Qu’est-ce qu’un traumatisme cranio-encéphalique ?

7 novembre 2020
La principale cause de traumatisme crânien sont les accidents de la route et les chutes.

Le traumatisme cranio-encéphalique, comme son nom l’indique, est une lésion qui affecte aussi bien le crâne que l’encéphale. Il peut également s’agir d’une détérioration fonctionnelle, même s’il n’y a pas de lésion physique visible.

Il peut être la conséquence d’un impact sur le crâne avec un autre élément, que ce soit un objet pénétrant ou une arme. Par ailleurs, il peut aussi être dû à des mouvements d’accélération et de ralentissement sans coup direct.

Dans les pays développés, le traumatisme cranio-encéphalique est la troisième cause de décès. En effet, c’est la principale cause de décès et d’invalidité chez les adultes de moins de 45 ans. Il est déclenché la plupart du temps par des accidents de la route, des chutes et des bagarres.

Le risque est plus grand chez les jeunes hommes car il est associé à l’abus de substances toxiques, telles que l’alcool ou les drogues excitantes. Dans cet article, nous abordons les causes ainsi que les principaux symptômes du traumatisme cranio-encéphalique.

Quels sont les causes et les symptômes principaux ?

Afin de pouvoir définir un traumatisme cranio-encéphalique, il faut qu’une force externe provoque un certain dysfonctionnement cérébral. Il s’agit d’un trouble qui présente deux pics d’incidence :

  • Chez les jeunes personnes : le traumatisme se produit généralement à la suite d’accidents de la route ou d’agressions. D’autres causes sont les accidents du travail ou sportifs.
  • Les adultes à partir de 65 ans : la principale cause sont les chutes.

Les symptômes dépendent principalement de l’intensité de l’impact. Ils peuvent apparaître sur le coup, ou prendre des jours ou des semaines avant de se manifester.

Douleur suite à un traumatisme cranio-encéphalique.

Lisez également : Que faire si mon bébé tombe et se fait mal à la tête ?

Traumatisme cranio-encéphalique léger

Après un coup léger, les symptômes peuvent être inexistants. Cependant, les plus importants sont souvent un certain étourdissement, une désorientation ainsi qu’une amnésie. De même, la personne peut perdre connaissance pendant quelques secondes ou minutes. Elle a généralement mal à la tête, éprouve des nausées ou des vomissements et une immense fatigue.

D’autres symptômes peuvent être aussi :

  • Difficulté à dormir ou dormir plus que d’habitude.
  • Vertiges ou pertes d’équilibre.
  • Vision floue ou bourdonnements dans les oreilles.

Traumatisme d’intensité modérée ou grave

Dans ces cas, les mêmes symptômes surviennent, mais peuvent notamment se compliquer. Effectivement, la perte de connaissance est généralement plus sévère, le mal de tête constant et les vomissements plus fréquents. De plus, il y a souvent des convulsions, une affectation des pupilles et une perte de coordination.

Par ailleurs, la désorientation est bien plus importante. Il est fondamental de savoir qu’un traumatisme cranio-encéphalique grave peut entraîner la personne dans un coma.

Quelles sont les lésions d’un traumatisme cranio-encéphalique ?

Les traumatismes crâniens peuvent entraîner un large éventail de lésions. Tout d’abord, il peut s’agir de lésions ouvertes ou fermées, selon qu’elles touchent ou non le cuir chevelu.

Des fractures des os du crâne peuvent avoir lieu, mais il faut préciser qu’une absence de fracture crânienne n’exclut pas une lésion cérébrale. En général, lorsqu’il y a des fractures, certains signes très visibles tels que les yeux de raton laveur et les saignements dans l’oreille ou le nez apparaissent.

D’autre part, des hémorragies intracrâniennes peuvent se produire. Elles peuvent être intracérébrales ou avoir lieu dans l’espace épidural ou sous-dural. Toutes peuvent causer des lésions neurologiques très graves. Il peut en résulter une paralysie, une parésie, des altérations du langage, etc.

Parfois, les traumatismes cranio-encéphaliques entraînent des lésions axonales diffuses dans les neurones du cerveau. Elles se produisent par un mécanisme d’accélération et de décélération. Elles ont généralement des conséquences plus complexes et irréparables que les hémorragies.

Radiographies d'un crâne.

Découvrez aussi : Premiers soins en cas d’AVC

Traitement d’un traumatisme cranio-encéphalique

Le traitement dépend de la gravité de la lésion. S’il est léger, le traitement se limite généralement au repos, à l’observation et aux analgésiques pour la douleur. Lorsqu’il est plus sévère, le plus important est de maintenir la pression artérielle ainsi qu’une ventilation adéquate de la personne.

Les cas sévères doivent être pris en charge dans un hôpital. Des tests complémentaires comme le scanner, seront effectués afin de localiser les éventuelles lésions. En outre, des médicaments sont administrés pour réduire la pression intracrânienne ou éviter les convulsions.

Dans certains cas, il peut être nécessaire de réaliser une chirurgie pour retirer des hématomes, stopper un saignement ou réparer des fractures.

Conclusion…

Il est primordial de prendre des mesures de sécurité pour se protéger d’un éventuel coup sur la tête. La principale mesure doit être de conduire prudemment, en évitant de boire de l’alcool ou de consommer des drogues avant de prendre le volant. De même, il est préférable de porter un casque, aussi bien sur les vélos qu’en moto. Ainsi qu’attacher correctement la ceinture de sécurité.

Enfin, suite à un quelconque coup sur la tête, il est vivement conseillé de consulter un médecin. Il pourra alors effectuer les examens adéquats et vérifier que tout va bien.

  • Traumatismo craneoencefálico (TCE) | Institut Guttmann. (n.d.). Retrieved June 12, 2019, from https://www.guttmann.com/es/treatment/traumatismo-craneoencefalico-tce
  • TRAUMATISMO CRANEOENCEFÁLICO (TCE). CAUSAS MÁS FRECUENTES, SECUELAS Y REHABILITACIÓN – estimulacioncognitiva. (n.d.). Retrieved June 12, 2019, from https://www.estimulacioncognitiva.info/2019/01/17/traumatismo-craneoencefálico-tce/
  • Traumatismo craneoencefálico – Causas y Tratamiento. (n.d.). Retrieved June 12, 2019, from https://neurorhb.com/traumatismo-craneoencefalico/
  • Carney, N., Totten, A. M., OʼReilly, C., Ullman, J. S., Hawryluk, G. W. J., Bell, M. J., … Ghajar, J. (2016). Guidelines for the Management of Severe Traumatic Brain Injury, Fourth Edition. Neurosurgery, 1. https://doi.org/10.1227/NEU.0000000000001432
  • Chesnut, R. M., Temkin, N., Carney, N., Dikmen, S., Rondina, C., Videtta, W., … Hendrix, T. (2012). A Trial of Intracranial-Pressure Monitoring in Traumatic Brain Injury. New England Journal of Medicine, 367(26), 2471–2481. https://doi.org/10.1056/NEJMoa1207363