Qu’est-ce que l’immunité acquise ?

12 septembre 2020
Le système immunitaire est notre meilleur allié pour faire face aux maladies. Il se compose d'un élément inné et d'un élément acquis. Découvrez le fonctionnement de l'immunité acquise.

Le système immunitaire, qu’il soit inné ou acquis, est essentiel pour une santé optimale. En quoi consiste l’immunité acquise ? Comment se renforce-t-elle avec le temps ? Répondre à ces questions est fondamental pour jouir d’un quotidien sans maladies. Dans cet article, nous vous en disons davantage.

Des symptômes tels que les rhumes continus, les fièvres récurrentes et les infections bactériennes à répétition, peuvent indiquer un affaiblissement du système immunitaire. Selon l’American Academy of Asthma, Allergy and Immunology, plus de trois épisodes de sinusite bactérienne ou plus de deux traitements antibiotiques par an indiquent des problèmes immunitaires.

A propos des barrières biologiques…

Le corps humain présente des barrière de défense au-delà du système immunitaire. Elles se divisent en trois types :

  • Première barrière : selon diverses études, la peau est la première barrière de défense face aux éventuels pathogènes. Les lipides et la kératine sont des éléments de sa composition qui font de l’épiderme une véritable barrière de défense face aux virus et aux bactéries
  • Barrières secondaires : lorsque les mécanismes primaires échouent, les neutrophiles et les macrophages (globules blancs) se chargent d’envelopper les agents pathogènes et de les détruire. C’est ce que l’on appelle la phagocytose, et c’est un exemple clair de barrière secondaire
  • Barrières tertiaires : de nombreuses structures produites par les agents pathogènes sont détectées par les lymphocytes T et B, qui les inactivent ou les détruisent de façon efficace

Cette distinction de barrières biologiques est essentielle, puisqu’elle permet de comprendre que, lorsque nous parlons du système immunitaire acquis, nous avons affaire à une barrière biologique tertiaire.

Les barrières biologiques et l'immunité acquise.

Découvrez également : L’alimentation influence-t-elle le système immunitaire ?

Qu’est-ce que l’immunité acquise ?

L’immunité acquise se définit comme un ensemble de cellules et de processus systémiques hautement spécialisés qui éliminent ou évitent les menaces pathogènes. D’après ce volume spécialisé en immunologie, ce système est unique aux vertébrés.

Sa fonction est de reconnaître les germes de manière spécifique afin de pouvoir les combattre plus efficacement et rapidement. Bien que cela semble surprenant, on peut dire que cette barrière biologique possède une mémoire, car la réponse au même pathogène est de plus en plus puissante.

Quels sont les différents éléments de l’immunité acquise?

Les effecteurs de ce système de protection sont les lymphocytes T et B (leucocytes sanguins) qui sont sécrétés, respectivement, dans le thymus et dans la moelle osseuse.

Le système immunitaire acquis ne peut pas agir sans le système immunitaire inné. En effet, comme le signalent diverses sources, ce sont les cellules du système inné qui traitent les antigènes (substances provenant des virus et des bactéries), et les présentent aux lymphocytes afin qu’ils agissent en conséquence.

Pour ne pas trop compliquer les choses, nous limiterons l’importance des lymphocytes aux éléments suivants :

  • Chaque type de lymphocyte possède un récepteur pour chaque antigène présenté par l’agent pathogène
  • Cette information est reproduite dans chaque nouvelle génération de ces cellules et génère un système de défense encore plus efficace face à chaque vague d’infection

Symptômes d’une immunité affaiblie

Comme nous l’avons mentionné au début, il existe divers signes qui déclenchent un doute lorsque le système immunitaire acquis ne fonctionne pas comme il le devrait. Voici quelques symptômes :

  • Plus de deux traitements antibiotiques par an
  • Plus de quatre infections de l’oreille par an
  • Développement de deux pneumonies sur des périodes rapprochées
  • Trois épisodes ou plus de sinusite chronique par an
  • Besoin d’antibiotiques en prévention pour réduire le risque d’infections
  • Développement d’infections graves à partir de pathologies bactériennes communes

Dans ce cas, il est fortement conseillé que le patient subisse un contrôle médical rapide. Les résultats seront traités par un immunologue qui diagnostiquera la raison sous-jacente de cette immunodépression.

