Qu'est-ce qu'une thromboembolie ?

La thromboembolie correspond, dans un premier temps, à la formation d'un caillot sanguin dans une partie du corps. Et, dans un deuxième temps, au détachement de ce caillot. Il s'agit d'une pathologie qui met la vie en danger. Voyons ses causes et ses symptômes.
Qu'est-ce qu'une thromboembolie ?

Dernière mise à jour : 01 mars, 2021

Parler de thromboembolie équivaut à parler de maladie thromboembolique veineuse. Ces deux termes font référence au même ensemble de situations qui présentent un dénominateur commun. La maladie thromboembolique veineuse comprend :

  • Thrombose veineuse profonde.
  • Embolie pulmonaire.
  • Syndrome post-thrombotique.

La thrombose veineuse profonde ou TVP est la formation d’un caillot sanguin dans l’une des veines de l’organisme. L’endroit le plus courant sont les veines profondes des membres inférieurs. Elle peut également survenir ailleurs, mais cela est beaucoup moins fréquent.

En général, l’étape suivant une thrombose veineuse profonde, s’il n’y a pas de traitement, est l’embolie pulmonaire. Elle se produit lorsque le caillot de la veine profonde se détache et voyage dans le système circulatoire. Le thrombus devient alors une embolie qui finit par se coincer dans une veine pulmonaire.

Des changements surviennent alors à l’endroit d’origine de la formation du thrombus veineux profond. Ces changements sont responsables du syndrome post-thrombotique. Les jambes qui abritaient le thrombus gonflent, deviennent bleues et peuvent même s’ulcérer.

Facteurs de risque de la thromboembolie

Comme nous l’avons vu, la thromboembolie nécessite tout d’abord la formation d’un caillot. Pour que ces caillots se forment dans les veines, certaines conditions doivent être remplies.

C’est pourquoi, certaines personnes sont plus susceptibles de souffrir de thromboembolie que d’autres. Des précautions doivent donc être prises au préalable pour prévenir les complications.

Un facteur de risque est celui des lésions veineuses. Lorsqu’il y a de grosses fractures qui ont blessé les parois des veines, ou des lésions dans les muscles qui contiennent des voies veineuses dans leur sein, l’endroit peut alors devenir thrombosé.

La prostration prolongée peut également être un facteur de risque. C’est le cas des patients qui subissent une intervention chirurgicale importante et à qui l’on prescrit un alitement prolongé pour récupérer. Les personnes qui portent des plâtres à cause de fractures, en particulier dans les membres inférieurs, sont aussi susceptibles de faire une thromboembolie.

Chez les femmes, quelconque étape de la vie où les oestrogènes sont plus élevés augmente les possibilités de souffrir de thrombose veineuse profonde. Les femmes ménopausées qui suivent un traitement hormonal substitutif doivent donc être suivies de près, étant donné que ce traitement est réalisé avec des oestrogènes artificiels.

Voici également d’autres facteurs de risque :

  • Avoir déjà souffert d’une thrombose veineuse profonde.
  • Souffrir d’obésité, notamment d’obésité morbide.
  • Souffrir de maladies de la coagulation.
La coagulation sanguine.

Symptômes

Les trois formes de thromboembolie ou maladie thromboembolique veineuse présentent leurs propres symptômes. Lors de la thrombose veineuse profonde ou TVP, le patient peut ne pas s’apercevoir de son état. Il s’agit effectivement d’une pathologie qui reste parfois silencieuse jusqu’à ce qu’elle manifeste des signes majeurs et dangereux.

Cependant, les symptômes de la TVP peuvent être un oedème de la zone thrombosée, un changement de la couleur de la peau et une douleur. La région la plus courante sont les jambes.

Lorsque le problème a progressé et qu’une embolie pulmonaire a lieu, les symptômes sont aigus et mettent la vie de la personne en danger. Ils sont alors la preuve qu’un caillot a migré vers les poumons, obstruant le flux à cet endroit.

Par conséquent, une personne souffrant d’embolie pulmonaire manifeste une dyspnée -autrement dit, une difficulté à respirer- et une douleur dans la poitrine qui s’aggrave avec la respiration. Parfois, le caillot génère une toux avec du sang, dont le terme technique est hémoptysie.

Des varices dans les jambes.

Prévention de la thromboembolie

La thromboembolie est assez fréquente. Pour 100.000 habitants, il y a une moyenne de 150 cas par an. En outre, plus l’on vieillit, plus la prévalence est élevée.

Par ailleurs, la maladie thromboembolique veineuse présente encore une létalité élevéeOn estime que jusqu’à 10 % des décès hospitaliers sont attribuables à un épisode de thromboembolie. Dans la population générale, il s’agit de la troisième cause de décès cardiovasculaire.

Pour toutes ces raisons, la prévention est essentielle. Il est fondamental de prendre les mesures nécessaires pour éviter la formation de caillots, de thrombus et d’embolie. En particulier chez les personnes qui sont les plus sujettes. C’est pourquoi, il est conseillé de :

  • Mobiliser le plus rapidement possible les patients prostrés après une chirurgie ou une lésion.
  • Utiliser des anticoagulants contrôlés chez les personnes présentant des facteurs de risque.
  • Utiliser des mesures compressives chez les patients souffrant de varices dans les membres inférieurs.
  • Contrôler le poids corporel.
  • Réaliser une activité physique qui implique un travail des jambes chez les personnes présentant une tendance au sédentarisme.

Enfin, face à l’apparition de symptômes suggérant une thromboembolie, il faut consulter immédiatement le médecin ou le spécialiste. Il s’agit effectivement d’une situation qui ne permet pas de perdre du temps. Traitée au bon moment, elle peut sauver des vies.

Cela pourrait vous intéresser ...
9 aliments pour prévenir la thrombose et l’embolie
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
9 aliments pour prévenir la thrombose et l’embolie

Les complications liées à la circulation sanguine peuvent être dangereuses. Quels sont les meilleurs aliments pour prévenir la thrombose ?



  • Villar, Adolfo Baloira, and Luis Alberto Ruiz Iturriaga. “Tromboembolismo pulmonar.” Archivos de Bronconeumología 46 (2010): 31-37.
  • Gil, AI Castuera, et al. “Tromboembolismo pulmonar.” Medicine-Programa de Formación Médica Continuada Acreditado 11.88 (2015): 5245-5253.
  • Gabriel Botella, F. “Reflexiones sobre la enfermedad tromboembólica venosa.” Anales de Medicina Interna. Vol. 20. No. 9. Arán Ediciones, SL, 2003.