Qu'est-ce que l'ablation de l'endomètre et dans but est-elle pratiquée ?

L'ablation de l'endomètre est une intervention sûre qui est efficace dans la plupart des cas. Elle peut réduire la fertilité et rendre la grossesse très risquée, voire irréalisable.
Qu'est-ce que l'ablation de l'endomètre et dans but est-elle pratiquée ?

Dernière mise à jour : 06 juillet, 2021

L’ablation de l’endomètre est une procédure chirurgicale dont l’objectif est de retirer l’endomètre. Il s’agit d’une paroi de l’utérus qui, dans des conditions normales, sert à nourrir le foetus en cas de fécondation.

Lors de chaque cycle menstruel, l’endomètre s’épaissit sous l’action des hormones oestrogènes et de la progestérone. Si la fécondation n’a pas lieu, l’endomètre, ainsi que le sang et la muqueuse, deviennent le flux menstruel qui est expulsé pendant les règles.

L’objectif de l’ablation endométriale est de minimiser le flux menstruel lorsqu’il est excessif et prolongé. Cette procédure peut se réaliser dans un cabinet médical ou une salle d’opération.

A quel moment l’ablation de l’endomètre est-elle recommandée ?

Une femme qui a des douleurs dans la zone génitale.

“L’ablation de l’endomètre est réalisée en cas de règles abondantes, prolongées ou de saignements entre les menstruations.”

En général, l’ablation endométriale se pratique quand une femme présente des ménorragiesIl s’agit d’une condition dans laquelle les règles sont très abondantes, prolongées ou que des saignements surviennent entre les menstruations. Dans les cas les plus graves, cela empêche d’effectuer les activités quotidiennes et entraîne une anémie.

On considère que les saignements sont excessifs lorsque la femme doit changer ses protections périodiques (serviettes ou tampons) toutes les heures. De plus, les règles sont longues si elles durent plus de sept jours. L’une des solutions à ce problème est l’ablation de l’endomètre.

Cependant, cette procédure n’est pas souhaitable si la femme souhaite vivre une grossesse future. En effet, elle peut affecter la fécondation. Bien souvent, elle conduit à une fausse couche ou une grossesse à haut risque.

L’ablation endométriale n’est pas non plus recommandée pour les femmes post-ménopausées ou qui présentent l’une de ces difficultés :

  • Infection pelvienne active.
  • Cancer de l’utérus.
  • Certaines anomalies de l’utérus, selon le jugement du médecin.

Préparation préalable

Il est indispensable d’être bien informée avant de subir une ablation endométriale. En général, la femme remplit un formulaire de consentement avant de procéder à l’intervention. Le plus souvent, les actions suivantes sont effectuées avant l’opération :

  • Un test de grossesse. L’opération ne peut avoir lieu en cas de grossesse.
  • Biopsie de l’endomètreCela permet d’exclure la présence d’un cancer de l’utérus.
  • Retrait du dispositif intra-utérin s’il est présent.
  • Amincissement de l’endomètre. L’ablation est plus efficace si la muqueuse est fine. L’endomètre est aminci via des médicaments ou une procédure de dilatation et de curetage.
  • Analyse des options d’anesthésie. Elle peut être locale ou générale en fonction de la procédure à réaliser.

Par ailleurs, dans les jours précédant l’intervention, certains médicaments peuvent être interdits. Parfois, un médicament est prescrit afin de dilater le col de l’utérus environ 8 à 12 heures avant la chirurgie. De plus, il n’est généralement pas possible de boire ou manger 6 à 12 heures avant l’opération.

En quoi consiste l’ablation de l’endomètre ?

Il existe plusieurs techniques pour effectuer l’ablation de l’endomètre. Toutes ont pour objectif de détruire le tissu endométrialParmi elles, nous pouvons citer les suivantes :

  • Electrochirurgie. Cela se fait à l’aide d’un dispositif appelé rectoscope et d’un instrument qui utilise la chaleur.
  • Cryoablation. On utilise une sonde pour appliquer un froid extrême.
  • Liquide chaud. On introduit un liquide salin et chaud dans l’utérus pendant 10 minutes.
  • Ballon thermique. On introduit un ballon dans l’utérus, qui se gonfle et chauffe.
  • Micro-ondes. On insert une sonde qui génère l’énergie des micro-ondes.
  • Radiofréquence. Cette opération est réalisée à l’aide d’un appareil qui émet de l’énergie par radiofréquence.

Les différentes techniques se répartissent en deux grands groupes: les procédures qui utilisent un hystéroscope ou un rectoscope et les autres. En conséquence, l’ablation de l’endomètre s’effectue de la manière suivante.

Etapes initiales pour toutes les techniques

Tout d’abord, la patiente se déshabille et enfile une blouse d’hôpital. Ensuite, on insert une perfusion intraveineuse dans sa main ou son bras. Puis, la femme s’allonge alors dans la même position que pour un examen pelvien.

Le médecin introduit un spéculum pour séparer les parois du vagin et permettre l’exposition du col de l’utérus. Le col utérin est alors nettoyé avec une solution antiseptique. Par la suite, les techniques employées sont légèrement différentes.

