Septicémie chez les enfants et bébés : signes et symptômes

27 septembre 2020
La septicémie chez les enfants et les bébés est une maladie grave qui, si elle n'est pas traitée à temps, peut compromettre leur vie. Etant donné que les enfants, et surtout les plus jeunes, ne peuvent pas reconnaître leur maladie, les adultes doivent apprendre à identifier les symptômes.

La septicémie chez les enfants et les bébés est une maladie grave qui peut parfois conduire à la mort. Il s’agit effectivement d’une urgence médicale qui doit être traitée le plus rapidement possible car le temps joue en sa défaveur. Il est donc très important de connaître les signaux d’alerte.

Les personnes les plus sensibles à souffrir de cette maladie sont celles dont le système immunitaire est affaibli. Outre la septicémie chez les enfants et les bébés, cette grave condition est également très fréquente chez les personnes âgées, les malades chroniques et celles qui ont subi un traumatisme physique important.

Qu’est-ce que la septicémie ?

La septicémie est également appelée syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS). Elle se manifeste lorsque l’organisme génère une réaction disproportionnée face à une infection. Bien que tout le monde puisse souffrir d’une septicémie, chez les enfants et les bébés, elle présente quelques caractéristiques particulières.

Tout d’abord, la première chose qui se produit est une libération de substances chimiques dans la circulation sanguine pour combattre l’infection. L’effet est une inflammation dans tout le corps qui entraîne des dommages dans les tissus et les organes. Cela peut entraîner un dysfonctionnement de plusieurs organes.

Cette réponse anormale du système immunitaire affecte le fonctionnement cardiovasculaire, neuronal, hormonal, énergétique, métabolique ainsi que la coagulation. Dans les cas les plus extrêmes, elle conduit à la mort.

Un nourrisson dans une couveuse.

“La septicémie est une pathologie très grave qui requiert une attention immédiate afin d’éviter des séquelles mortelles.”

Découvrez davantage : Septicémie à méningocoque : une maladie à connaître

Types et formes de présentation

La septicémie est classée en fonction de sa gravité, de la quantité des organes impliqués et de la façon dont le corps réagit aux médicaments prescrits par le spécialiste. Après cette analyse, les types suivants existent :

  • Septicémie simple : lorsque la maladie n’a causé aucun dommage aux organes.
  • Grave : quand au moins un organe est défaillant ou lorsqu’il y a une baisse importante de la tension, mais qui peut être corrigée avec un traitement.
  • Choc septique : lorsqu’il y a une chute significative de la pression sanguine qui doit être traitée en urgence avec les médicaments adaptés.

Dans le cas de septicémie chez les enfants et les bébés, cette maladie se classe en deux types principaux :

  • Type néonatal : c’est celle qui affecte les bébés peu de temps après leur naissance. C’est le cas jusqu’à 90 jours après la naissance. Si elle se manifeste au cours des premiers jours, nous parlons de septicémie précoce.
  • Enfants plus âgés : il s’agit de la septicémie qui survient lorsque l’enfant a dépassé l’âge de trois mois.

Signes d’alerte de la septicémie chez les enfants et les bébés

La septicémie chez les enfants et les bébés est une condition de santé grave mais qui peut se traiter. L’essentiel est de se rendre au cabinet médical le plus rapidement possible. En effet, la détection précoce de cette affection fait souvent la différence entre la vie et la mort d’un enfant.

Par ailleurs, la septicémie est presque toujours précédée d’une infection, qui peut être localisée dans les voies urinaires, la peau, les os ou les poumons. Rappelons que les bébés prématurés et les nouveau-nés présentant un faible poids sont plus susceptibles de souffrir de septicémie. L’âge constitue également un facteur de risque.

Les principaux symptômes sont les suivants :

  • Fièvre ou température anormalement basse.
  • Rythme cardiaque accéléré.
  • Respiration à haute fréquence.
  • Pieds et mains froids.
  • Humidité dermique.
  • Confusion générale, vertiges, et désorientation.
  • Dyspnée.
  • Nausées et vomissements.

