Tumeurs bénignes : tout ce que vous devez savoir

18 décembre 2020
La plupart des tumeurs bénignes ne nécessitent pas d'intervention, à moins que le patient ne le souhaite pour des raisons esthétiques. Quoi qu'il en soit, nous vous conseillons de consulter un dermatologue pour obtenir un diagnostic fiable.

Selon un article publié dans le Journal of Cutaneous and Aesthetic Surgery, ces altérations ont lieu suite à une multiplication excessive d’un ou plusieurs composants de la peau. Bien qu’elles soient rarement graves, il est nécessaire de consulter un dermatologue pour les évaluer. Vous voulez en savoir plus sur le sujet ? Lisez la suite !

Pourquoi les tumeurs bénignes apparaissent-elles ?

Comme tous les néoplasmes, une tumeur bénigne est une masse de cellules anormales. Cependant, ce qui les différencie des tumeurs malignes est qu’elles ne se déplacent pas vers les tissus environnants et ne se propagent pas à d’autres parties du corps.

Ce type de lésions tumorales est entouré d’une capsule protectrice qui facilite son ablation. Des analyses sanguines, des études d’imagerie (comme une radiographie) ou une biopsie peuvent permettre de déterminer si la tumeur est maligne ou bénigne.

Contrôle d'un patient.
La plupart des tumeurs qui apparaissent sur la peau sont bénignes. Toutefois, il est recommandé de les faire contrôler par un dermatologue.

Types de tumeurs bénignes

La plupart des gens connaîtront une grande variété d’évolutions et de changements sur leur peau au cours de leur vie. C’est le médecin, avec sa formation et son expérience adéquates, qui pourra classer la plupart de ces lésions grâce à un examen clinique.

Adénome

L’adénome est un néoplasme épithélial bénin qui provient des glandes sébacées ou sudoripares. En voici quelques exemples représentatifs :

  • Adénome sébacé.
  • Adénome apocrine tubulaire.
  • Hidradénome.

Fibrome

Le dermatofibrome, aussi connu sous le nom de “histiocytome fibreux”, est une des lésions cutanées des tissus mous les plus courantes. En effet, elle représente environ 3 % des échantillons reçus par les laboratoires de dermatopathologie.

Si les caractéristiques cliniques et pathologiques classiques sont présentes, le diagnostic est généralement simple. Il est plus fréquent chez les adultes d’âge moyen et les femmes sont légèrement plus touchées. Les fibromes sont souvent situés aux extrémités et se présentent sous la forme de petits nodules cutanés hyperkératosiques, en relief, à la surface brun rougeâtre.

A lire aussi : Qu’est-ce qu’un dermatofibrome ?

Lipome

Les patients atteints de lipomes se plaignent souvent d’une masse de tissu mou et mobile qu’ils ressentent sous la peau. Les lipomes sont généralement indolores, à moins qu’ils ne touchent les articulations, les nerfs ou les vaisseaux sanguins.

En général, ce sont des entités bénignes qui ne présentent pas de risque d’évolution maligne. Leur pronostic est très positif. Une fois qu’ils sont retirés, ils ne reviennent généralement pas. Cependant, il est impératif que la capsule fibreuse entourant le lipome soit complètement retirée pour éviter qu’il ne revienne.

Myome

Les léiomyomes sont des tumeurs bénignes au niveau des muscles lisses. On les observe le plus souvent dans le myomètre utérin, le tractus gastro-intestinal, la peau et les extrémités inférieures chez les femmes d’âge moyen.

Sur le plan clinique, les tumeurs du tissu conjonctif comme les fibromes et les lipomes peuvent présenter un aspect similaire à celui du léiomyome ; un diagnostic différentiel doit donc être établi.

Ostéochondrome

Les ostéochondromes sont courants ; plus précisément, ils représentent 20 à 50 % de toutes les tumeurs osseuses bénignes. Ils peuvent être solitaires ou multiples. La forme solitaire présente un bon pronostic. Une évolution maligne n’a lieu que dans 1 % des cas. 

Par ailleurs, la plupart des lésions solitaires sont souvent petites et asymptomatiques. Dans tous les cas, le diagnostic et le traitement de cette affection nécessite la collaboration de différents professionnels de la santé.

Grain de beauté (naevus)

Les naevus sont des lésions cutanées pigmentées qui peuvent exister dès la naissance et devenir malignes avec le temps, en raison d’une exposition solaire abondante sans protection adéquate. En plus de l’évaluation des caractéristiques A à E d’une lésion pigmentée, il existe des modèles dermatoscopiques spécifiques pour aider à l’examen.

Utiliser un écran solaire et se faire des auto-examens sont des réflexes importants à acquérir pour prévenir le développement de mélanomes. Il est également conseillé d’éviter une exposition excessive au soleil.

