Contraceptifs pendant la puerpéralité : ce que vous devez savoir

L'allaitement maternel est le facteur fondamental dans le choix d'une méthode contraceptive pendant la puerpéralité. Tout ce qui pourrait nuire au nouveau-né doit être évité.
Contraceptifs pendant la puerpéralité : ce que vous devez savoir

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 22 septembre, 2022

La puerpéralité est la phase qui suit immédiatement l’accouchement. Il est très courant qu’au cours de cette phase, il y ait de nombreux doutes et questions sur les contraceptifs. Il y a des femmes qui se demandent quand elles peuvent reprendre les rapports sexuels, et s’il y a une possibilité d’une nouvelle grossesse, entre autres.

Le problème est qu’il n’est pas possible de déterminer quand survient la première ovulation après l’accouchement. Cela varie considérablement d’une femme à une autre et dépend également de diverses circonstances.

La puerpéralité et la contraception

La puerpéralité est l’étape qui commence à l’accouchement et qui se termine jusqu’à 40 jours après celui-ci. Pendant cette période, le corps d’une femme subit de grands changements, afin de revenir à l’état dans lequel il était avant la grossesse. Cette période se caractérise également par des transformations psychologiques et sociales.

Le stade de l’infertilité après l’accouchement est bref, en particulier chez les femmes qui ne nourrissent pas le bébé avec du lait maternel. Dans ces cas, la fertilité est généralement réactivée dans les 3 semaines. Chez les femmes allaitantes, elle survient au bout de six mois.

Les femmes non allaitantes ovulent presque toujours pour la première fois entre le 45ème et le 94ème jour après l’accouchement. Cependant, des cas ont également été enregistrés avec une ovulation au bout de 25 jours. Chez les femmes qui allaitent, cela a lieu 27 semaines après l’accouchement.

Il faut noter que l’utilisation de certains contraceptifs efficaces pendant la puerpéralité peut affecter l’allaitement. Pour cette raison, il est très important de choisir une méthode sûre avec peu d’effets indésirables pour le bébé.



Quels contraceptifs hormonaux sont indiqués pendant la puerpéralité ?

Les méthodes hormonales sont l’une des options les plus utilisées. Toutefois, ces contraceptifs comportent certains risques pendant la puerpéralité, puisqu’ils passent dans le lait maternel. Il en existe deux types :

  • Contraceptifs non combinés : ce sont ceux qui n’ont que des gestagènes. Ils ne doivent pas êtres utilisés avant 6 semaines après l’accouchement chez les mères qui allaitent. Les femmes qui n’allaitent pas doivent attendre 21 jours avant de les commencer.
  • Contraceptifs combinés : ils contiennent des œstrogènes et des gestagènes. Les mères qui allaitent ne devraient les prendre qu’à partir de 6 mois après l’accouchement, jamais pendant la puerpéralité. Chez les femmes non allaitantes, il est recommandé d’attendre 3 semaines avant la première prise.

La pilule du lendemain peut être utilisée pendant la puerpéralité, mais seulement 21 jours après l’accouchement.

L'allaitement maternel.
Les mères qui allaitent doivent programmer l’utilisation d’un contraceptif non combiné, de préférence. Elles courent ainsi moins de risques d’interrompre la production de lait.

Les autres contraceptifs pendant la puerpéralité

Pendant la puerpéralité, des méthodes contraceptives autres qu’hormonales peuvent également être utilisées. Chacune d’elles a ses avantages et ses inconvénients. À la femme de choisir celle qui convient le mieux à sa situation et à ses besoins.

Dispositif intra-utérin (DIU)

Le dispositif intra-utérin est peut-être la méthode contraceptive la plus utilisée dans le monde. Il a un taux d’échec de moins de 1 % par an et de 2 % à 6 % après 10 ans. Il dure entre 5 et 10 ans.

