Sevrage du bébé : introduction des aliments solides

19 septembre 2020
Le sevrage du bébé est un moment crucial dans le vie du tout petit. Par conséquent, la transition doit être menée avec patience et en gardant à l'esprit que l'enfant pourra rejeter les nouveaux aliments, du moins au début.

Le sevrage du bébé correspond au processus par lequel l’enfant cesse petit à petit de se nourrir de lait maternel. Cette étape peut avoir lieu à des âges différents, car cela dépend de chaque famille, de la manière et du moment où il commence. Dans tous les cas, il doit s’agir d’une expérience progressive et affectueuse.

Cette étape est influencée par des aspects biologiques, sociaux et culturels. La science n’a pas établi de moment ou de façon de réaliser le sevrage idéal du bébé. Mais on sait cependant que l’allaitement maternel exclusif est fortement nécessaire jusqu’aux six mois de l’enfant. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, il n’est pas conseillé de dépasser deux ans.

Le sevrage du bébé : un processus variable

Dans la culture inuit, par exemple, l’allaitement maternel est pratiqué jusqu’à l’âge de 7 ans environ. En revanche, dans les cultures occidentales, un allaitement si prolongé n’est pas habituel. Quand et comment y mettre fin est une décision qui a trait aux aspects sociaux et à chaque maman et son bébé.

Toutefois, les organismes internationaux soutiennent que l’allaitement devrait être prolongé jusqu’aux deux ans de l’enfant maximum. Il est également recommandé de nourrir le bébé jusqu’à l’âge de 6 mois exclusivement avec du lait maternel. En effet, ce liquide contient tous les nutriments nécessaires pour cette étape.

Un bébé qui se nourrit.

“L’Organisation Mondiale de la Santé conseille l’allaitement maternel exclusif jusqu’à l’âge de six mois.”

Découvrez également: Allaitement mixte: peut-on donner du lait maternel et du lait en poudre dans le même biberon?

Types de sevrage du bébé

Le sevrage du bébé peut être de différents types. Le sevrage forcé est celui qui doit être effectué pour des raisons médicales ou autres cas de force majeure qui empêchent de poursuivre l’allaitement. Il s’agit par exemple de la séparation prolongée entre la mère et l’enfant ou de maladies infectieuses.

Par contre, le sevrage volontaire se fait à la demande de l’enfant ou de la mèreDans le premier cas, il peut arriver que l’enfant ne veuille pas continuer à prendre le sein, ou qu’il s’en désintéresse progressivement. Deuxièmement, la maman peut mettre fin à l’allaitement pour des raisons personnelles ou professionnelles.

Il faut garder à l’esprit que le bébé peut exprimer son mécontentement au sevrage si ce n’est pas son initiative. C’est une transition qui implique des efforts. L’idéal est de la mettre en place progressivement et avec beaucoup de patience.

Comment introduire les premiers aliments solides ?

Le moment de commencer l’alimentation solide et quels sont les premiers aliments à donner sont deux aspects qui ont évolué avec le temps. En général, les pédiatres recommandent que le bébé commence à manger des aliments solides lorsqu’il peut tenir sa tête droite et ouvrir la bouche quand il remarque la nourriture qui arrive. Cela se fait plus ou moins entre l’âge de 4 à 6 mois.

Un bébé qui mange des solides pour la première fois peut manifester des difficultés voire même rejeter les premiers repas. Il est conseillé de lui donner une demie cuillère à la fois afin qu’il puisse plus facilement transporter la nourriture de l’avant vers l’arrière de sa bouche. De plus, il est judicieux de donner quelques cuillères de lait maternel avant le repas pour que l’enfant n’ait pas un goût trop étrange en bouche.

Par ailleurs, il n’est pas bon de forcer le bébé à manger. L’important est d’essayer de chanter et de faire des jeux qui l’aident à apprendre petit à petit. Et s’il n’a pas beaucoup mangé, il faut lui donner le sein ou un biberon.

