Squid Game : quels sont les effets secondaires sur la santé ?

Une série Netflix peut-elle changer le comportement des enfants dans les écoles ? Plusieurs rapports indiquent que oui. Nous en parlons ici.
Squid Game : quels sont les effets secondaires sur la santé ?
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 12 novembre, 2022

Squid Game est la série à sensation internationale de Netflix, mais des inquiétudes ont été exprimées quant à ses effets secondaires potentiels sur la santé mentale. Surtout, les organisations médicales, psychologiques et sociales avertissent que les enfants pourraient être sensibles à l’intrigue et aux images du produit audiovisuel.

Une partie de son succès mondial est attribuée au moment où elle a fait ses débuts. Avec moins de restrictions après le confinement par la pandémie de COVID-19, la série évoque le désespoir typique des temps confus. Il n’est pas difficile de ressentir ce que ressentent les protagonistes lorsque des événements hors de leur portée les mettent dans des situations extrêmes.

Aussi, Squid Game fonctionne comme une satire du système télévisé des jeux télévisés typiques du Japon ou en Corée. Il est possible que le scénario ait été créé avec un message social, mais il l’a transcendé en un divertissement qui ne semble pas anodin pour tout le monde.

La violence dans Squid Games

La série Netflix a un contenu violent. En témoigne son catalogage sur la plateforme, qui le place dans la catégorie des films non adaptés aux personnes de moins de 17 ans. Toutefois, parmi les plus de 111 millions de personnes ayant visionné cette série au cours du premier mois, figurent sans doute enfants.

D’ailleurs, l’apparition de challenges viraux sur les réseaux sociaux comme Instagram et TikTok, avec des adolescents imitant des scènes de la série, le prouvent. C’est peut-être cette viralisation qui a alerté différentes organisations médicales et sociales sur les effets secondaires de Squid Game.

Le portail Common Sense Media considère que ce produit audiovisuel ne doit pas être vu par des mineurs de moins de 16 ans. Dans sa description, il est précisé qu’il y a une violence extrême.

Il est intéressant de noter que le même portail permet aux utilisateurs de donner leur avis pour savoir s’ils sont d’accord ou non avec cette remarque. À l’heure actuelle, les parents considèrent que cette série devrait être destinée aux personnes de plus de 17 ans, tandis que les adolescents fixent l’âge de 14 ans.

Malgré la violence explicite, ce si grand nombre de visualisations est sans doute dû à la dissonance cognitive que le spectacle crée. Des scènes sadiques et de mort sont mises en scène dans des jeux pour enfants. Cela frappe le cerveau du spectateur, qui veut savoir comment ces situations seront résolues.

Une dissonance cognitive est comme un état d’inconfort de l’esprit. On perçoit deux situations qui devraient s’opposer sur le même plan. Dans ce cas, les jeux d’enfants ne correspondent pas à la mort qui se transforme en spectacle.

Les effets secondaires de Squid Game sont surtout associés à la santé mentale. Pour la population enfantine, il est plus difficile d’interpréter les dissonances cognitives, ce qui favorise des interprétations erronées de l’intrigue.



Les réactions dans le monde

Différentes organisations gouvernementales et privées ont réagi à la découverte de certains effets secondaires sur la santé de Squid Game. Des mouvements dirigés par des parents ont également attiré l’attention des autorités.

Les écoles ont joué un rôle de premier plan dans ce scénario. Elles s’avèrent être des espaces privilégiés pour donner des recommandations aux adultes, discuter de certaines questions pertinentes avec les enfants et détecter les comportements violents.

Une école de l’État d’Atlanta, aux États-Unis, a envoyé un communiqué aux parents pour les informer qu’à l’intérieur de l’établissement il était interdit de parler ou de discuter de Squid Game. Elle ne permet pas non plus aux élèves de recréer des scènes de la série pendant la récréation.

Une autre école, cette fois en Belgique et appartenant à l’État, a également contacté les parents à ce sujet. Après avoir détecté que dans la cour plusieurs élèves imitaient des scènes de la série, ils ont demandé aux tuteurs des enfants de ne pas leur laisser voir la série qui, selon eux, ne conviendrait pas aux enfants de moins de 18 ans.

En Angleterre, il en est de même. Un conseil de l’éducation du sud du pays recommande aux enfants d’éviter de regarder des scènes de Squid Game. C’est aussi ce que conseille l’organisation australienne ReachOut qui se concentre sur la santé mentale des jeunes.

Scènes du jeu de calmar dans les écoles.
La reproduction de scènes de la série à la récréation a alerté les enseignants et les responsables de l’école.

Les effets secondaires sur la santé de séries comme Squid Game

Il n’y a pas d’études scientifiques sur les effets secondaires de Squid Game sur la santé. En tout état de cause, des analyses et recherches sociologiques ont été menées pour déterminer la relation entre la violence consommée de manière audiovisuelle et son expression dans la réalité.

