Thérapie de substitution nicotinique

La thérapie de substitution nicotinique apporte de la nicotine mais pas les substances chimiques des cigarettes qui sont mauvaises pour la santé. En quoi consiste-t-elle ? Quelles sont ses options ? Découvrez-le dans cet article.
Thérapie de substitution nicotinique

Dernière mise à jour : 04 juin, 2021

La thérapie de substitution nicotinique est un traitement pour le tabagisme. Avec ce traitement, vous apportez de la nicotine sous forme de chewing-gums, de patchs, de sprays ou de pastilles à sucer. Les différentes options de thérapie de substitution, même si elles apportent de la nicotine, ont l’avantage d’éviter les substances chimiques des cigarettes et de leur combustion, qui sont extrêmement nocives pour la santé.

Comment fonctionne la thérapie de substitution nicotinique ?

La thérapie de substitution peut vous aider avec les symptômes d’abstinence et avec l’envie de fumer que vous ressentez lorsque vous arrêtez de consommer du tabac. En général, les fumeurs ont besoin de plusieurs essais avant de réussir à arrêter définitivement.

La majorité des fumeurs rechutent le premier mois, surtout à cause des symptômes qu’ils ont suite au syndrome d’abstinence de nicotine. La thérapie de substitution ne traite que les aspects de dépendance physiquepar conséquent, il est probable que vous deviez inclure d’autres stratégies pour surmonter la dépendance psychologique.

Les études menées sur la thérapie de substitution révèlent que, quand on combine cette thérapie de substitution nicotinique à un soutien psychologique, les probabilités de réussir à arrêter de fumer sont beaucoup plus élevées.

Vouloir arrêter de fumer.

La thérapie de substitution nicotinique est l’une des options thérapeutiques pour calmer les symptômes qui apparaissent lorsqu’on arrête de fumer.

Types de thérapie de substitution nicotinique

L’Administration des Aliments et Médicaments (FDA) a approuvé différentes formes de thérapie pour pouvoir arrêter de fumer :

1. Patchs

Il s’agit d’une façon d’administrer la nicotine à travers la peau. Ils fournissent une dose adéquate de nicotine à chaque personne. Au fur et à mesure que le temps passe, les doses comprises dans les patchs diminuent, tout comme votre dépendance à la nicotine.

  •  Patch de 16 heures : ils conviennent aux personnes qui fument peu. Cependant, il faut prendre en compte qu’ils ne fournissent pas de nicotine la nuit et que cela ne vous servira pas de traitement si vous souffrez du syndrome d’abstinence tôt le matin.
  • Patch de 24 heures : avec l’utilisation de ces patchs, l’apport en nicotine est constant et permet d’éviter les symptômes d’abstinence.

Les patchs se changent chaque matin en les collant sur une zone de peau propre et sèche. Parmi les possibles effets secondaires du patch de nicotine, nous avons les irritations de la peau, les vertiges, les maux de tête, les nausées ou la difficulté à dormir.

Ceci peut vous intéresser : Comment le tabac affecte-t-il le cœur ?

2. Chewing-gums

Des chewing-gum de nicotine.

La consommation de ces chewing-gums doit se faire pendant six mois maximum. Par ailleurs, on ne doit pas en manger plus de 24 par jour.

Si vous utilisez des chewing-gums de nicotine, l’absorption se fait à travers la muqueuse buccale. Les chewing-gums sont disponibles à des concentrations de 2 mg et 4 mg et se mâchent très lentement jusqu’à sentir leur saveur.

Ensuite, vous devez le maintenir au creux de l’une de vos joues jusqu’à ne plus sentir sa saveur. Répétez ce processus en changeant de côte de la bouche. Le processus de mastication doit se faire pendant une heure.

Étant donné que la nicotine s’absorbe par la muqueuse buccale, les aliments et boissons peuvent affecter son absorption. Il est donc recommandé de ne pas manger ou boire au moins quinze minutes avant de mâcher le chewing-gum.

Il ne faut pas consommer plus de 24 chewing-gums par jour ou prolonger le traitement plus de six mois. L’idéal est de les utiliser entre deux et quatre mois. En tant que possibles effets secondaires, vous pouvez voir apparaître un mauvais goût dans la bouche ou avoir la gorge irritée, entre autres.

3. Spray nasal de nicotine

Le spray de nicotine est un traitement qui permet à la nicotine d’atteindre rapidement le sang parce qu’elle s’absorbe par la muqueuse nasale. Il est utile pour soulager rapidement les symptômes du syndrome d’abstinence, en aidant à contrôler l’envie de fumer.

La FDA recommande son utilisation entre trois et six mois. Les effets secondaires les plus communs qui dérivent de l’utilisation du spray nasal de nicotine incluent une irritation de la gorge et du nez. Quelques semaines après avoir arrêté d’utiliser le spray, ces effets disparaissent.

4. Comprimés de nicotine

Les comprimés de nicotine se présentent avec deux doses différentes pour couvrir les besoins en nicotine de chaque fumeur. La concentration peut être de 2 ou de 4 mg, et les fumeurs choisissent celle qui correspond le mieux à leurs besoins en nicotine.

Normalement, on recommande de sucer un comprimé toutes les 1-2 heures pendant un mois et demi, puis on passe à un comprimé toutes les 2-4 heures pendant presque deux mois et, enfin, un toute les 4-8 heures pendant trois mois.

Comme avec les chewing-gums, les comprimés de nicotine s’absorbent par la muqueuse buccale et, par conséquent, il ne convient pas de manger ou de boire au moins un quart d’heure avant de sucer un comprimé, ou pendant que vous êtes en train de le consommer. Vous devez sucer le comprimé jusqu’à sa dissolution totale (environ une demi-heure).

Conclusion

Aucun type de thérapie de substitution nicotinique n’est meilleure qu’une autre. Il faut simplement trouver laquelle s’adapte le mieux à votre style de vie et à votre façon de fumer.

Cela pourrait vous intéresser ...
3 thérapies naturelles contre la dépendance à la nicotine
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
3 thérapies naturelles contre la dépendance à la nicotine

La dépendance à la nicotine est un grave problème. Or, la dépendance que provoque cette substance contenue dans le tabac rend bien cela plus compliqué.



  • Bello, S. (2011). Tratamiento del Tabaquismo. Revista Chilena de Cardiología. https://doi.org/10.4067/s0718-85602011000300007
  • PG, M., & HA, L. (1992). Una evaluación de los chicles de nicotina como un complemento a la libertad de las clínicas para dejar de fumar. Addictive Behaviors.
  • Ciencias, F. D. E., & Sociología, P. Y. (2012). eficacia de la terapia cognitivo conductual, las parches de nicotina y su combinación para dejar de fumar. Uni Complutense de Madrid.