Il existe deux façons d’introduire les premiers aliments solides dans l’alimentation du bébé. La méthode traditionnelle qui comprend les purées au début et ensuite les aliments avec d’autres textures. Ou l’autorégulation du bébé qui lui permet de saisir des morceaux d’aliments avec ses petites mains, puis de les mener à sa bouche et de les goûter.

Deux biberons.

“Le sevrage du bébé est un processus long qui requiert de la patience. Vous pouvez vous aider avec d’autres compléments de lait.”

Lisez aussi : Mon bébé pleure après les repas : que faire ?

Conseils pour réussir le sevrage du bébé

Le sevrage du bébé doit être progressif. Cette transition n’est pas la même pour tous les enfants. En dessous de 12 mois, elle se fait en réduisant progressivement le nombre des tétées. Par contre, au-delà d’un an, le bébé a tendance à utiliser la méthode de distraction, comme faire un jeu ou une promenade.

Il est préférable d’éviter le non catégorique. On peut dire à l’enfant qu’il tétera en rentrant à la maison ou après avoir joué avec un jeu qu’il adore afin que son attention se focalise sur autre chose. Lorsque l’enfant a déjà acquis une certaine compréhension, il est possible de négocier. Par exemple, il prendra seulement une tétée avant de dormir le soir.

D’autre part, il est judicieux que le sevrage du bébé ne commence pas à des moments cruciaux de sa vie. Comme par exemple lorsqu’il commence à aller en crèche, que vous venez de déménager ou qu’un nouveau bébé vient d’arriver dans la famille. Cette transition ne devrait pas non plus se faire pendant les fameuses poussées de croissance.

Enfin, il faut garder à l’esprit que le sevrage est stressant pour l’enfant. Il est donc utile de lui accorder du temps pour le rassurer.

  • Odent, M., Cisneros, M. V., & Balbás, M. J. (2007). El bebé es un mamífero. Ob Stare.
  • Oribe, M., Lertxundi, A., Basterrechea, M., Begiristain, H., Santa Marina, L., Villar, M., … & Ibarluzea, J. (2015). Prevalencia y factores asociados con la duración de la lactancia materna exclusiva durante los 6 primeros meses en la cohorte INMA de Guipúzcoa. Gaceta Sanitaria, 29(1), 4-9.
  • International Baby Food Action Network, and UNICEF. “Lactancia materna: una estrategia para mejorar la salud, el crecimiento y la nutrición del lactante y del niño pequeño.” (2004).
  • Castillo Belén, Juan Ramón, et al. “Lactancia materna e inmunidad: Impacto social.” Medisan 13.4 (2009): 0-0.
  • Roy, M. R. (2006). El destete natural. Medicina naturista, (10), 161-167.
  • Díaz-Gómez, N. M. “¿ En qué situaciones está contraindicada la lactancia materna.” Acta Pediatr Esp 63.8 (2005): 321-327.
  • Vidal, A. Viñas. “La lactancia materna: técnica, contraindicaciones e interacciones con medicamentos.” Pediatría Integral 15.4 (2011): 317-328.
  • Díaz-Gomez, M. “Contraindicaciones y falsas contraindicaciones para la lactancia materna.” J. Maldonado, J. Ansótegui, M. Gómez, A. Papí, M. Aguilar, L. Rivera,… & D. Gómez de La Torre (Eds.), Lactancia materna: Guía para profesionales 5 (2004): 107-118.
  • Romero-Velarde, Enrique, et al. “Consenso para las prácticas de alimentación complementaria en lactantes sanos.” Boletín médico del Hospital Infantil de México 73.5 (2016): 338-356.
  • Garibay, Edgar M. Vásquez, et al. “Recomendaciones para la alimentación del niño durante los primeros 23 meses de vida.” Pediatría de México 14.1 (2012): 25-42.