Qu’est-ce qu’un implant cochléaire ?

25 octobre 2019
L'implant cochléaire est un dispositif auquel on a recours pour aider les personnes qui souffrent de difficultés d'audition. Dans cet article, nous vous en disons plus sur ce petit appareil.

L’implant cochléaire est un transducteur. En tant que tel, il se charge de transformer les signaux acoustiques en signaux électriques afin de stimuler le nerf auditif des personnes qui sont atteintes de problèmes d’ouïe.

Ce dispositif est relativement récent dans le monde. Les premiers appareils testés avec succès chez des patients malentendants datent des années 50. L’évolution technologique a permis une amélioration depuis ces années-là jusqu’à aujourd’hui.

Il faut souligner qu’un implant cochléaire n’est pas la même chose qu’un appareil auditif. Le premier s’insère dans le corps à travers une opération chirurgicale. Alors que le sonotone se trouve toujours en dehors de l’organisme et fonctionne différemment aussi.

L’amélioration de la qualité de vie des personnes qui bénéficient de cet appareil est souvent toujours positive. Quoi qu’il en soit, le résultat final est très variable puisqu’il dépend de plusieurs facteurs. Il faut parfois des années d’adaptation pour en tirer le meilleur parti.

La bonne nouvelle concernant l’implant cochléaire, c’est qu’une fois implanté, il ne provoque pas de restrictions majeures dans la vie quotidienne du patient. En effet, la plupart des activités peuvent s’effectuer normalement.

Les différents éléments de l’implant cochléaire

Comme tout appareil, l’implant cochléaire se compose de différentes parties. Dans ce cas, il existe les parties internes et externes en fonction de leur emplacement final : à l’intérieur du corps ou à l’extérieur.

Les éléments externes sont :

  • Microphone : il capte les sons
  • Processeur:  il sélectionne les sons captés par le microphone afin de distinguer les sons utiles et inutiles pour la langage
  • Émetteur : il est responsable de transporter les sons depuis le processeur jusqu’aux parties internes du dispositif

Découvrez aussi : Les dangers potentiels d’une mauvaise utilisation des écouteurs

Les éléments internes sont :

  • Récepteur : cette partie s’implante chirurgicalement dans l’os mastoïdien du crâne, qui se trouve derrière l’oreille. Il reçoit les sons de l’émetteur pour les envoyer aux électrodes
  • Électrodes : elles s’implantent à l’intérieur de l’oreille interne et stimulent directement les cellules nerveuses pour atteindre le nerf auditif avec le signal.
L'implant cochléaire

Comment cela fonctionne ?

Lorsque le microphone capte les sons externes, il les envoie au processeur. A ce moment-là, ils sont traités pour réaliser une distinction entre les sons qui peuvent former le langage et ceux qui ne le peuvent pas. Le son est ensuite numérisé.

Par ailleurs, le son digital possède des caractéristiques propres différentes du son habituel entendu par la personne ayant une audition normale. Ceux qui utilisent des implants cochléaires font souvent référence à un son métallique. Cela rend également difficile la distinction des timbres de voix au début de son utilisation.

Le son numérisé est transmis de la partie externe de l’implant cochléaire vers la partie interne à travers un système de liaison. Une fois à l’intérieur du corps, le récepteur transformera l’information digitale en signal électrique de sorte que, à travers les électrodes, l’oreille interne soit stimulée.

D’autre part, chaque électrode correspond à une fréquence particulière du signal auditif. L’électrode qui est stimulée à chaque instant génère un signal spécifique pour le nerf auditif. Le cerveau recevra alors le signal via le nerf auditif et procurera la sensation de l’audition.

Une femme avec des difficultés d'audition ayant besoin d'un implant cochléaire

Lisez également : Hypoacousie ou surdité : symptômes et traitements

Qui peut recevoir un implant cochléaire ?

Les bénéficiaires éventuels d’un implant cochléaire sont les personnes qui :

  • Souffrent d’hypoacousie sévère dans les deux oreilles : la perte est considérée comme sévère lorsque le patient ne parle pas ou prononce seulement des mots isolés, quand il n’a pas ou peu de contrôle sur sa voix, et quand il ne prononce pas correctement la plupart des phonèmes
  • Ont utilisé des appareils auditifs divers et ont obtenu peu d’avantages avec une perte de la qualité de vie
  • Reconnaissent moins de 50% des phrases dans les tests d’audition
  • Reconnaissent moins de 60% des phrases lors des tests auditifs même avec l’utilisation de sonotones

L’évaluation préalable se réalise par un médecin oto-rhino-laryngologiste. Il s’agit d’un professionnel spécialisé du nez, de la gorge et des oreillesCe dernier fera certainement appel des audiométries, des tomographies et des résonances magnétiques du cerveau et de l’oreille.

Au-delà de ces indications médicales, d’autres conditions doivent être remplies pour que l’implant cochléaire soit réussi. Ces conditions ne sont pas seulement physiologiques, mais également psychologiques.

En effet, il est fondamental que la personne malentendante soit motivée et consciente de ce que signifie l’implant. Il y a tout un processus d’adaptation postérieur qui peut être difficile et qui exige un engagement permanent. Par ailleurs, le son auditif que génère l’implant n’est pas le même que celui capté par une personne ayant une audition normale.

Pour les enfants qui reçoivent l’implant, la participation à des programmes de suivi qui les aident à interpréter les sons est quasiment obligatoire. D’autre part, les adultes qui subissent une intervention chirurgicale doivent être évalués psychologiquement par un personnel spécialisé qui détermine s’ils sont aptes ou non à suivre l’ensemble du processus.

 

  • Manrique, Manuel. « Implantes cocleares. » Acta Otorrinolaringológica Española 53.5 (2002): 305-316.
  • Lenarz T. Cochlear implant – state of the art. GMS Curr Top Otorhinolaryngol Head Neck Surg. 2018;16:Doc04. Published 2018 Feb 19. doi:10.3205/cto000143
  • Manrique, Manuel, et al. « Guía clínica sobre implantes cocleares. » Acta Otorrinolaringológica Española 70.1 (2019): 47-54.
  • Ramos-Macías, Ángel, et al. « Implante coclear. Estado actual y futuro. » Revista Médica Clínica Las Condes 27.6 (2016): 798-807.