Rhinite non allergique : causes, traitement et prévention

La rhinite non allergique est une affection courante qui touche des millions de personnes dans le monde. Elle a des causes très diverses.
Rhinite non allergique : causes, traitement et prévention
Leidy Mora Molina

Relu et approuvé par l'infirmière Leidy Mora Molina.

Dernière mise à jour : 17 novembre, 2022

La rhinite n’est rien de plus qu’une inflammation de la muqueuse nasale, qui entraîne des symptômes qui dépendent de l’étiologie. Bien que la plupart des cas soient causés par des allergènes, la rhinite non allergique existe également. Nous vous disons ici comment elle est traitée et comment la prévenir.

La principale cause est une infection virale. Cependant, elle peut également être causée par le contact avec des irritants dans l’environnement, il est donc important d’identifier son origine avant de commencer un traitement.

Les symptômes

Les symptômes de ce type de rhinite apparaissent plusieurs fois au cours de l’année. Les principales manifestations de la rhinite non allergique sont les éternuements et un écoulement nasal aqueux.

D’autres symptômes également se produire. Par exemple :

  • Respiration sifflante
  • Écoulement nasal
  • Congestion nasale
  • Perte d’odorat
  • Fièvre pas très forte

Les complications possibles

Une étude publiée sur Clinical and Experimental Allergy a montré que la rhinite non allergique est un facteur prédisposant au développement de l’asthme. Pour cette raison, certaines personnes peuvent également avoir des difficultés à respirer, ce qui les motive à consulter un médecin au plus vite.

Les autres complications possibles sont les suivantes :

Le rhume est une rhinite non allergique.
Les rhumes sont la cause la plus fréquente de rhinite non allergique, il est donc possible de les assimiler en pratique.

Les causes de la rhinite non allergique

Les infections virales sont l’une des principales causes, en particulier lorsqu’il s’agit d’une affection aiguë. Les symptômes sont également généralement associés à un agent qui irrite le nez.

Bien que l’agent causal spécifique soit inconnu dans la plupart des cas, certaines personnes ont associé les symptômes de la rhinite non allergique à des irritants. Ces irritants ne provoquent pas de cascade d’allergies dans l’organisme, mais favorisent uniquement une réaction locale au niveau du nez. Voici quelques exemples :

  • Poussière
  • Fortes odeurs de certains parfums
  • Atmosphère sèche et autres changements climatiques
  • Fumée de tabac ou autres polluants
  • Aliments très assaisonnés

La rhinite non allergique est également associée aux changements hormonaux de la grossesse et des règles. Aussi, certains médicaments sont capables de déclencher les symptômes :

  • Décongestionnants nasaux
  • Contraceptifs oraux
  • Bêta-bloquants, comme le propranolol
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’ibuprofène ou l’aspirine
  • Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, tels que le captopril



[/atomik -lu-aussi ]

Le diagnostic

Le diagnostic de rhinite non allergique est posé par un examen physique dans la plupart des cas. Le médecin posera des questions sur les symptômes, leur apparition et les déclencheurs possibles. Les informations fournies doivent être exactes pour faciliter la tâche.

Les autres questions peuvent être liées à l’environnement domestique ou professionnel, afin d’identifier le déclencheur. Le médecin doit également vérifier les narines pour observer l’inflammation de la muqueuse, ainsi que la sécrétion produite.

Les tests complémentaires ne sont généralement pas nécessaires. Cependant, le spécialiste peut effectuer un test cutané pour exclure les allergies. Certains tests sanguins, comme les tests d’allergènes, permettent également d’exclure d’autres étiologies.

Le traitement de la rhinite non allergique

La rhinite non allergique n’a pas de traitement spécifique.

Les indications médicales viseront à soulager les symptômes. Les décongestionnants nasaux offrent un soulagement immédiat, mais une utilisation excessive peut aggraver la situation.