Il existe également un certain nombre de signaux d’alerte à surveiller. Tous suggèrent une condition grave qui doit être prise en charge par le médecin le plus rapidement possible.

Si plusieurs ou tous les symptômes signalés ci-dessus se manifestent de manière conjointe ou répétitive, l’urgence s’impose. Lorsque l’enfant présente un affaiblissement ou un mal-être imprécis qui l’empêche d’agir comme il le fait d’habitude, il faut accélérer le diagnostic et la prise en charge.

En outre, si le bébé ne mouille pas sa couche pendant au moins douze heures, c’est un autre signe de gravité puisque cela indique une déshydratation ainsi qu’un effort de l’organisme à retenir les liquides. Ceci est lié à une baisse de la tension artérielle et à une réduction du flux vers les reins.

Une consultation pédiatrique.

“La consultation d’urgence doit s’établir en fonction des symptômes. Si le médecin intervient précocement, les risques diminuent.”

Lisez également : La septicémie urinaire : causes et traitement

Prévention de la septicémie chez les enfants et les bébés

Il existe deux types de prévention de la septicémie chez les enfants et les bébés :

  • Primaire : elle correspond à l’immunisation avec l’usage des vaccins.
  • Secondaire : elle est pratiquée dans le cadre d’une prophylaxie antimicrobienne, à long terme, par l’administration d’antibiotiques, d’antiviraux et d’antifongiques. Principalement chez les patients dont le système immunitaire est compromis.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lancé un ensemble de recommandations afin que chaque famille puisse prévenir la septicémie chez les enfants et les bébés en particulier. Il faut savoir que cette maladie touche chaque année 3 millions de nouveau-nés et 1,2 millions d’enfants.

Les principales mesures sont les suivantes :

  • Hygiène adéquate à la maison.
  • Utilisation de l’eau potable.
  • Préparation des aliments pour une consommation sûre.
  • Respect du calendrier des vaccinations obligatoires.
  • Veiller à l’hygiène des toilettes et de la salle de bain.

Quant au personnel de santé, l’OMS conseille de respecter les cinq moments de lavage des mains. De plus, il faut maintenir un environnement de travail hygiénique, demander régulièrement des équipements de contrôle des infections et mettre en pratique les protocoles de prévention des infections chaque fois qu’un patient est traité.

  • Alejandro, B. C., Ronald, P. M., & Glenn, H. P. (2011). Manejo del paciente en shock séptico. Revista Médica Clínica Las Condes, 22(3), 293-301.
  • Coronell, W., Pérez, C., Guerrero, C., & Bustamante, H. (2009). Sepsis neonatal. Revista de enfermedades infecciosas en pediatría, 22(90), 57-68.
  • Baique-Sánchez, P. M. (2017, July). Sepsis en pediatría: nuevos conceptos. In Anales de la Facultad de Medicina (Vol. 78, No. 3, pp. 333-342). UNMSM. Facultad de Medicina.
  • Zea-Vera, Alonso, Christie G. Turin, and Theresa J. Ochoa. “Unificar los criterios de sepsis neonatal tardía: propuesta de un algoritmo de vigilancia diagnóstica.” Revista peruana de medicina experimental y salud publica 31 (2014): 358-363.
  • Shimabuku, Roberto, et al. “Etiología y susceptibilidad antimicrobiana de las infecciones neonatales.” Anales de la Facultad de Medicina. Vol. 65. No. 1. UNMSM. Facultad de Medicina, 2004.
  • Rios Valdéz, Claudia Verónica, et al. “Factores de riesgo asociados a sepsis neonatal.” Revista de la Sociedad Boliviana de Pediatría 44.2 (2005): 87-92.
  • Tijerina-Torres, Cinthya Yanet, et al. “Sepsis neonatal intrahospitalaria. Incidencia y factores de riesgo.” Revista Médica del Instituto Mexicano del Seguro Social 49.6 (2011): 643-648.
  • Tapia, José Luis, et al. “Sepsis neonatal en la era de profilaxis antimicrobiana prenatal.” Revista chilena de infectología 24.2 (2007): 111-116.