Le DIU peut être inséré après l’accouchement, au moins 4 semaines après l’accouchement. Il est également possible de l’insérer pendant les 48 heures après l’accouchement, mais pas dans la période comprise entre les premières 48 heures et 4 semaines.

Dans ce cas, peu importe si la mère allaite ou non. Ni même si l’accouchement a été vaginal ou par césarienne.



Méthodes barrières

Les préservatifs masculins ou féminins peuvent être utilisés à tout moment après la disparition des lochies. Ces derniers correspondent à un écoulement sanglant, qui survient après l’accouchement et dure entre 2 semaines et 1 mois.

Méthode MAMA

La méthode MAMA est également largement utilisée pendant la puerpéralité. Il est possible de le débuter après l’accouchement. Elle consiste à utiliser l’allaitement comme protection contre la grossesse.

Cette méthode n’est utile que les 6 mois suivants et nécessite 2 conditions à remplir :

  1. La femme n’a pas de règles.
  2. Le bébé est exclusivement allaité.

Si la menstruation apparaît, l’efficacité de la méthode diminue. La même chose se produit lorsque les tétées du bébé diminuent. Si l’une de ces circonstances existe, une autre méthode doit être ajoutée.

L’efficacité de la méthode MAMA est estimée à 98 %.

Stérilisation volontaire

La stérilisation volontaire est une méthode définitive de contraception. Cela signifie que la femme ne pourra plus avoir d’enfants.

Les techniques les plus utilisées pour y parvenir sont la ligature des trompes de Fallope et la méthode d’obstruction des trompes. Dans le cas des hommes, la vasectomie est utilisée.

Trompes de Fallope.
Parmi les femmes qui ne souhaitent plus avoir d’enfants, certaines planifient une césarienne en même temps que la ligature des trompes de Fallope, afin de ne plus pouvoir tomber enceinte.

Choisissez la méthode en fonction de conseils professionnels

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a établi des paramètres qui aident à choisir la meilleure méthode contraceptive pour chaque femme. À de telles directives, il faut ajouter le fait qu’une femme est en période de puerpéralité.

Les paramètres sont connus sous le nom de Critères d’éligibilité médicale pour l’utilisation de la contraception. La femme doit établir si la méthode utilisée est de catégorie 1 et 2 ; autrement, elle ne devrait pas l’utiliser.

Les catégories sont les suivantes :

  • Catégorie 1 : la méthode n’a aucune restriction quant à son utilisation.
  • Catégorie 2 : les avantages de la méthode l’emportent sur les risques.
  • Catégorie 3 : les risques l’emportent sur les avantages de la méthode.
  • Catégorie 4 : il y a un grand risque qui est inacceptable.

L’aspect le plus important pendant la puerpéralité est que les contraceptifs n’interfèrent pas avec l’allaitement ni avec la santé du nouveau-né. De manière générale, les méthodes non hormonales sont l’option préférée.

En cas de doute, mieux vaut consulter un médecin.
Cela pourrait vous intéresser ...
Dispositif intra-utérin : qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Dispositif intra-utérin : qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?

Le dispositif intra-utérin, également connu sous le nom de stérilet, est l'une des méthodes contraceptives réversibles les plus populaires.



  • Rodríguez-Rodríguez, R., Polentinos-Castro, E., Azcoaga-Lorenzo, A., González-Fernández, C., GESTAGAP, G., Rodríguez, R. R., … & Castro, E. P. (2019). Uso de la anticoncepción con solo gestágenos en atención primaria: estudio GESTAGAP. Atención Primaria, 51(8), 479-485.
  • Vásquez-Awad, D. (2020). Beneficios de los anticonceptivos orales combinados. Ginecología y Obstetricia de México, 88(S1), 47-55.
  • Fernández, M. D. L. D. V., González, R. G., Lázaro, G. A., & Bautista, B. E. (2015). Uso de anticonceptivos durante el puerperio y la lactancia materna. Metas de enfermería, 18(4), 4.