Qu’est-ce qu’un sarcome ? Causes et symptômes

25 mai 2020
Un sarcome est un type de cancer. Plus précisément, il s'agit de cancers du tissu conjonctif du corps qui peuvent devenir agressifs. Dans cet article, nous vous expliquons comment ils apparaissent et comment ils sont traités.

Lorsque nous parlons de sarcome, nous évoquons un type de cancer. Il s’agit d’une croissance anormale et maligne de cellules de certains tissus du corps qui se multiplient de manière incontrôlée.

Les tissus à l’origine des sarcomes sont les os ainsi que les fameux tissus mous de l’organisme. Parmi ces tissus mous, nous pouvons citer les graisses, les muscles, le cartilage, les vaisseaux sanguins, entre autres.

Par conséquent, on peut dire qu’un sarcome est un cancer du tissu conjonctif. Ce tissu étendu est également appelé tissu conjonctif ou de soutien. Sa principale caractéristique est qu’il possède une grande quantité de matrice extracellulaire entre les cellules qui le forment.

D’autre part, les sarcomes ne sont pas si fréquents. Parmi tous les cancers qui touchent l’être humain, on estime que moins d’1% sont des sarcomes. Et 2% des décès dus au cancer leur sont attribués.

En outre, bien qu’ils puissent apparaître dans n’importe quelle partie du corps, ils sont plus courants dans les extrémités, aussi bien les jambes que les bras. Ils peuvent également se présenter au sein de la cavité de l’abdomen voire dans la tête.

L’âge d’apparition se situe généralement entre 40 et 70 ans. Certains sont caractéristiques de l’enfance, et les hommes sont souvent plus touchés que les femmes.

Les causes du sarcome

Comme pour de nombreux cancers, il est impossible d’établir une cause spécifique de sa genèse. On suppose qu’un certain nombre de facteurs coïncident, de sorte que la tumeur se développe et que les cellules se décuplent de manière incontrôlée.

Dans le cas des sarcomes, il n’a même pas été possible d’établir des facteurs de risque clairs pour certains types. Ce qui rend la prévention difficile. Des études sont menées dans le monde scientifique afin de parvenir à des conclusions sur ces tumeurs des tissus mous.

Grâce à l’expérience et aux recherches, on a quand même pu déterminer quelques facteurs de risque :

  • Maladies génétiques : il existe des pathologies, comme la neurofibromatose, qui étant congénitales, ont parmi leurs symptômes la prolifération de sarcomes
  • Radiothérapie : lorsqu’une personne est soumise à la radiothérapie comme traitement, que ce soit pour des problèmes de thyroïde ou des néoplasies, elle peut avoir comme effet indésirable le développement de tumeurs des tissus mous
  • Virus : certaines infections augmentent la probabilité de tomber malade à cause des sarcomes. Par exemple, le sarcome de Kaposi est lié à un type d’herpès
  • Lymphœdèmeil s’agit d’une accumulation de lymphe dans les parties molles de l’organisme. Lorsque cette situation se prolonge dans le temps et devient chronique, les tissus peuvent proliférer sous forme de néoplasie
Une protubérance dans l'abdomen due à un sarcome

Lisez également : Les différents types d’herpès et leurs caractéristiques

Symptômes

Les sarcomes ne sont généralement pas douloureux, à moins qu’ils se soient suffisamment développés pour exercer une pression sur une partie du corps. De ce fait, le diagnostic est difficile et les soupçons sont lents à apparaître.

Une autre caractéristique qui confirme qu’ils ne manifestent pas autant de symptômes est qu’ils peuvent se situer dans des régions profondes du corps. Par conséquent, comme ils sont logés en profondeur, ils prennent du temps à se manifester.

Le symptôme le plus courant est certainement l’apparition d’une protubérance. C’est souvent le signe qui détermine la consultation. La bosse palpable n’est pas toujours due au sarcome en lui-même, mais peut être une inflammation environnante due à la croissance de la tumeur.

Découvrez aussi : Bosse dans le cou: tout ce qu’il faut savoir

Diagnostic et traitement du sarcome

Si le médecin suspecte un sarcome, il sollicitera quelques examens d’imagerie pour commencer le diagnostic. Il peut requérir une échographie, un IRM ou un scanner.

Au cas où les images mettent en avant la présence d’un processus néoplasique, l’étape suivante est la biopsie. En effet, la biopsie permet de poser un diagnostic définitif pour confirmer le sarcome.

Un médecin qui examine un patient par IRM pour traiter son sarcome

Le diagnostic étant confirmé, les options thérapeutiques sont :

  • Chirurgie : de nombreux sarcomes peuvent être réséqués chirurgicalement en résolvant le problème en une seule étape
  • Radiothérapie : l’application de rayons est généralement un complément à la chirurgie. Si la résection chirurgicale n’a pas pu éliminer la lésion avec des bords libres, c’est une indication
  • Chimiothérapie : cette technique n’est pas toujours nécessaire pour les sarcomes. Elle est généralement indiquée en cas de tumeurs graves ou dans des emplacements complexes
  • Immunothérapierelativement nouvelle, l’utilisation de médicaments biologiques pour combattre le cancer est prometteuse. L’immunothérapie vise à ralentir le processus par lequel les cellules tumorales bloquent la réaction immunitaire de l’organisme. Ce sont des médicaments coûteux qui ne sont pas disponibles dans le monde entier.

Conclusion…

L’apparition d’une protubérance dans n’importe quelle partie du corps doit être un signal d’alarme. Il est donc nécessaire de consulter un médecin afin qu’il réalise les examens complémentaires fondamentaux et indiqués.

Enfin, il ne s’agit pas de paniquer en voyant une quelconque bosse sous la peaumais de rester vigilant. Une consultation tardive est susceptible de retarder le diagnostic et de ralentir un traitement qui pourrait être totalement efficace pour ce cancer.

 

  • Von Mehren, Margaret, et al. « Soft tissue sarcoma, version 2.2018, NCCN clinical practice guidelines in oncology. » Journal of the National Comprehensive Cancer Network 16.5 (2018): 536-563.
  • Ratan, Ravin, and Shreyaskumar R. Patel. « Chemotherapy for soft tissue sarcoma. » Cancer 122.19 (2016): 2952-2960.
  • Heslin, Martin J., et al. « Core needle biopsy for diagnosis of extremity soft tissue sarcoma. » Annals of surgical oncology 4.5 (1997): 425-431.