Radiculopathie : causes, symptômes et traitement

16 avril 2020
Si vous suspectez une radiculopathie, il est préférable d'aller chez le médecin. Un diagnostic précis est décisif pour le choix d'un traitement approprié. Découvrez ce qui peut en être la cause et quels sont les symptômes qui permettent de la reconnaître.

Vous avez peut-être déjà entendu le terme “radiculopathie”, mais vous ne savez toujours pas ce que c’est. Pour savoir ce qu’est cette affection, il faut d’abord connaître un peu la colonne vertébrale.

La colonne vertébrale est une structure osseuse formée par des vertèbres qui, à leur tour, protègent la moelle et nous permettent de nous déplacer librement. Les vertèbres ont des trous de chaque côté, d’où sortent les nerfs qui vont vers les différentes parties de notre corps.

La partie du nerf qui sort de la vertèbre est appelée “racine nerveuse”. Une radiculopathie est une compression du nerf, précisément dans la racine nerveuse. Quelles en sont les causes ? Quelles sont ses manifestations cliniques ? Nous vous aidons à résoudre ces questions et vous informons sur son traitement.

Les causes de la radiculopathie

Une femme souffrant de radiculopathie

La radiculopathie peut être due aux facteurs suivants :

  • Problèmes de disques vertébraux
  • Ostéophytes
  • Épaississement des ligaments dans la région
  • Spondylolisthésis
  • Radiations
  • Diabète sucré
  • Tumeur dans la région
  • Scoliose sévère
  • Maladie méningée

Chacun d’entre eux peut réduire l’espace où le nerf passe et le comprimer.

A lire également : L’hypermobilité de l’articulation sacro-iliaque

Symptômes

Comme le problème se situe au niveau de la racine nerveuse, les symptômes se situent généralement dans la partie du corps qui correspond au nerf affecté. En général, les symptômes sont une combinaison de :

  • Douleurs, dans ce cas nous l’appelons “douleur de la racine”
  • Faiblesse ou difficulté à contrôler les muscles
  • Sensibilité accrue à la douleur dans la région (hyperalgésie)
  • Engourdissement et picotements

La localisation de ces symptômes dépendra de celle de la radiculopathie :

Radiculopathie cervicale

Elle correspond à la colonne cervicale. Les nerfs de cette zone contrôlent les muscles et la sensibilité de la peau du cou et des bras. Dans une radiculopathie cervicale, les symptômes sont généralement ressentis au niveau du bras, de l’épaule ou du cou.

Par exemple, une radiculopathie cervicale peut provoquer des douleurs et des faiblesses dans l’avant-bras, et des picotements dans certains doigts.

Radiculopathie thoracique

Elle correspond à la colonne thoracique. Ces nerfs contrôlent les muscles et les sensations de la peau de la poitrine et des côtes. Cette radiculopathie est parfois confondue avec l’herpès zoster. C’est la moins commune de toutes.

Radiculopathie lombaire

Elle correspond à la colonne lombaire. Les nerfs de cette région contrôlent les muscles et la sensibilité de la peau, des fesses et des hanches jusqu’aux pieds. Par conséquent, les symptômes de la radiculopathie lombaire sont généralement ressentis dans le bas du dos, les hanches, les jambes et le pied.

Dans les cas les plus graves, le contrôle du sphincter est compromis. Si la compression se produit à la sortie du nerf sciatique, le symptôme le plus courant est une douleur qui va du bas du dos à la plante du pied et descend le long de l’arrière de la jambe. C’est ce qu’on appelle la sciatique.

A ne pas manquer : Sensation de brûlure aux pieds : 5 remèdes naturels

Traitement

Une séance de physiothérapie pour traiter une radiculopathie

Le traitement doit viser à résoudre la cause de la compression nerveuse car, en redonnant au nerf sa fonction normale, les symptômes se résorberont.

La grande majorité des patients atteints de radiculopathie réagissent très bien à la physiothérapie et à l’exercice. Toutefois, dans certains cas, des médicaments sont nécessaires lorsque la douleur est invalidante.

Le délai entre le début des symptômes et la résolution du problème peut varier considérablement d’une personne à l’autre, car il dépend de deux facteurs :

  • La gravité des symptômes. Si la douleur est importante, elle doit d’abord être réduite pour faciliter le traitement de la cause
  • La cause de la compression des nerfs. Une fracture ou une tumeur peut nécessiter une approche chirurgicale, ce qui modifie le traitement ultérieur et fait varier le temps de résolution. En revanche, un problème de disque peut être traité avec un bon programme d’exercice

Deux personnes peuvent présenter les mêmes symptômes, mais peuvent nécessiter des traitements complètement différents. Il est donc important de recevoir un diagnostic médical. Plus vite la cause est déterminée, plus le traitement est efficace.

Si vous pensez être atteint d’une radiculopathie, consultez un médecin en qui vous avez confiance pour vous évaluer et vous aider à décider d’un plan de traitement.