Relation entre le torticolis et le stress : apprenez à le traiter

Le cou est l'une des premières zones à subir des surcharges dues au stress. Évitez les mouvements brusques et misez sur des remèdes naturels, comme l'alternance du chaud et du froid.
Relation entre le torticolis et le stress : apprenez à le traiter

Dernière mise à jour : 11 octobre, 2021

Avez-vous déjà souffert de cette raideur de la nuque causée par le torticolis ? S’il est vrai qu’il s’agit d’un problème de santé très courant, en souffrir cause de nombreux problèmes. C’est même un motif d’arrêt de travail !

Le torticolis nous empêche de tourner la tête et, lorsque nous tentons tout de même de la tourner, des vertiges, une certaine anxiété et même des nausées peuvent apparaître. Il n’y a rien que nous puissions faire jusqu’à ce que l’inflammation s’apaise, à part nous reposer pendant quelques jours et prendre des analgésiques.

Il convient alors de prévenir son apparition. Et c’est pourquoi il est intéressant de savoir que la plupart des processus associés au torticolis sont dus au stress. Nous vous invitons ici à en savoir plus sur cette relation et à découvrir comment vous pouvez traiter le torticolis afin qu’il disparaisse le plus rapidement possible.

La relation entre le torticolis et le stress

Les médecins nous disent que le torticolis a généralement deux origines. Ce sont les suivantes :

Héréditaire ou étiologique

Une mauvaise position du fœtus, une pression intra-utérine pendant la grossesse ou encore l’héritage de certaines anomalies au niveau des muscles du cou peuvent déterminer ce problème.

Torticolis acquis

C’est la cause la plus fréquente. Le torticolis est lié à une mauvaise posture, à un accident, à une blessure, à de la fatigue ou à du stress.

Lorsque nous sommes soumis à des situations stressantes pendant une longue période, des changements ne se produisent pas seulement au niveau métabolique et hormonal. En effet, nos structures musculaires ont également tendance à être surchargées.

Beaucoup d’entre nous ne sollicitent pas beaucoup les muscles du cou, des épaules et du dos. Ils ne sont donc pas très élastiques et ne sont pas habitués à subir des tensions de manière aussi persistante.

Le muscle trapèze et autres muscles du cou sont généralement très faibles si nous n’avons pas l’habitude de les utiliser. Par conséquent, le stress a tendance à se concentrer sur ces zones plus sensibles. La raideur et la surcharge finissent par enflammer les nerfs, les muscles et toutes les structures complexes qui vont des épaules à la tête.

Comme l’expliquent les kinésithérapeutes et médecins spécialisés, certaines personnes extériorisent le stress via les douleurs musculaires, notamment via les cervicalgies et les torticolis. Tous les nerfs et cette charge émotionnelle sont concentrés dans cette partie de notre corps.

La relation entre le torticolis et le stress

Les meilleurs traitements pour le torticolis

1. Reposez-vous

Vous avez besoin de temps pour vous. Le torticolis que vous avez maintenant est un avertissement dont vous devez tenir compte pour commencer à faire des changements dans votre vie et apprendre à établir des priorités.

Il faudra entre une semaine et 10 jours pour que le torticolis disparaisse et pour que vous retrouviez la fonctionnalité du cou. Vous devez donc ralentir et vous reposer.

  • Ne vous fatiguez pas le cou.
  • Effectuez des mouvements harmonieux au niveau du cou, des épaules et de la tête. Ne faites pas de mouvements brusques et, lorsque vous devez vous retourner, tournez tout votre corps et pas seulement le cou.

2. Le traitement froid-chaleur, un traitement efficace pour soulager le torticolis

Le traitement froid-chaleur est l’une des techniques les plus élémentaires et essentielles pour réduire les inflammations musculaires. Il faut suivre les étapes suivantes :

Matériel 

  • 1 gant de toilette
  • 500 ml d’eau
  • Huile essentielle de romarin
  • 1 poche de glace ou un sachet spécifique pour ces soins

Application  

  • Portez à ébullition 500 ml d’eau. Une fois chaude, laissez-la reposer afin qu’elle ne vous brûle pas et que vous puissiez l’utiliser sans vous blesser.
  • Alternez la compresse froide avec la compresse chaude toutes les 5 minutes. Commencez par la poche de glace. Trempez ensuite le gant de toilette dans de l’eau chaude, essorez-le, ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de romarin et appliquez-le sur votre cou.
  • Ce traitement doit durer entre 20 et 25 minutes. Faites cela 3 fois par jour.

3. Suivez les directives des spécialistes

Parfois, nous sommes un peu réticents à suivre les recommandations des médecins. Pire encore, nous évitons de consulter des spécialistes. Il est toujours approprié d’avoir leur avis, surtout si nous sommes obligés de prendre des analgésiques. Évitez l’automédication.

Suivez les directives des spécialistes

4. Faites des exercices doux au fil des jours

  • Votre corps vous dira comment évolue le torticolis. Les premiers jours, vous devez vous reposer et ne pas effectuer trop de mouvements cervicaux.
  • Lorsque vous ressentirez moins de tension, il sera temps d’effectuer quelques mouvements doux. Tournez doucement votre cou de gauche à droite. Évitez de déplacer votre cou vers l’arrière, car cela aggrave le problème.
  • Effectuez de doux massages avec les mains, toujours de manière circulaire, à l’endroit où se situe la douleur. Au fil des jours, la douleur et le torticolis s’atténueront.

La douleur au cou est l’une des plus ennuyeuses du corps. En plus de nous empêcher de bouger normalement, elle peut provoquer des maux de tête et des tensions dans d’autres muscles. Par conséquent, il faut identifier la cause le plus rapidement possible. Si elle est due au stress, il convient de consulter un spécialiste.

Cela pourrait vous intéresser ...
Eczéma et stress : quel est leur lien ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Eczéma et stress : quel est leur lien ?

Eczéma et stress constituent, sans aucun doute, une combinaison très gênante et problématique pour laquelle il n'y a pas de solution facile.



  • Linton, S. J. (2000). A review of psychological risk factors in back and neck pain. Spine25(9), 1148–1156. https://doi.org/10.1097/00007632-200005010-00017
  • Häuser, W., Galek, A., Erbslöh-Möller, B., Köllner, V., Kühn-Becker, H., Langhorst, J., … Glaesmer, H. (2013). Posttraumatic stress disorder in fibromyalgia syndrome: Prevalence, temporal relationship between posttraumatic stress and fibromyalgia symptoms, and impact on clinical outcome. Pain154(8), 1216–1223. https://doi.org/10.1016/j.pain.2013.03.034
  • Blackburn-Munro, G., & Blackburn-Munro, R. E. (2001). Chronic pain, chronic stress and depression: Coincidence or consequence? Journal of Neuroendocrinology. https://doi.org/10.1046/j.0007-1331.2001.00727.x