Qu'est-ce que la torsion ovarienne et comment est-elle traitée ?

La torsion ovarienne est rare, mais elle représente une urgence médicale. Un diagnostic rapide est nécessaire pour préserver la fonction des organes.
Qu'est-ce que la torsion ovarienne et comment est-elle traitée ?
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 17 novembre, 2022

La torsion ovarienne se produit lorsque l’un des deux ovaires se tord sur les ligaments qui le maintiennent en place. Cette torsion provoque une interruption du flux sanguin vers l’organe et même vers la trompe de Fallope, avec pour conséquence une diminution de l’oxygénation des tissus.

Le principal symptôme de la torsion ovarienne est une douleur abdominale basse et pelvienne sévère, des vomissements précédés de nausées, des saignements utérins anormaux et parfois de la fièvre. Elle est plus fréquente du côté droit, car l’ovaire gauche est maintenu dans une position stable par l’intestin.

Il s’agit d’une urgence médicale : la torsion ovarienne nécessite une attention immédiate. Sa résolution est uniquement chirurgicale. C’est pourquoi il faut savoir la reconnaître dans le temps.

Comment se présente la torsion ovarienne ?

Dans la torsion ovarienne, la douleur a tendance à être soudaine et intense. Toutefois, elle peut être intermittente et due à des périodes alternées de torsion et de détorsion de l’organe.

La torsion ovarienne n’est jamais sans douleur.

La douleur se manifeste généralement dans la région abdominale et pelvienne inférieure, et du côté de l’ovaire affecté. De plus, elle peut provoquer des vomissements précédés de nausées, de fièvre et de saignements utérins anormaux.

Si la torsion ovarienne est maintenue au fil du temps, elle peut entraîner la mort des tissus en raison d’un manque d’oxygène (ischémie et nécrose ultérieure), ce qui entraînera une perte de tissu ovarien et de sa fonction. Rarement, il peut y avoir infection et l’infection se propagera à travers l’abdomen.

Le diagnostic est important, car les symptômes peuvent être confondus avec d’autres conditions :

  • Appendicite
  • Caillots dans les reins
  • Infection urinaire
  • Gastro-entérite
Douleur de torsion ovarienne.
La douleur pelvienne due à la torsion ovarienne est sévère et représente le principal signe de la maladie.



[/atomik -lu-aussi ]

L’épidémiologie

La torsion ovarienne est plus fréquente entre la deuxième et la quatrième décennie de vie. Elle n’apparaît généralement pas avant la puberté ou après la ménopause.

Les causes

Bien qu’il n’y ait pas de cause spécifique, il existe des facteurs de risque associés. La présence d’un kyste, d’une tumeur, d’un abcès dans l’ovaire et la trompe de Fallope ou d’une autre masse dans le tissu ovarien peut augmenter le risque de torsion ovarienne. Le poids supplémentaire fait que l’organe peut tourner sur lui-même et ses ligaments de soutien.

Jusqu’à 80 % des cas présentent un kyste ou une masse ovarienne qui peut mesurer plus de 5 cm. Parfois, en plus de l’ovaire, la trompe de Fallope dans son ensemble peut également se tordre.

Cette torsion peut également être due au fait que le ligament qui relie l’ovaire à l’utérus est plus lâche que la normale, ce qui facilite les mouvements. L’ovulation induite dans la thérapie de procréation assistée, le syndrome des ovaires polykystiques, l’hormonothérapie substitutive et la grossesse est associée à une plus grande laxité ligamentaire.

Des charges hormonales élevées peuvent détendre les tissus, les rendant plus sujets à la torsion ligamentaire.

Parce qu’il y a une obstruction à la circulation sanguine, la torsion ovarienne est une urgence médicale. Un antécédent de ligature des trompes est également un facteur de risque.



[/atomik -lu-aussi ]

Le diagnostic

Le diagnostic de torsion ovarienne commence par une histoire et un examen physique. Dans les études d’imagerie, l’échographie vaginale et abdominale est utilisée.

Si la pathologie n’est pas évidente, une tomodensitométrie ou une résonance magnétique nucléaire peut être indiquée. De plus, une hématologie complète est demandée pour évaluer la présence d’une éventuelle infection.

Le diagnostic définitif de la torsion ovarienne est sa visualisation chirurgicale.

Le traitement est la chirurgie

La seule méthode de diagnostic définitif et de traitement est la chirurgie. Cependant, avant cela, une approche visant à réduire la douleur et les nausées peut être indiquée.

Les antalgiques suivants sont préférés :

  • Acétaminophène
  • Ibuprofène
  • Naproxène
  • Opioïdes, en cas de douleur plus intense

La chirurgie doit être pratiquée le plus tôt possible pour éviter une ischémie tissulaire et une nécrose. La procédure de torsion ovarienne peut se faire par laparoscopie (chirurgie endoscopique) ou par laparotomie (chirurgie ouverte).

Pendant la chirurgie, l’ovaire est visualisé pour déterminer s’il a un débit sanguin suffisant. Si des signes d’ischémie apparaissent, l’ovaire entier doit être retiré. Parfois, en plus de l’ablation de l’ovaire, l’ablation de la trompe de Fallope du même côté est nécessaire.

Dans les cas où il n’y a pas d’atteinte tissulaire, il suffit de détordre l’ovaire et d’évaluer le flux sanguin vers celui-ci. Dans la période postopératoire, des doses élevées de contraceptifs sont indiquées pour réduire le risque de récidive.

Contraceptifs après torsion ovarienne.
Les contraceptifs hormonaux réduiraient la récidive de la maladie, c’est pourquoi ils sont indiqués chez les femmes après une intervention chirurgicale.

La torsion ovarienne nécessite une action immédiate

La torsion ovarienne est une entité très rare, mais c’est une cause à envisager en cas de douleurs abdominales brutales chez la femme. Notamment chez la femme en âge de procréer.

Il s’agit d’une urgence médicale, car elle peut entraîner une ischémie et une nécrose du tissu ovarien, avec sa perte ultérieure. Cependant, il est important de noter qu’en cas de perte d’un ovaire, la fertilité ne sera pas affectée, puisque l’autre ovaire est capable de subvenir aux besoins.



  • American College of Obstetricians and Gynecologists Committee. Adnexal torsion in adolescents: ACOG Committee Opinion No, 783. Obstet Gynecol. 2019;134(2):e56-e63.
  • Huang C, Hong M, Ding D. A review of ovary torsion. Ci Ji Yi Xue Za Zhi. 20017;29(3). Disponible en https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28974907/.
  • Lasso C, et al. Torsión ovárica. Evolución del ovario necrótico tras detorsión laparoscópica. Cir Pediatr 2014;27. Disponible en https://secipe.org/coldata/upload/revista/2014_27-1_26-30.pdf.
  • Sasaki KJ, Miller CE. Adnexal torsion: review of the literature. J Minim Invasive Gynecol. 2014;21(2):196-202.
  • Wang Z, Zhang D, Zhang H, et al. Characteristics of the patients with adnexal torsion and outcomes of different surgical procedures: a retrospective study. Medicine. 2019;98(5):e14321.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.