Symptômes des tumeurs bénignes

Toutes les tumeurs bénignes ne présentent pas de symptomatologie. Ceci dit, en fonction de leur taille, on peut facilement les localiser au toucher. Voici certaines de leurs caractéristiques principales :

  • Douleur à la compression des tissus environnants.
  • Volume ou relief.
  • Paresthésie.
  • Démangeaisons.

Diagnostiquer correctement les tumeurs bénignes

Dans la plupart des cas, lorsque les patients viennent voir un chirurgien pour un nodule, on établit le diagnostic grâce à une biopsie par excision. Certaines tumeurs bénignes peuvent réapparaître après une excision incomplète.

Par ailleurs, il se peut que beaucoup des nodules retirés ne soient pas identifiés comme pathologiques. Ceux qui le sont peuvent être signalés comme des tumeurs cutanées bénignes, sans autre caractérisation.

Selon l’American Family Physician, toute lésion dont le diagnostic est incertain doit faire l’objet d’une biopsie afin d’obtenir un examen histopathologique et ainsi exclure toute malignité.

Chirurgie de la peau chez un homme.
En cas de présence de nodules ou de grosseur, une biopsie de la peau est souvent requise.

Quelles sont les options thérapeutiques ?

On a souvent recours à un traitement des tumeurs bénignes pour des raisons esthétiques. Dans le cas où cela est nécessaire, on peut faire une excision chirurgicale simple pour les lésions isolées ou les tumeurs multiple qui n’ont pas besoin d’autre recours. Pour les lésions situées à des emplacement critiques, on peut aller jusqu’à la chirurgie micrographique de Mohs.

Il existe aussi des interventions physiques destructrices qui pourront être envisagées par le médecin traitant en fonction des séquelles ou du pouvoir de cicatrisation de la personne touchée. Voici quelques-uns des traitements possibles :

  • Extraction aux ciseaux et shaving.
  • Curetage avec électrodessiccation.
  • Dermabrasion.
  • Destruction chimique par l’acide salicylique
  • Radiothérapie.
  • Chirurgie laser et cryothérapie.

Consultez votre dermatologue !

Il est vrai que les tumeurs bénignes ne posent généralement pas de problèmes majeurs. Bien qu’elles se démarquent par leur aspect, elles ne présentent généralement pas de danger. Malgré tout, l’examen par un dermatologue est important, car il ne faut pas exclure la présence d’autres problèmes qui impliquent des soins plus importants.

Heureusement, il existe aujourd’hui une grande variété d’options thérapeutiques pour éliminer ces tumeurs lorsqu’elles posent un problème esthétique. Un professionnel de santé vous guidera vers la meilleure alternative.

  • Khandpur S, Ramam M. Skin tumours. J Cutan Aesthet Surg. 2012;5(3):159-162. doi:10.4103/0974-2077.101368
  • Luba MC, Bangs SA, Mohler AM, Stulberg DL. Common benign skin tumors. Am Fam Physician. 2003 Feb 15;67(4):729-38. PMID: 12613727.
  • Higgins JC, Maher MH, Douglas MS. Diagnosing Common Benign Skin Tumors. Am Fam Physician. 2015 Oct 1;92(7):601-7. PMID: 26447443.
  • Pariser RJ. Benign neoplasms of the skin. Med Clin North Am. 1998 Nov;82(6):1285-307, v-vi. doi: 10.1016/s0025-7125(05)70416-8. PMID: 9889749.
  • Iacobelli J, Harvey NT, Wood BA. Sebaceous lesions of the skin. Pathology. 2017 Dec;49(7):688-697. doi: 10.1016/j.pathol.2017.08.012. Epub 2017 Oct 25. PMID: 29078997.
  • Han TY, Chang HS, Lee JH, Lee WM, Son SJ. A clinical and histopathological study of 122 cases of dermatofibroma (benign fibrous histiocytoma). Ann Dermatol. 2011 May;23(2):185-92. doi: 10.5021/ad.2011.23.2.185. Epub 2011 May 27. PMID: 21747617; PMCID: PMC3130861.
  • Luzar B, Calonje E. Cutaneous fibrohistiocytic tumours – an update. Histopathology. 2010 Jan;56(1):148-65. doi: 10.1111/j.1365-2559.2009.03447.x. PMID: 20055912.
  • Elwood JM, Jopson J. Melanoma and sun exposure: an overview of published studies. Int J Cancer. 1997 Oct 9;73(2):198-203. doi: 10.1002/(sici)1097-0215(19971009)73:2<198::aid-ijc6>3.0.co;2-r. PMID: 9335442.
  • Murphey MD, Choi JJ, Kransdorf MJ, Flemming DJ, Gannon FH. Imaging of osteochondroma: variants and complications with radiologic-pathologic correlation. Radiographics. 2000 Sep-Oct;20(5):1407-34. doi: 10.1148/radiographics.20.5.g00se171407. PMID: 10992031.