Qu'est-ce que la thérapie Orthokine et comment fonctionne-t-elle ?

La thérapie Orthokine est une alternative très intéressante pour traiter les symptômes associés aux blessures ou à l'arthrite. Cependant, certains scientifiques considèrent que cette méthode doit être appliquée avec prudence.
Qu'est-ce que la thérapie Orthokine et comment fonctionne-t-elle ?

Dernière mise à jour : 26 septembre, 2021

La thérapie Orthokine est une méthode innovante pour lutter contre la douleur et l’inflammation résultant de blessures aux muscles et aux tendons ou de l’arthrose. Elle est apparue il y a un peu plus de 10 ans et c’est une technique biologique très bien tolérée par les patients.

La thérapie Orthokine utilise un sérum riche en anti-inflammatoires naturels. Celui-ci est obtenu à partir du sang du patient-même et ne génère donc pas de rejets, d’effets secondaires ni d’interactions avec d’autres médicaments.

Le sérum est administré par injection directe dans la zone touchée. Il a été établi que l’efficacité de la thérapie Orthokine est supérieure à celle d’autres types de procédures non chirurgicales. Elle est classée comme un traitement « orthopédique moléculaire ».

Comment fonctionne la thérapie Orthokine ?

La première étape de la thérapie Orthokine consiste à prélever un échantillon de sang du patient. Celui-ci est placé dans un incubateur pour une durée de six à huit heures. L’objectif est de stimuler les globules blancs qui sont responsables de la production de protéines anti-inflammatoires.

Ensuite, une centrifugation du sang est effectuée et, ainsi, un sérum acellulaire est obtenu. Ce sérum possède des propriétés anti-inflammatoires et contient des facteurs de croissance. Cette substance doit être injectée dans la zone touchée.

Puisqu’il contient des niveaux élevés d’anti-inflammatoires naturels, le sérum agit en inhibant l’irritation des racines nerveuses, l’inflammation et les blessures aux tendons ou aux muscles. Le sérum restant est congelé pour les administrations suivantes.

Il est recommandé de procéder à une infiltration hebdomadaire pendant une durée comprise entre quatre et six semaines. Dans tous les cas, un traitement continu pendant plus de huit semaines n’est pas recommandé. L’amélioration est ressentie dès la première séance.

Le virus VIH a été complètement éliminé du sang d'un patient britannique.
La thérapie Orthokine est une méthode biologique pour soulager la douleur et l’inflammation.

Dans quelles conditions est-elle utilisée ?

La thérapie orthokine est souvent utilisée pour traiter les cas d’arthrose. Cette maladie provoque des modifications dégénératives des articulations et une inflammation chronique. La technique est efficace, en particulier lorsqu’elle est appliquée au genou.

Elle est également utilisé pour traiter d’autres conditions. Par exemple :

  • Déchirure chronique du tendon ou du ligament qui ne répond pas aux autres thérapies
  • Maladies professionnelles associées à une surcharge du système musculo-squelettique
  • Blessures au cartilage articulaire
  • Hernies ou blessures aux tendons
  • Maux de dos dus à une inflammation des racines nerveuses
  • Douleur discogène
  • Maladie dégénérative de la colonne vertébrale
  • Arthrite ou arthrose dégénérative, légère à modérée

Quels bienfaits ont été constatés ?

La thérapie Orthokine s’est avérée plus efficace que d’autres techniques. L’un des aspects les plus importants est que l’effet de récupération dure plus longtemps que celui d’autres thérapies. Dans certains cas, les améliorations durent jusqu’à deux ou trois ans.



Les autres avantages de cette thérapie sont les suivants :

  • L’effet antalgique est prononcé et à moyen ou long terme.
  • Elle arrête le processus inflammatoire chronique pendant des périodes considérables.
  • Elleaide à restaurer la mobilité et à étendre l’amplitude de mouvement des articulations.
  • C’est une technique naturelle et régénératrice.

On estime que le traitement par orthokine est efficace dans jusqu’à 75 % des cas d’arthrose. Et ce, notamment lorsque le traitement est appliqué au genou et à la hanche.



Effets secondaires et risques possibles

L’effet secondaire le plus courant du traitement par Orthokine est un gonflement et des ecchymoses à l’endroit de l’injection. Un engourdissement temporaire peut également se développer à la suite de l’utilisation de l’anesthésique.

Des protéines appelées cytokines sont libérées en cas d’infection, de blessure ou d’allergie. Lorsqu’elles passent dans le sang, elles activent la réponse inflammatoire. S’il y a des lésions articulaires, cela contribue au processus de réparation des tissus.

Dans certains cas, il est préférable de laisser l’inflammation des articulations suivre son cours. Si le processus inflammatoire est arrêté, la réponse immunitaire naturelle est également supprimée, ce qui peut entraîner une accélération du processus arthritique.

C’est pourquoi certains approuvent les avantages de la thérapie Orthokine, mais recommandent de l’appliquer avec prudence. Quoi qu’il en soit, elle n’entrave ni n’inhibe les propres fonctions de guérison du corps.

L'arthrite dans les mains.
Bien que la thérapie Orthokine soit généralement très efficace, elle peut également avoir des effets secondaires, tels que l’enflure.

La thérapie par orthokine, une solution généralement efficace

La thérapie par orthokine est considérée comme un moyen sûr et efficace de restaurer la fonction articulaire. Combinée à un bon programme de rééducation, elle évite dans de nombreux cas le recours à la chirurgie.

Cependant, comme pour toute thérapie, il est important d’évaluer s’il s’agit de la meilleure option selon le cas. De plus, l’efficacité de la thérapie Orthokine dépendra également de la capacité du patient à suivre les soins post-traitement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Régime pour l’inflammation
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Régime pour l’inflammation

Suivre un régime pour l'inflammation est l'un des piliers pour la prévention et le traitement de différentes maladies. Découvrez-en plus ici.



  • Beltran-Alacreu, H., Navarro-Fernandez, G., San Juan-Burgueño, J., Gonzalez-Sanchez, J. A., Lerma-Lara, S., Rodriguez-Lopez, O., & Muñoz-García, D. (2019). Fiabilidad intra e interevaluador de un sensor inercial para el rango de movimiento de la rodilla en sujetos asintomáticos. Fisioterapia, 41(3), 123-130.
  • Hausser Et. Al., R. (2011). Ligament Injury and Healing: An Overview Of Current Clinical Concepts. Journal of Prolotherapy. https://www.journalofprolotherapy.com/pdfs/issue_12/issue_12_07_ligament_healing.pdf.
  • Rodríguez Barrios, P. Medicina regenerativa en enfermedades músculo-esqueléticas, terapias actuales y visiones de futuro: una revisión sistemática.
  • Ortop Traumatol Rehabil. 2020 Apr 30;22(2):107-119. Evaluation of the Effectiveness of Orthokine Therapy: Retrospective Analysis of 1000 Cases. doi: 10.5604/01.3001.0014.1167.