Les antihistaminiques sont également un bon choix de traitement. Ces médicaments peuvent soulager l’inflammation, mais il est à noter que certains d’entre eux dessèchent davantage la muqueuse, il est donc nécessaire de consulter un spécialiste.

Les antibiotiques ne sont généralement pas nécessaires dans le traitement de la rhinite non allergique. À moins qu’il y ait surinfection bactérienne. Pour identifier cette complication, il sera nécessaire de réaliser une culture.

Une étude récente a révélé que l’utilisation de corticostéroïdes intranasaux soulage les symptômes de la maladie au cours des 4 premières semaines. Cependant, les effets à long terme sont incertains, et ces médicaments peuvent entraîner des effets indésirables.



[/atomik -lu-aussi ]

La prévention

Il n’existe pas de mesure efficace à 100 % pour prévenir l’apparition de la rhinite non allergique. Il est toutefois possible de réduire la probabilité d’occurrence. La condition est liée à divers déclencheurs, donc éviter l’exposition à ces particules semble être la meilleure recommandation.

Un autre conseil pour réduire la probabilité de souffrir de rhinite non allergique est de ne pas abuser des décongestionnants nasaux. L’arrêt du tabac et une consommation modérée d’alcool sont également des mesures efficaces pour contrôler la maladie.

Les personnes qui adhèrent à leur traitement sont moins susceptibles de développer à nouveau des symptômes. Par conséquent, il est important de suivre toutes les recommandations du spécialiste et de suivre correctement le traitement.

Décongestionnants nasaux pour la rhinite non allergique.
Bien que les décongestionnants soient efficaces pour contrôler les symptômes, il existe un risque de les utiliser en excès et de provoquer un effet rebond.

Quand consulter un médecin ?

Les difficultés respiratoires font partie des signes avant-coureurs qui motivent la consultation médicale. Cependant, il existe d’autres manifestations qui indiquent la présence d’une complication, parmi lesquelles se distinguent les suivantes :

  • Symptômes sévères et avec plusieurs semaines d’évolution
  • Présence d’une forte fièvre et d’un écoulement nasal purulent
  • Symptômes qui persistent malgré un traitement médical
  • Effets secondaires gênants provoqués par des médicaments en vente libre

Une maladie courante aux causes multiples

La rhinite non allergique est une maladie très courante qui touche des millions de jeunes adultes. La maladie n’est pas grave, mais elle peut compliquer les activités quotidiennes.

La meilleure option est d’identifier et d’éliminer l’agent déclencheur pour éviter les symptômes. Une consultation médicale est également nécessaire, afin d’exclure une éventuelle allergie et de commencer le traitement approprié.



  • Eifan AO, Durham SR. Pathogenesis of rhinitis. Clin Exp Allergy. 2016 Sep;46(9):1139-51.
  • Scadding GK, Kariyawasam HH, Scadding G, Mirakian R et al. BSACI guideline for the diagnosis and management of allergic and non-allergic rhinitis (Revised Edition 2017; First edition 2007). Clin Exp Allergy. 2017 Jul;47(7):856-889.
  • Segboer C, Gevorgyan A, Avdeeva K, Chusakul S et al. Intranasal corticosteroids for non-allergic rhinitis. Cochrane Database Syst Rev. 2019 Nov 2;2019(11):CD010592.
  • Hellings PW, Klimek L, Cingi C, Agache I et al. Non-allergic rhinitis: Position paper of the European Academy of Allergy and Clinical Immunology. Allergy. 2017 Nov;72(11):1657-1665.
  • Meng Y, Wang C, Zhang L. Diagnosis and treatment of non-allergic rhinitis: focus on immunologic mechanisms. Expert Rev Clin Immunol. 2021 Jan;17(1):51-62.
  • Eckrich J, Hinkel J, Fischl A, Herrmann E et al. Nasal IgE in subjects with allergic and non-allergic rhinitis. World Allergy Organ J. 2020 Jun 23;13(6):100129.