgies aiguës lorsqu’il existe des complications possibles. Dans ces cas, il faut consulter un médecin de toute urgence. En particulier, si la mobilité est réduite, s’il y a amaigrissement, fièvre ou douleurs dans d’autres articulations.

De même, il est recommandé de consulter en cas d’antécédent de traumatisme violent, de sensation de malaise, de difformité évidente ou de perte drastique de force musculaire. Enfin, si la douleur persiste au fil des semaines et ne s’améliore pas, une visite chez un professionnel est plus qu’indiquée.

Traitements et recommandations

La lombalgie aiguë est attaquée sur plusieurs fronts. Parmi les traitements, figurent l’utilisation de corticostéroïdes, d’analgésiques, de relaxants musculaires et une assistance en physiothérapie. Pendant le traitement, il est important que le patient apprenne à gérer la douleur à la maison. Voici quelques conseils faciles à suivre :

  • Suspendre les activités physiques normales pendant les premiers jours
  • Appliquer de la chaleur ou de la glace sur la zone où la douleur est ressentie
  • Prendre des analgésiques en vente libre, comme l’ibuprofène, pour aider à soulager la douleur

L’une des idées reçues les plus répandues sur la lombalgie aiguë est que le patient doit rester au lit. Rien n’est plus éloigné de la réalité. À moins que la douleur ne soit insupportable, il est recommandé que, après les premiers jours, le patient s’engage dans des exercices aérobiques et une thérapie physique.

Mal de dos au travail.
Pour éviter les complications, il est recommandé de suspendre les activités normales dans les premiers jours de douleur.



Que retenir sur la lombalgie aiguë ?

La lombalgie aiguë est l’une des affections les plus courantes chez l’homme. Bien qu’elle soit bénigne et se résolve d’elle-même la plupart du temps, il est nécessaire de prendre certaines précautions en compte pour éviter les complications.

D’autre part, il faut considérer qu’elle est souvent le symptôme d’une maladie sous-jacente. Ainsi, si elle s’accompagne d’autres manifestations cliniques, il est préférable de consulter un médecin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les médicaments contre la lombalgie
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les médicaments contre la lombalgie

Découvrez ici quels sont les médicaments contre la lombalgie les plus courants, ainsi que les autres mesures et traitements utilisés.