Streptocoque positif et grossesse : est-ce dangereux ?

30 août 2019
Connaître l'existence d'un streptocoque positif pendant la grossesse et en informer les professionnels de santé permet de prendre le problème en main et ainsi de réduire les risques pour le bébé.

Parmi les derniers examens qu’on réalise avant l’accouchement, on trouve la détection du streptocoque positif.

Le vagin comporte une flore bactérienne équilibrée, aussi appelée microbiote vaginal. Sa fonction est de protéger les femmes des germes mauvais pour leur organisme. Cette flore comporte le Streptococcus agalactiae ou Streptococcus pyogenes. 

La présence du streptocoque dans l’organisme est souvent asymptomatique. Aucun signe ne peut faire suspecter sa présence. C’est seulement dans certaines situations, comme la grossesse, que nous devons être au courant de son existence pour pouvoir adapter les protocoles.

Lisez également : Tout ce que vous devez savoir sur la listériose pendant la grossesse

Le streptocoque

Lors d’une grossesse, on réalise des examens pour l’évaluation d’une grossesse saine et avec peu de risques pour le bébé et pour la mère. Parmi ceux-ci, on trouve en règle générale des analyses de sang, des échographies et le dépistage du streptocoque positif.

Le suivi de la grossesse pendant les 2 premiers trimestres se concentre sur le bon développement du bébé et sur l’état général de santé de la mère. Au cours du troisième trimestre, la plupart des examens se tournent vers le processus d’accouchement et visent à apporter le plus grand nombre d’informations pour réduire les risques.

Autour de la 35e semaine, la femme enceinte aura rendez-vous avec la sage-femme ou avec le gynécologue pour l’évaluation de l’état de santé et pour la réalisation du dépistage du streptocoque positif.

A voir : 7 questions inhabituelles à poser à votre gynécologue 

Pour pouvoir détecter la présence de la bactérie, il faut obtenir un échantillon de sécrétions vaginales à l’aide d’un écouvillon ou coton-tige. La technique est rapide et indolore.

Que faire pour réduire les risques ?

Le Streptococcus agalactiae fait partie de la flore normale de notre tractus gastro-intestinal. Celui-ci peut coloniser de forme sporadique le vagin ou le tractus urinaire. En outre, environ 15 % des femmes enceintes en sont porteuses.

Il n’est pas possible de prévenir l’apparition du streptocoque positif dans l’examen de culture. Tel que nous l’avons mentionné, il fait partie de la flore habituelle. Cela suppose que l’organisme ne l’identifie généralement pas comme pathogène nuisible pour le corps. Dans certaines situations, il faut renforcer la vigilance.

Au moment de l’accouchement, le nouveau-né peut être contaminé par la bactérie. Cela supposerait un risque d’infection. Les professionnels de la santé possèdent des ressources et des protocoles afin de réduire les risques de contagion. Par conséquent, il est très important que les femmes porteuses de la bactérie donnent l’information en arrivant à l’hôpital.

Le résultat arrive une semaine après l’examen au cabinet du professionnel de santé qui l’a réalisé. Il est important d’avoir le résultat avant d’arriver à l’hôpital pour être prise en charge pendant l’accouchement.

La procédure à l’hôpital en matière de streptocoque positif

Un médecin suit sa patiente et vérifie qu'elle ne souffre pas du streptocoque positif

Vous devrez avoir avec vous la feuille de suivi de la grossesse à chacune de vos visites à l’hôpital. Sur cette feuille, les personnels de santé notent les résultats de tous les examens qui doivent être réalisés. Vous pourrez constater une partie où apparaît le sigle SGB ou Streptococcus agalactiae. On y notera si le résultat est positif ou négatif.

Face à la présence d’un résultat au streptocoque positif, on active une procédure. Les procédures sont propres à chaque hôpital selon leurs pratiques cliniques. La procédure la plus courante est la suivante :

  • Il faut mettre en place une voie veineuse périphérique. Avoir une manière d’accéder au système sanguin permet d’aider à la pratique clinique. On recommande que la voie soit placée dans une zone de non-flexion du bras. Cela favorise un mouvement postérieur plus facile
  • On doit savoir s’il existe un type d’allergie à un médicament, surtout à un antibiotique. Si vous avez eu une réaction allergique à un antibiotique, vous devez en informer l’équipe médicale.
  • On administre toutes les 4 ou 6 heures un antibiotique par voie intraveineuse jusqu’à la naissance du bébé. On peut également utiliser la voie orale
  • Visites quotidiennes du pédiatre après la naissance : après l’accouchement, le pédiatre visitera le nouveau-né tous les jours pendant l’hospitalisation. L’objectif est d’évaluer l’état de santé du bébé

L’objectif principal d’un suivi et d’un protocole est de réduire au maximum les risques possibles de contagion pour le bébé. Connaître les résultats des examens facilite les procédures que le personnel de santé doit suivre.

 

  • En, A., & Recien, E. L. (2006). Ministerio de Salud Guías Nacionales de Neonatología. Test.
  • Fischetti, V. A., & Ryan, P. (2015). Streptococcus. In Practical Handbook of Microbiology, Third Edition. https://doi.org/10.1201/b17871
  • Servei de Medicina Maternofetal. Institut Clínic de Ginecologia, Obstetrícia i Neonatologia, Hospital Clínic de Barcelona. PREVENCIÓN DE LA INFECCIÓN PERINATAL POR ESTREPTOCOCO DEL GRUPO B. RECOMENDACIONES DURANTE LA GESTACIÓN Y EL PARTO. https://medicinafetalbarcelona.org/protocolos/es/patologia-materna-obstetrica/SGBprevencioninfeccionperinatal.pdf