Est-il possible que la consommation de séries et de programmes violents conduise à des agressions ultérieures dans la vraie vie ? Selon une étude réalisée au Portugal, la violence à la télévision est un facteur qui contribue à ce que les élèves expriment une agression physique envers les autres, à condition qu’ils s’intéressent véritablement aux personnages de l’histoire qu’ils voient.

Bien entendu, ce n’est pas un résultat immédiat. Cela signifie que les jeunes ne deviennent pas violents simplement en regardant une série. Comme le précisent clairement les experts Huesmann et Taylor, il existe des facteurs modérateurs qui déterminent comment une personne assimile ce qu’elle voit et le traduit en comportements.

Selon ces auteurs, la violence observée dans un spectacle audiovisuel affecte la vie quotidienne à travers deux mécanismes plus clairs : l’un est la tentative de suicide, qui s’enregistre avec une prévalence plus élevée chez les adolescents ; l’autre est la reproduction de scènes violentes sous forme de jeu ou d’imitation. C’est ce que rapportent des écoles en Belgique, aux États-Unis et en Angleterre.

Désensibilisation à la violence

Lorsque la violence devient naturelle, alors elle n’est pas condamnée. Pour les plus jeunes, cette composante claire vient de la publicité, des réseaux sociaux et de la consommation de produits de divertissement.

Avec une personnalité en formation, il est difficile pour les adolescents de savoir discriminer ce qui est juste de ce qui ne l’est pas, tout comme il leur est difficile de séparer le monde réel du monde fictif. A court terme, la possibilité d’imiter ce qu’ils voient dans une série se présente comme une opportunité de tester leurs propres limites.

Comme le précise un groupe de spécialistes au Royaume-Uni, la violence dans les médias de consommation de masse génère de l’excitation, en particulier chez les hommes plus jeunes. Et cette excitation est d’autant plus grande qu’ils ont été exposés auparavant à d’autres formes de violence audiovisuelle.

Enfants dans les réseaux sociaux.
L’utilisation permanente des réseaux sociaux et l’exposition à des messages que les parents ne peuvent filtrer, augmente la dissonance cognitive chez les jeunes.

Le rôle de la pression des pairs

Pour les enfants et les jeunes, l’effet de pression de groupe n’est pas moindre. Les effets secondaires sur la santé mentale de Squid Game sont associés au besoin d’appartenir à un groupe et de ne pas être rejeté.

Si un collègue ou un ami regarde la série Netflix, l’autre veut aussi la voir pour ne pas être en reste. Et si le premier vous invite à imiter une scène, le second aura tendance à accepter l’invitation pour ne pas être rejeté.

Dans un cercle vicieux, les influences négatives des séries audiovisuelles se reproduisent et se diffusent, car il y a un besoin adolescent d’être accepté. La diffusion de l’imitation des jeux à la récréation repose sur ce comportement.



Les effets secondaires sociaux de Squid Game apparaissent chez les jeunes

Le plus grand danger social de la naturalisation de la violence est le manque d’empathie. S’il nous semble normal et acceptable de maltraiter les autres pour un bénéfice particulier, alors le tissu social est détruit.

Les jeunes sont plus susceptibles d’acquérir ces comportements imités parce qu’ils ne peuvent pas bien comprendre la différence entre la fiction et la réalité. L’accompagnement des parents est donc essentiel. Les effets secondaires de la série Squid Game ne seraient pas tels si les adultes prenaient le temps d’accompagner et de discuter avec leurs enfants.

La réduction de la violence chez les adolescents ne dépend pas tant de l’interdiction d’une série Netflix, mais de l’exercice du rôle d’adulte dans l’éducation. Les moins de 17-18 ans ne devraient pas voir cette série, mais s’ils la regardent, ils doivent être éduqués de manière à la comprendre.



  • Matos AP, Ferreira JA, Haase RF. Television and aggression: a test of a mediated model with a sample of Portuguese students. J Soc Psychol. 2012 Jan-Feb;152(1):75-91. doi: 10.1080/00224545.2011.555645. PMID: 22308762.
  • Huesmann LR, Taylor LD. The role of media violence in violent behavior. Annu Rev Public Health. 2006;27:393-415. doi: 10.1146/annurev.publhealth.26.021304.144640. PMID: 16533123.
  • Nicklin LL, Swain E, Lloyd J. Reactions to Unsolicited Violent, and Sexual, Explicit Media Content Shared over Social Media: Gender Differences and Links with Prior Exposure. Int J Environ Res Public Health. 2020 Jun 16;17(12):4296. doi: 10.3390/ijerph17124296. PMID: 32560142; PMCID: PMC7345319.
  • Kousha M, Mehdizadeh Tehrani S. Normative life events and PTSD in children: how easy stress can affect children’s brain. Acta Med Iran. 2013;51(1):47-51. PMID: 23456584.
  • Mrug S, Madan A, Cook EW 3rd, Wright RA. Emotional and physiological desensitization to real-life and movie violence. J Youth Adolesc. 2015 May;44(5):1092-108. doi: 10.1007/s10964-014-0202-z. Epub 2014 Oct 19. PMID: 25326900; PMCID: PMC4393354.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.