Comment renforcer l’immunité acquise ?

Comme nous l’avons vu, le moyen le plus efficace de renforcer cette barrière tertiaire est de l’exposer aux agents pathogènes. Cela ne veut pas dire qu’il faut à tout prix tomber malade. C’est justement à cette fin que les vaccins ont été créés.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, les vaccinations sont des préparations contenant des formes affaiblies ou mortes de micro-organismes nocifs, dont l’objectif est de favoriser la stimulation des anticorps (récepteurs des lymphocytes mentionnés ci-dessus) lorsqu’elles sont introduites dans le corps de l’être humain.

Le système immunitaire acquis réagit face à ces stimulations car il détruit et se souvient des menaces éventuelles présentes dans les vaccins. Même si celles-ci ne représentent pas de danger réel pour le patient. Ainsi, lorsque l’agent pathogène réel se présente, les lymphocytes le reconnaissent immédiatement avant que l’infection ait lieu.

L'immunité acquise et la vaccination.

Pour en savoir davantage : Réponse immunitaire : tout ce qu’il faut savoir

L’immunité acquise : que retenir ?

L’immunité acquise est une barrière biologique tertiaire extrêmement importante car elle nous protège en permanence contre une infinité de pathogènes. Par conséquent, il est fondamental de respecter les calendriers des vaccination dans chaque pays et région.

Les vaccins nous protègent non seulement en favorisant la spécialisation du système immunitaire acquis. De plus, ils génèrent également une immunité collective qui protège les plus faibles et les malades.

 

  • La recurrencia de infecciones puede indicar inmunodeficiencias, AAA. Recogido a 2 de julio en https://www.aaaai.org/conditions-and-treatments/library/immune-deficiencies-library/sp-recurrent-infections-immunodeficiencies.
  • Wertz, P. W., & van den Bergh, B. (1998). The physical, chemical and functional properties of lipids in the skin and other biological barriers. Chemistry and physics of lipids91(2), 85.
  • Barreras biológicas, wikipedia. Recogido a 2 de julio en https://es.wikipedia.org/wiki/Barreras_biol%C3%B3gicas#Barreras_primarias.
  • Prame Kumar K, Nicholls AJ, Wong CHY. Partners in crime: neutrophils and monocytes/macrophages in inflammation and disease. Cell Tissue Res. 2018;371(3):551-565. doi:10.1007/s00441-017-2753-2
  • Janeway Jr, C. A., Travers, P., Walport, M., & Shlomchik, M. J. (2001). The complement system and innate immunity. In Immunobiology: The Immune System in Health and Disease. 5th edition. Garland Science.
  • Alberts B, Johnson A, Lewis J, et al. Molecular Biology of the Cell. 4th edition. New York: Garland Science; 2002. Chapter 24, The Adaptive Immune System. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK21070/
  • Lozano Soto, F., Engel, P., Rodríguez de Córdoba, S., Jaraquemada, D., & Gallart Gallart, M. T. (2012). Introducción al sistema inmunológico, sus principales elementos y la respuesta inmunitaria. Farreras; Rozman. Medicina Interna 17ª ed. Elsevier15, 2453-2488.
  • Luckheeram, R. V., Zhou, R., Verma, A. D., & Xia, B. (2012). CD4+ T cells: differentiation and functions. Clinical and developmental immunology2012.
  • Cano RLE, Lopera HDE. Introduction to T and B lymphocytes. In: Anaya JM, Shoenfeld Y, Rojas-Villarraga A, et al., editors. Autoimmunity: From Bench to Bedside [Internet]. Bogota (Colombia): El Rosario University Press; 2013 Jul 18. Chapter 5. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK459471/