Techniques qui utilisent l’hystéroscope ou le rectoscope

Les techniques qui utilisent l’hystéroscope ou le rectoscope sont: l’électrochirurgie, le micro-ondes et le liquide chaud. Dans ces cas, la procédure s’applique de la façon suivante :

  • On applique une anesthésie.
  • Dans certains cas, on insert une sonde urinaire.
  • Parfois, un instrument appelé tenaculum, semblable à un forceps, est utilisé pour maintenir le col de l’utérus en place pendant l’intervention.
  • Un ensemble de tiges est introduit, chacune avec un diamètre supérieur à la précédente, afin d’élargir l’ouverture du col utérin et insérer l’hystéroscope ou le rectoscope.
  • Il arrive que le professionnel introduise une solution liquide ou un gaz pour remplir l’utérus et faciliter la visualisation.
  • Ensuite, l’instrument ou la substance d’ablation est appliqué pour détruire le tissu endométrial.
  • Enfin, tout le liquide est pompé vers l’extérieur puis le professionnel retire les instruments.

Autres techniques

Les autres techniques correspondent à l’ablation endométriale avec le ballon thermique, la cryoablation et la radiofréquence. Dans ce cas, elles se déroulent avec les actions suivantes :

  • La zone est anesthésiée à travers un médicament appliqué en injection locale.
  • On introduit parfois une sonde utérine pour déterminer la longueur de l’utérus et du canal cervical. Elle est ensuite retirée.
  • En fonction des cas, un ballon en silicone, un filet triangulaire d’électrodes ou une sonde produisant des températures très froides, sont insérés.
  • Le tissu endométrial est alors détruit par le liquide chaud du ballon, l’énergie de la radiofréquence ou le froid extrême selon la technique utilisée.
  • Les instruments sont enfin retirés.

La récupération après une ablation de l’endomètre

Une femme qui a mal au ventre.

“L’expulsion de flux sanguin est l’un des symptômes postérieurs à l’intervention.”

Suite à l’intervention, la patiente arrive dans une salle de récupération où elle reste en observation pendant quelques heures. Lorsque les signes vitaux sont stables, elle est autorisée à sortir ou à retourner dans sa chambre, selon le cas.

En général, les symptômes suivants surviennent après une ablation endométriale :

  • Coliques. Elles sont semblables aux crampes menstruelles et durent généralement entre un et deux jours. Elles peuvent s’atténuer avec des analgésiques en vente libre.
  • Flux vaginal. Il y a un écoulement aqueux mélangé à du sang, plus important au début, et de moins en moins abondant. Il dure généralement une à deux semaines.
  • Besoin d’uriner plus fréquemment. Ce symptôme survient au cours des premières 24 heures après la procédure.

Dans la plupart des cas, les activités normales peuvent reprendre après quelques jours. En revanche, il ne faut pas avoir de rapports sexuels, utiliser de tampons ou prendre des douches vaginales pendant les deux ou trois jours suivants. De même, il est préférable de ne pas réaliser d’efforts ou d’activités intenses durant une semaine.

Risques et complications

L’ablation endométriale est une procédure sûre qui présente rarement des complications. Dans des cas très isolés, les conditions suivantes peuvent toutefois apparaître :

  • Perforation de la paroi utérine ou des intestins.
  • Lésions thermiques dans l’utérus ou la paroi intestinale.
  • Oedème pulmonaire. Autrement dit, accumulation de liquide dans les poumons.
  • Embolie pulmonaire : blocage de la circulation sanguin dans le poumon.
  • Déchirure du col de l’utérus.
  • Infection ou saignement.
  • Lésion thermique dans le vagin ou la vulve.
  • Réaction allergique.
  • Echec de l’ablation de l’endomètre. Par conséquent, l’endomètre repousse anormalement après l’opération.

Si l’un des symptômes suivants survient après l’intervention, n’attendez pas avant de consulter un médecin :

  • Fièvres ou frissons.
  • Ecoulement malodorant.
  • Douleur excessive dans la zone.
  • Saignement excessif.
  • Saignement plus de deux jours après la chirurgie.
  • Difficulté pour uriner.

Consulter un médecin pour faire un choix

La grande majorité des femmes cessent d’avoir des menstruations abondantes ou prolongées après l’ablation de l’endomètre. On estime que 30 à 50% d’entre elles n’ont plus du tout leurs règles. Ce phénomène est plus fréquent chez les femmes âgées.

En effet, les femmes plus jeunes risquent de devoir subir une deuxième procédure. Il est primordial de préciser que l’ablation endométriale ne doit pas être réalisée si une grossesse est envisagée. Elle n’est pas non plus judicieuse pour les femmes à risque de développer un cancer de l’utérus.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelles sont les hormones qui influent sur le cycle menstruel ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quelles sont les hormones qui influent sur le cycle menstruel ?

Plusieurs hormones influent sur le cycle menstruel et exécutent des fonctions décisives pour que celui-ci se déroule normalement.



  • Zeferino-Toquero, M., Bañuelos-Flores, J., Maytorena-Córdova, G., Reyna-Amaya, H., & Acevedo-Vega, M. F. (2013). Incidencia de cáncer de endometrio en pacientes con biopsia preoperatoria de hiperplasia endometrial. Ginecología y Obstetricia de México, 81(09), 519-524.
  • Perelmuter, R., & De Marco, L. Implantación ectópica de tejido endometrial normal.
  • Daza, H. O. R., Miranda, Á. D., & Aguilar, L. A. R. (2014). Ablación endometrial: Tipos, técnicas y evidencias de su utilidad. revisión de la literatura. Revista Repertorio de Medicina y Cirugía, 23(2), 102-111.