Qu'est-ce qu'une injection sous-cutanée et comment l'appliquer ?

L'injection sous-cutanée est une forme d'administration simple et peu coûteuse, très utile pour des médicaments à absorption lente comme l'insuline. Nous allons vous expliquer comment elle fonctionne.
Qu'est-ce qu'une injection sous-cutanée et comment l'appliquer ?

Dernière mise à jour : 02 août, 2021

L’injection sous-cutanée s’utilise très souvent en médecine. En effet, le patient peut lui-même se l’administrer et elle sert pour des médicaments communs, comme l’insuline des personnes diabétiques.

L’injection sous-cutanée est celle qui s’injecte dans le tissu adipeux sous-cutané, c’est-à-dire dans la couche de graisse qui se trouve entre la peau et le muscle. Ce tissu contient peu de vaisseaux sanguins et il sert donc pour de petits volumes de médicaments.

Il est recommandé que ces derniers soient des médicaments à absorption lente et continue. Même si l’injection sous-cutanée est simple à utiliser, il est important de prendre en compte certains aspects de cette forme d’administration.

Qu’est-ce que l’injection sous-cutanée ?

Il est fréquent de confondre l’injection sous-cutanée avec l’injection intradermique. Cette dernière se fait avec une aiguille qui ne pénètre que dans le derme (la couche intermédiaire de la peau).

Tout comme l’injection sous-cutanée, elle sert pour des produits à absorption lente et locale. La différence entre les deux est la profondeur et l’angle de réalisation. Avec l’intradermique, on enfonce l’aiguille à un angle d’environ 10 degrés, presque parallèle à la peau.

L’injection sous-cutanée, de son côté, est celle où l’aiguille pénètre le tissu sous-cutané. Ce tissu se trouve entre la peau et la couche musculaire. Il reçoit aussi le nom de tissu adipeux

On l’emploie pour administrer des médicaments en petits volumes. Ce sont généralement des quantités inférieures à 1 millilitre, même si elles peuvent atteindre les 2 millilitres. Étant donné qu’il s’agit d’un tissu qui est peu vascularisé, le médicament que l’on administre s’absorbe de façon progressive.

C’est l’une des principales différences avec l’injection intraveineuse, qui a un effet plus rapide. Par ailleurs, la sous-cutanée est plus simple à réaliser et moins coûteuse. L’une de ses principales utilités est celle des médicaments que l’on ne peut pas prescrire par voie orale.

Une injection sous-cutanée d'insuline.

L’injection sous-cutanée d’insuline est le paradigme de ces applications. Chaque patient apprend à la placer au bon endroit.

Ceci peut vous intéresser : 4 types d’injections ou angles d’injection que vous devriez connaître

Recommandations avant de faire une injection sous-cutanée

Avant d’appliquer une injection sous-cutanée, il faut prendre en compte certains aspects. On ne doit pas injecter de médicaments irritants : ils peuvent en effet entraîner l’apparition d’abcès ou même la nécrose du tissu.

Contrairement à d’autres injections, on ne doit pas aspirer après avoir inséré l’aiguille. C’est un geste que l’on fait généralement avec les intraveineuses pour vérifier si l’aiguille est bien placée. Or, ici, il pourrait conduire à la formation d’un hématome.

Il n’est pas non plus recommandé de masser la zone dans laquelle on a injecté le médicament. Ceci peut favoriser une absorption plus rapide de ce dernier, qui n’est pas l’effet que l’on recherche.

L’idéal est de varier les zones d’injection au cas où elles seraient nécessaires de façon continue, comme c’est le cas avec l’insuline des personnes diabétiques. En faisant cela, on prévient la formation de cicatrices.

Les zones doivent être espacées d’au moins un ou plusieurs centimètres. Dans le cas de l’insuline, il est recommandé de faire des cercles sur l’abdomen pour varier la zone de ponction.

