Qu’est-ce que le Bactroban ?

29 février 2020
Le principe actif du Bactroban, la mupirocine, est un antibiotique obtenu par la fermentation de Pseudomanas fluorescens.

Bactroban est le nom commercial d’une pommade antibiotique dont le principe actif est la mupirocine. Chaque gramme de pommade contient 20 mg de mupirocine, un antibiotique obtenu par la fermentation de Pseudomonas fluorescens. Il s’agit d’une pommade antibiotique qui est active contre la grande majorité des bactéries qui provoquent des infections cutanées.

Comment fonctionne le Bactroban ?

Une souche résistante au Bactroban

Ce médicament exerce son effet en empêchant la synthèse bactérienne des protéines, par l’inhibition de l’enzyme isoleucil-tRNA synthetase.

En raison de son mécanisme d’action et de sa structure chimique, il ne produit pas de résistance croisée avec d’autres antibiotiques. La mupirocine est bactériostatique à des concentrations minimales inhibitrices et bactéricide à des concentrations plus élevées atteintes en application locale.

A quoi sert-il ?

La mupirocine est indiquée pour le traitement des infections cutanées causées par des micro-organismes sensibles. Il est donc indiqué dans le traitement des infections cutanées primaires, telles que la folliculite, l’impétigo ou la forunculose.

Toutefois, on la prescrit également en cas d’apparition d’infections dermatologiques secondaires, telles que la dermatite de contact surinfectée, les plaies infectées, la dermatite atopique et la dermatite eczémateuse, à condition qu’elles soient d’extension limitée.

La mupirocine est un agent antibactérien topique qui présente une activité in vivo contre les espèces de Staphylococcus aureus, S. epidermis et Streptococcus ß-hémolytiques.

Toutefois, in vitro, le spectre de son activité comprend des bactéries telles que :

  • Staphylococcus aureus et Staphylococcus epidermidis.
  • Espèces de Streptococcus
  • Haemophilus influenzae
  • Neisseria gonorrhoeae et Neisseria meningitidis
  • Moraxella catarrhalis
  • Pasteurella multocida

Si on vous a prescrit du Bactroban pour traiter les fissures du mamelon, il est nécessaire de bien laver le mamelon avant de nourrir le bébé.

Découvrez : Comment traiter une plaie infectée ?

Comment utiliser le Bactroban ?

De la pommade Bactroban sur un doigt

On réalise une application de mupirocine 2 à 3 fois par jour pendant 5 à 10 jours, en fonction de la réponse. Si après 3 à 5 jours de traitement, on ne constate aucune amélioration, il est nécessaire de reconsidérer le diagnostic et/ou le traitement.

La première chose à faire est de laver et de sécher la zone à traiter. Appliquez ensuite une petite quantité de pommade et, si nécessaire, recouvrez le tout d’un pansement occlusif ou d’une gaze.

Il ne faut pas la mélanger avec d’autres pommades, car il y a un risque de dilution. Cela entraînerait une diminution de l’activité antibactérienne et donc une possible perte de stabilité de la mupirocine dans la pommade.

Effets indésirables et contre-indications

Les effets indésirables décrits qui peuvent survenir avec le Bactroban se déterminent sur la base de données de sécurité regroupées à partir d’une population d’essais cliniques de 1573 patients traités couvrant 12 études cliniques.

Au niveau de la peau et des tissus sous-cutanées, une brûlure localisée peut se produire sur la zone d’application. Moins fréquemment, des démangeaisons, des érythèmes et des picotements peuvent survenir. On a également signalé des réactions allergiques, dont l’anaphylaxie, l’éruption cutanée généralisée, l’urticaire et l’angio-œdème.

L’utilisation de la mupirocine est contre-indiquée chez les patients ayant des antécédents d’hypersensibilité à ce principe actif et aux autres composants qui apparaissent dans sa formulation.

Si vous êtes enceinte ou pensez l’être, en l’absence d’informations sur le sujet, n’ayez pas recours à la mupirocine. De plus, si vous allaitez, il ne faut pas l’utiliser non plus, car elle peut passer dans le lait et affecter le bébé.

Lisez aussi : Médicaments autorisés pendant la grossesse

Que devez-vous garder à l’esprit ?

En cas de réaction de sensibilisation ou de forte irritation locale lors de l’utilisation de ce médicament, vous devez arrêter le traitement et retirer le produit appliqué. En tant qu’antibiotique à action antibactérienne, l’utilisation prolongée du produit peut entraîner la prolifération d’organismes non sensibles.

Il est peu probable que les patients souffrent de diarrhée pendant le traitement à la mupirocine, car celle-ci est s’administre par voie topique.

Toutefois, si le patient souffre d’une diarrhée prolongée ou importante, ou de crampes abdominales, il faudra interrompre le traitement et consulter un médecin.

Le Bactroban ne doit pas être utilisé lorsqu’il y a des preuves d’insuffisance rénale. En effet, comme il contient du macrogol. La peau lésée peut absorber cette substance, que les reins se chargeront ensuite d’éliminer.

Il faut veiller à ne pas l’utiliser sur de très grandes surfaces de peau. En cas de surdose, il n’y a pas de traitement spécifique. Bien que, si elle se produit, le patient doit recevoir un traitement de soutien et, si nécessaire, un suivi.

Conclusion

On prescrit la mupirocine dans le cadre du traitement des infections cutanées causées par des micro-organismes sensibles. Lors de son utilisation, il faut prendre en compte les recommandations nationales concernant l’utilisation appropriée des antibactériens.

 

  • Potel, C., Álvarez, P., Constenla, L., & Álvarez, M. (2009). Efectividad de la mupirocina frente a Staphylococcus aureus resistente a meticilina aislados en la provincia de Pontevedra. Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica. https://doi.org/10.1016/j.eimc.2008.02.002

  • García, A. M., Villa, M. V., Escudero, M. E., Gómez, P., Vélez, M. M., Múnera, M. I., & Franco, G. (2003). Uso nasal de la mupirocina para Staphylococcus aureus: efecto en portadores y en infecciones nosocomiales. Biomédica. https://doi.org/10.7705/biomedica.v23i2.1209

  • Mônica, T., Dayana Souza, F., Cibele, G., Angélica Gonçalves Silva, B., & Dulce Aparecida, B. (2012). Uso profilático de Mupirocina em cateter venoso central de hemodiálise: revisão sistemática e metanálise. Acta Paulista de Enfermagem.