3 signes qui indiquent que vous êtes nymphomane

Savez-vous faire la différence entre la dépendance sexuelle et une libido saine ? Découvrez ici plusieurs clés qui vous permettront de faire la distinction.
3 signes qui indiquent que vous êtes nymphomane

Dernière mise à jour : 09 janvier, 2022

On pensait autrefois qu’une personne libertine était une nymphomane. Cependant, la nymphomanie a évolué vers ce que nous comprenons aujourd’hui comme « l’hypersexualité ». L’hypersexualité fait référence à une participation anormalement élevée ou extrême à toute activité sexuelle.

Aujourd’hui, on a tendance à classer tous les comportements qui s’écartent légèrement de la norme comme troubles mentaux. Cela se voit également dans le domaine du sexe, où toute personne ayant un désir sexuel supérieur à ce qui est considéré comme normal est appelée une accro au sexe. Découvrez ci-dessous quels sont les trois signes permettant d’identifier une personne nymphomane, ou plutôt, qui souffre d’addiction sexuelle ou d’hypersexualité.

Qu’est-ce que l’hypersexualité ?

L’hypersexualité est un comportement humain qui désigne un appétit sexuel excessif. Dans le passé, le terme «  nymphomanie » était utilisé pour les femmes ; dans le cas des hommes, on parlait de « satyriasis ». Quoi qu’il en soit, lorsqu’on parle de comportement sexuel et de la façon dont la société le voit, différents facteurs doivent être pris en compte : le temps, les valeurs sociales et culturelles, les principes éthiques et les croyances religieuses.

Bien qu’il n’y ait pas de consensus scientifique concernant la définition du terme, on parle de dépendance sexuelle lorsque la pratique sexuelle est utilisée pour soulager un inconfort, et pas seulement pour le plaisir. Au cours des dernières décennies, ce problème a commencé à être traité comme tout autre type de dépendance.

Le diagnostic repose sur les caractéristiques individuelles du patient et est très subjectif. Au lieu de qualifier quelqu’un de nymphomane, on le qualifie aujourd’hui d’hypersexuel.

Femme avec du rouge à lèvres mordant une cerise.

Il existe de nombreuses théories sur les causes de la dépendance sexuelle

  • Impulsion sexuelle
  • Facteurs neurologiques : lésions cérébrales, chirurgies, utilisation d’agents dopaminergiques pour la maladie de Parkinson
  • Psychodynamique : désir incontrôlable de tenter des expériences sexuelles négatives pendant l’enfance
  • Prédisposition génétique : on pense aujourd’hui que la génétique pourrait entretenir un lien avec ce comportement

3 signes qui indiquent qu’une personne est nymphomane ou hypersexuelle

1. Elle a recours au sexe pour se sentir mieux face à ses problèmes

Le premier symptôme de tout type de dépendance est la répétition compulsive d’un comportement visant à améliorer l’humeur. La personne accro au sexe cherchera à avoir des rapports sexuels à tout prix lorsqu’elle a des problèmes, ou qu’elle éprouve de l’anxiété ou lorsqu’elle s’ennuie.

Selon ses caractéristiques individuelles, elle peut avoir recours à la masturbation, à la pornographie ou avoir des rapports avec quelqu’un. Bien qu’à première vue ce comportement ne semble pas nuisible, très vite il se caractérise par une perte de liberté de la part, car le sexe deviendra le centre de sa vie : le temps passé à fantasmer, les pulsions et les comportements sexuels interféreront avec ses objectifs et ses obligations.

La personne nympho a une dépendance sexuelle.

2. Elle est infidèle, même si cela la fait se sentir mal  

La personne hypersexuelle est incapable de résister à un rapport sexuel, même si cela lui fait du mal. Par conséquent, dans le cadre d’une relation monogame, elle aura des rapports sexuels en dehors du couple si l’occasion se présente. Les envies et les fantasmes sexuels sont récurrentes, et sont accompagnés de détresse émotionnelle et d’un sentiment de culpabilité.

Cela ne veut pas dire, cependant, que tous ceux qui trompent leur partenaire souffrent d’une dépendance sexuelle. Les causes de l’infidélité sont nombreuses.

3. Elle cherche avant tout de nouvelles sensations

L’une des composantes d’une libido saine est la recherche de variété et de nouvelles émotions. Cependant, le sex addict va plus loin. Le besoin d’expérimenter de nouvelles sensations lui fera adopter des comportements sexuels sans mesurer les risques. Il peut aussi tomber dans les paraphilies les plus extrêmes.

Que faire en cas de présentation de ces signes ?

L’hypersexualité a toujours existé, même si la manière de l’aborder a varié selon son développement et la culture de chaque société. Gardez à l’esprit que ce comportement sexuel est associé à une détresse et à une déficience fonctionnelle, et est dû à de multiples facteurs, comme le trouble bipolaire ou encore les effets indésirables des traitements.

Si vous présentez des signes d’addiction au sexe, l’intervention d’un spécialiste est importante. C’est une façon de prendre soin de votre santé sexuelle et de votre qualité de vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 positions pour faire l’amour debout
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
6 positions pour faire l’amour debout

Découvrez ici 6 positions pour faire l'amour debout et échapper à la routine du lit et de la chambre. Ces positions sont à la fois faciles et excit...



  • Castro-Calvo, J., Ballester-Arnal, R., Salmerón-Sánchez, P. y Gil-llario, M. D. (2016). Traducción y validación preliminar del cuestionario de adicción al sexo en jóvenes. International Journal of Developmental and Educational Psychology, 2, 319-328.
  • Reid, R. C., Garos, S. y Carpenter, B. N. (2011). Reliability, validity, and psychometric development of the Hypersexual Behavior Inventory in an outpatient sample of men. Sexual Addiction & Compulsivity, 18, 30-51.
  • Reid, R. C., Garos, S. y Fong, T. (2012). Psychometric development of the hypersexual behavior consequences scale. Journal of Behavioral Addictions, 1, 115-122.
  • Rettenberger, M., Klein, V. y Briken, P. (2015). The relationship between hypersexual behavior, sexual excitation, sexual inhibition, and personality traits. Archives of Sexual Behavior,  First Publ, 1-15.
  • Wines, D. (1997). Exploring the applicability of criteria for substance dependence to sexual addiction. Sexual Addiction & Compulsivity, 4, 195-220.
  • Frías Ibáñez, Á, & Vázquez Costa, M. (2012). Hipersexualidad primaria: Estatus nosológico, etiopatogenia y tratamiento. Revista De Psiquiatría Y Salud Mental, 5(3), 205-207. doi:10.1016/j.rpsm.2012.03.003
  • Codling, D., Shaw, P., & David, A. S. (2015). Hypersexuality in Parkinson’s Disease: Systematic Review and Report of 7 New Cases. Movement disorders clinical practice, 2(2), 116–126. https://doi.org/10.1002/mdc3.12155
  • Asiff M, Sidi H, Masiran R, Kumar J, Das S, Hatta NH, et al. Hypersexuality As a Neuropsychiatric Disorder: The Neurobiology and Treatment Options. Curr Drug Targets. 2018;