Régime Swank pour la sclérose en plaques : qu'est-ce que c'est ?

Découvrez ici en quoi consiste le régime Swank, un régime alimentaire qui promet d'aider à soulager la sclérose en plaques, en retardant sa progression.
Régime Swank pour la sclérose en plaques : qu'est-ce que c'est ?
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Le régime Swank a été créé dans le but de faciliter la prise en charge de la sclérose en plaques, de retarder sa progression et de réduire l’intensité des symptômes. Dans tous les cas, il faut souligner qu’il s’agit d’une pathologie très complexe de physiologie partiellement inconnue.

Elle n’a pas de remède aujourd’hui : tout ce qu’on peut faire, c’est miser sur sa lente progression. Nous vous disons ici comme ce régime alimentaire peut être bénéfique pour cela.

La sclérose en plaques est une maladie qui commence généralement à se manifester à l’âge adulte. Elle se caractérise par un dysfonctionnement musculaire et une sarcopénie accélérée, en plus de problèmes de connexions nerveuses. Avec le temps, le patient deviendra totalement dépendant : il aura même besoin d’aide au niveau ventilatoire pour survivre.

Qu’est-ce que le régime Swank ?

Le régime Swank a pour but d’améliorer le traitement de la sclérose en plaques. Il a été imaginé dans les années 90 par un neurologue américain et son principal commandement est d’éliminer les graisses saturées. L’augmentation de la consommation de poisson serait également essentielle pour réduire les symptômes de cette maladie complexe.

Sclérose en plaques avec fourmillements dans la tête.

Il existe très peu de preuves pour soutenir la mise en œuvre d’un tel régime alimentaire. Toutefois, il est vrai qu’une consommation régulière d’acides gras de la série oméga-3 peut être positive pour prévenir la détérioration musculaire et contrôler les mécanismes inflammatoires.

Selon une étude publiée dans la revue Nutritional Neuroscience, même une supplémentation avec ces nutriments pourrait être utile. Cependant, il n’y a pas assez d’articles pour déterminer que les lipides de type saturé sont vraiment nocifs pour le traitement de ce problème.

Il a été démontré que ceux du type trans augmentent l’inflammation, mais pas ceux qui appartiennent au groupe cis. Plutôt tout le contraire. En effet, il semblerait que limiter l’apport en oméga-6 (polyinsaturés) et augmenter l’apport en oméga-3 peut aider à éviter une inflammation excessive.



Les principes du régime Swank

Malgré le manque de preuves à cet égard, il est important de noter que les personnes qui ont commencé ce régime alimentaire signalent une amélioration considérable. Il a été observé que dans les endroits où les personnes consomment plus de poisson, l’incidence de la sclérose en plaques est plus faible. L’apport en acides gras y serait pour quelque chose.

D’autre part, la forte consommation de lipides provoquerait un regroupement des cellules sanguines, gênant ainsi la circulation dans les capillaires. À partir de là, la genèse d’une plus grande inflammation qui peut aggraver la progression et la symptomatologie de la sclérose est proposée. Une consommation de graisses et une plus grande présence dans le schéma de composés anti-inflammatoires et antioxydants seraient essentielles.

Les lésions cérébrales provoquent une vessie neurogène.
Le régime Swank préconise la modération de l’apport en graisses saturées à 15 grammes par jour.

Les aliments autorisés et interdits

Pour faciliter la mise en place du régime Swank, il existe des tableaux d’aliments autorisés et interdits. Dans ce dernier groupe d’aliments, on retrouve les huiles raffinées, les viandes rouges, les produits laitiers et les aliments transformés. En principe, pas plus de 15 grammes de graisses saturées doivent être consommées par jour.

Cependant, il est possible d’inclure systématiquement divers types de céréales, d’œufs, de pâtes et de riz, de volaille, de fruits et de légumes. Aussi, du poisson et des noix. La consommation d’un verre de vin aux repas n’est pas exclue.

Cependant, la littérature récente ne supporte pas ce dernier point. L’alcool est une substance toxique quelle que soit la dose consommée, il devrait donc être complètement évité. De plus, il est particulièrement nocif pour le système nerveux central, c’est pourquoi il peut accélérer le développement de pathologies neurodégénératives.

D’autre part, l’inclusion d’un supplément quotidien de vitamines et de minéraux, en dehors d’un autre supplément d’huile de foie de morue, est recommandée. Ce dernier contient une quantité importante d’acides gras oméga-3 et de vitamine D. Ces deux éléments sont décisifs pour prévenir le développement des problèmes auto-immuns et ceux associés au système nerveux.



Le régime Swank, un possible traitement adjuvant de la sclérose en plaques

En somme, le régime Swank pourrait être positif pour le traitement de la sclérose en plaques. Il est clair qu’il ne résoudra pas complètement le problème, mais il aidera à prévenir une progression rapide des symptômes.

Toutes les propositions envisagées ne sont pas justifiées au regard de la littérature scientifique la plus récente. La consommation de vin ou d’alcool, par exemple, doit être totalement évitée.

Pour finir, il est essentiel de dire que, dans la mesure du possible, il est conseillé d’éviter un mode de vie sédentaire. Autrement, la progression de la sarcopénie accélérerait, ce qui favoriserait un dysfonctionnement précoce.

Il convient de garder à l’esprit que le muscle a non seulement un rôle au niveau moteur, mais agit également comme un organe endocrinien. Il parvient à moduler l’état d’inflammation dans l’environnement interne et est essentiel au contrôle homéostatique.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’étreinte de la sclérose en plaques : causes et conseils
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
L’étreinte de la sclérose en plaques : causes et conseils

Les dommages aux nerfs de la myéline peuvent provoquer une sensation de constriction. C'est l'étreinte de la sclérose en plaques



  • AlAmmar, W. A., Albeesh, F. H., Ibrahim, L. M., Algindan, Y. Y., Yamani, L. Z., & Khattab, R. Y. (2021). Effect of omega-3 fatty acids and fish oil supplementation on multiple sclerosis: a systematic review. Nutritional neuroscience24(7), 569–579. https://doi.org/10.1080/1028415X.2019.1659560
  • Hirata Y. (2021). trans-Fatty Acids as an Enhancer of Inflammation and Cell Death: Molecular Basis for Their Pathological Actions. Biological & pharmaceutical bulletin44(10), 1349–1356. https://doi.org/10.1248/bpb.b21-00449
  • Le Daré, B., Lagente, V., & Gicquel, T. (2019). Ethanol and its metabolites: update on toxicity, benefits, and focus on immunomodulatory effects. Drug metabolism reviews51(4), 545–561. https://doi.org/10.1080/03602532.2019.1679169