Matériel pour l’injection sous-cutanée

Pour réaliser une injection sous-cutanée, différents outils sont nécessaires. Le premier est la seringue. Celle-ci se compose de trois parties : l’aiguille, le baril et le piston. L’aiguille est la partie qui doit pénétrer la peau, tandis que le baril est l’endroit où l’on stocke le médicament. Le piston sert à introduire et extraire le médicament de la seringue.

Les seringues peuvent avoir différentes capacités. Toutes se composent de marques qui aident à savoir combien de millilitres on va administrer ou combien d’unités internationales.

Pour réaliser une injection sous-cutanée, on doit utiliser une aiguille neuve à chaque fois. Elles doivent être de la bonne taille. L’idéal est de porter des gants jetables au moment de manipuler l’aiguille ou la seringue car cela permet de diminuer le risque d’infection.

Pour mettre en place tous ces accessoires, il est recommandé d’avoir des papiers stérilisés chez soi, qui serviront à les poser dessus. Par ailleurs, disposer d’alcool désinfectant ou de lingettes avec alcool est aussi utile.

À quelle profondeur doit aller l’aiguille ?

L’injection sous-cutanée doit se faire à une certaine profondeur et à un angle adéquat. Elle peut s’appliquer à 90 degrés (perpendiculaire) ou 45 degrés. Le premier angle s’emploie quand on peut pincer un bout de peau plus ou moins grand. L’angle de 45 degrés est réservé aux zones ou aux personnes qui ont peu de tissu adipeux.

Il n’est pas toujours nécessaire de nettoyer la peau avant l’injection. Cela ne devra se faire que dans les cas où la peau est visiblement sale.

Il est aussi important de préparer la seringue avant le processus. On la tient avec sa main la plus habile, entre le pouce et l’index. Avec l’autre main, il faut saisir le bout de peau dans lequel on va réaliser l’injection.

Comme l’explique un article de Kaiser Permanente, l’aiguille doit s’insérer avec force. Quand elle est complètement à l’intérieur, on doit presser le piston de la seringue pour que le médicament entre dans la peau. Ensuite, on retire l’aiguille en suivant le même angle que celui utilisé lors de l’introduction.

Une fois ce geste effectué, on peut lâcher le pli de peau. Il est possible que la zone d’injection saigne légèrement. Dans ce cas, il suffit d’appliquer un peu de pression avec un coton ou de la gaze.

Une injection dans la main.

Certains procédés qui requièrent une anesthésie locale s’appuient sur les injection sous-cutanée pour appliquer l’anesthésiant.

Où peut-on appliquer une injection sous-cutanée ?

Les injections sous-cutanées peuvent s’appliquer à différents endroits du corps. L’une des zones les plus utilisées est l’abdomenOn doit faire pénétrer l’aiguille à deux pouces du nombril, en évitant de trop s’en rapprocher. On ne doit pas non plus effectuer de pression sur l’os de la hanche ni sur les côtes.

Une autre zone que l’on peut utiliser pour l’injection sous-cutanée est la jambe. Plus concrètement, la zone externe de la cuisse, entre le genou et la hanche.

La partie inférieure du dos, juste au dessus des fessiers, est l’une des autres zones que l’on utilise. Dans ce cas, l’injection doit se faire sous la taille et sur une ligne imaginaire, légèrement au dessus des fessiers. Enfin, on peut la faire dans le bras.

Apprendre à la placer correctement pour réduire les risques

L’injection sous-cutanée est un type d’injection que l’on réalise dans le tissu gras situé entre la peau et le muscle. On l’utilise pour administrer de petits volumes de médicaments. Il doit s’agir de médicaments qui nécessitent une absorption lente et graduelle.

L’un des ses principaux usages est l’administration d’insuline. Pour le faire de manière adéquate, il est recommandé de changer de zone d’injection et de préparer correctement les outils. De la même façon, il est fondamental de respecter les meilleures conditions de stérilisation et d’asepsie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Injection intra-osseuse : les soins postérieurs
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Injection intra-osseuse : les soins postérieurs

Également connue sous le terme de voie intra-osseuse, l'injection intra-osseuse est une technique qui présente des avantages en cas d'urgence vital...