Comment savoir si une grosseur est bénigne ou maligne

16 février 2014
Une échographie permet de déterminer la nature des grosseurs, ce qui est indispensable pour émettre un diagnostic précoce et commencer un traitement le plus tôt possible s'il s'agit des grosseurs malignes.

Les nodules thyroïdiens se composent de cellules qui se développent localement dans la glande thyroïde, entraînant la formation de grosseurs sur la partie avant du cou, qui peuvent être bénignes ou malignes. Un plus grand nombre de femmes que d’hommes est touché par ce problème (5% pour les premières face à 1% pour les seconds), le risque augmentant avec l’âge. Ces nodules ou grosseurs sont généralement détectés par des palpations ou à vue d’oeil, mais n’étant pas toujours détectés, ils passent souvent inaperçus.

Il est très important de veiller à tout changement que nous observons sur notre corps ; si nous découvrons quelque chose d’anormal, soit à l’oeil nu, soit en palpant le devant du cou, il faut consulter au plus vite un endocrinologue, car lui seul peut indiquer s’il est nécessaire de réaliser des examens spécialisés, comme une écographie thyroïdienne pour vérifier la nature bénigne ou maligne des nodules. Il pourra ainsi prescrire le traitement qui lui semblera approprié. De plus, nous serons rassurés de connaître rapidement l’origine de ces grosseurs.

Les nodules thyroïdiens peuvent être :

  • Kystiques, lorsqu’ils renferment un liquide.
  • Solides, lorsqu’ils sont formés principalement par du tissu cellulaire.
  • Une combinaison des deux genres précédents, et contenir également du calcium, etc.

L’aspect malin des nodules est indépendante de leur structure. Selon l’Association Américaine de la Thyroïde neuf cas sur dix se révèlent bénins.

L’écographie est le moyen le plus efficace pour distinguer les lésions bénignes des lésions malignes. Lors de cet examen, on introduit une aiguille très fine pour percer la partie douteuse du nodule.

La ponction du nodule ou des nodules lors de l’écographie donne des résultats d’une grande fiabilité, car elle permet d’examiner le prélèvement durant ce processus. Dans le cas où le prélèvement s’avérerait insuffisant pour le cytologiste, il lui sera possible de suivre à nouveau ce même processus pour éliminer tout soupçon. Nous signalons que ce procédé n’est pas douloureux et se réalise sans anesthésie.

hypothyroïdie

Le travail conjoint du radiologue et du cytologiste permet d’établir un diagnostic précis qui devra être immédiatement révisé par l’endocrinologue qui a prescrit les examens, afin de commencer le traitement adéquat. Dès sa sortie de la salle de radiologie, le patient est informé du résultat de ses examens.

Il faut savoir que l’on ne doit jamais ignorer un symptôme qui pourrait soudain apparaître. Si l’on connaît bien son corps et que l’on s’examine fréquemment devant la glace, on est sûr de déceler une éventuelle grosseur naissante et l’on peut ainsi consulter sans délai un spécialiste afin de s’assurer qu’il n’y a rien de grave. C’est un moyen efficace pour prévenir les maladies graves, car si l’on contracte una maladie d’origine maligne mais que celle-ci est découverte à temps, les chances de l’éradiquer seront plus grandes.

A découvrir aussi