Rémifentanil : posologie et précautions

Cet opioïde est approuvé pour une utilisation chez les enfants et les adultes. Cependant, les doses varient en fonction de l'utilisation prévue, ainsi que des caractéristiques du patient.
Rémifentanil : posologie et précautions

Dernière mise à jour : 15 juin, 2021

Le rémifentanil est un médicament qui appartient à la famille des opioïdes et possède des propriétés analgésiques et sédatives de courte durée. Elle est donc indiquée et utilisée principalement lors des interventions chirurgicales et des procédures douloureuses.

C’est un médicament de synthèse qui est un agoniste sélectif des récepteurs μ-opioïdes. Nous y reviendrons plus tard, mais son action est jusqu’à 15 fois plus rapide que celle du fentanyl, un autre médicament opioïde dont est dérivé le rémifentanil.

Quelles sont les doses recommandées de rémifentanil ?

Un médecin faisant une anesthésie

Cet opioïde est approuvé pour une utilisation chez les enfants et les adultes. Cependant, en fonction de l’usage à donner, et aussi en fonction des caractéristiques du patient, les doses varieront.

En ce sens, nous devons différencier si le rémifentanil va être utilisé pour l’induction de l’anesthésie, pour le maintien de l’anesthésie ou pour soulager la douleur postopératoire. Il peut également être utilisé pour l’analgésie dans les soins d’anesthésie surveillée et dans les opérations de pontage coronarien.

Voyons donc les différentes doses utilisées pour chaque situation :

Induction de l’anesthésie

Pour atteindre cet objectif, le rémifentanil est administré par voie intraveineuse à une dose de 0,5 à 1 mcg (microgramme) par kilogramme de poids du patient par minute.

Entretien de l’anesthésie

Dans ce cas, une distinction doit être faite entre les enfants et les adultes. Dans le premier type de population, les nourrissons de plus de deux mois, le rémifentanil sera administré avec du protoxyde d’azote par perfusion intraveineuse continue à une dose comprise entre 0,4 mcg/kg/min et 1 mcg/kg/min.

Les enfants âgés de 1 à 12 ans prendront du rémifentanil avec d’autres agents inhalés par perfusion continue à une dose comprise entre 0,05 et 1,3 mcg/kg/min.

Pour les adultes, il est administré par des doses supplémentaires en bolus intraveineux qui peuvent être administrées environ toutes les 3 minutes. En outre, il peut être prescrit en association avec un hypnotique ou un autre médicament volatil par perfusion continue à des doses de 0,05 à 2 mcg/kg/min.

Analgésie pendant la période postopératoire immédiate

Une anesthésie en bloc opératoire.

Pendant cette période, l’utilisation du bolus n’est pas recommandée. Le rémifentanil est administré par perfusion intraveineuse continue, comme dans les autres situations, à une dose allant de 0,025 à 0,2 mcg/kg/min.

Le rémifentanil peut être administré de 3 façons différentes lorsqu’il est utilisé dans cette situation :

  • Avec une dose unique par voie intraveineuse en 90 secondes à la dose de 1 mcg/kg.
  • Avec une perfusion intraveineuse continue commencée 5 minutes avant l’administration de l’anesthésique local à une dose de 0,1 mcg/kg/min.
  • Par perfusion intraveineuse continue après administration de l’anesthésique local à une dose de 0,05 mcg/kg/min avec une fourchette de 0,025 à 0,2 mcg/kg/min.

Pontage coronarien

Le pontage coronarien est une technique utilisée en médecine pour améliorer la circulation dans les artères et autres vaisseaux sanguins lorsque des plaques d’athérome se sont développées.

Pendant cette procédure, le rémifentanil peut être administré pour induire une analgésie à une dose de 1 mcg/kg/min. Ce médicament est également utilisé pour le maintien de l’analgésie par perfusion intraveineuse d’une dose égale à la dose d’induction, mais allant de 0,125 à 4 mcg/kg/min.

En outre, pendant le maintien de l’analgésie, des doses supplémentaires peuvent être administrées en prime de 0,5 à 1 mcg/kg. Enfin, au cours de la période postopératoire dans l’unité de soins intensifs, le rémifentanil est administré en perfusion intraveineuse à une dose de 1 mcg/kg/min avec une fourchette de doses de 0,05 à 1 mcg/kg/min.

Précautions d’emploi du rémifentanil

Traitement à base de rémifentanil.

Lors de l’utilisation de ce médicament, un certain nombre de précautions doivent être prises en compte, telles que :

  • Chez les patients présentant une respiration spontanée, le rémifentanil en bolus ne peut être administré.
  • La prudence s’impose chez les patients souffrant d’obésité morbide.
  • Ce médicament a des effets indésirables qui affectent le système circulatoire, de sorte que les patients affaiblis peuvent avoir plus de problèmes. Une prudence particulière doit être exercée chez ce type de patients.
  • Il est recommandé d’administrer d’autres médicaments analgésiques une heure avant de retirer le rémifentanil.

Conclusion sur le rémifentanil

Le rémifentanil est utilisé en milieu hospitalier pour induire, maintenir et contrôler les états douloureux, comme c’est le cas lors de nombreuses interventions chirurgicales.

Consultez votre médecin si vous avez des inquiétudes concernant ce médicament et parlez toujours de vos allergies médicamenteuses connues afin d’éviter les complications.

Cela pourrait vous intéresser ...
Douleurs mammaires après une chirurgie plastique
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Douleurs mammaires après une chirurgie plastique

Les douleurs mammaires post-chirurgie esthétique peuvent être tout à fait bénignes, mais il faut tout de même y prêter une attention pleine.



  • González Cárdenas, V. H., González, F. D. M., Barajas, W. J. G., Cardona, A. M., Rosero, B. R., & Manrique, Á. J. (2014). Remifentanil vs. epidural analgesia for the management of acute pain associated with labour. Systematic review and meta-analysis. Colombian Journal of Anesthesiology. https://doi.org/10.1016/j.rcae.2014.06.001
  • Tafur, L. A., & Lema, E. (2010). Anestesia total intravenosa. Revista Colombiana de Anestesiología. https://doi.org/10.1016/s0120-3347(10)82005-2
  • Partida Figuerola, C., Rodríguez Pérez, A., Gil Bedia, F., Mena Hernández, C., Hussein González, Z., & Ojeda Betancor, N. (2003). Hiperalgesia postoperatoria. Actualizaciones En Anestesiologia y Reanimacion.