Types et caractéristiques des sols de jardin

Bien souvent, les résultats de vos cultures dépendent du type de sol que vous avez. Il est donc essentiel de savoir ce qu'est le vôtre, ses caractéristiques et comment en améliorer les conditions.
Types et caractéristiques des sols de jardin

Dernière mise à jour : 20 mai, 2021

Lorsque vous avez la motivation de faire votre propre jardinage, peu importe les plantes que vous allez planter, il est essentiel de connaître la zone dans laquelle vous allez le faire. C’est pourquoi vous devez toujours connaître les types de sols de jardin et leurs caractéristiques.

De cette façon, vous pouvez vous assurer qu’il s’agit de la bonne solution pour les besoins de vos plantes. Il convient de noter qu’en général, le sol contient des particules de roche pulvérisée, de la matière organique et de l’eau comme principaux composants.

Cependant, il existe un certain nombre d’autres composés plus spécifiques qui rendent la classification possible. Donc, si vous souhaitez approfondir le sujet, ainsi qu’une série de recommandations pour améliorer les conditions de culture, poursuivez votre lecture.

Quels sont les types courants de sols de jardin ?

Selon la région dans laquelle vous vous trouvez, la composition du sol peut varier. En ce sens, pour classer chaque type, il est nécessaire d’analyser la quantité de matière organique, d’eau ou de particules rocheuses.

Sol argileux

L’argile est un composant qui excelle à retenir les nutriments. Ici, les particules de roche sont assez petites, si bien qu’en tenant une portion de ce sol, il est courant de voir qu’il est écrasé et forme une boule compacte.

Dans ce cas, le sol est très fertile, mais lorsqu’il est arrosé, il présente un mauvais drainage. Cela signifie que lorsque l’on verse de l’eau dessus, l’eau reste à la surface. En conséquence, la plante est privée des nutriments nécessaires pour pouvoir se développer dans des conditions optimales.

L’un des éléments qui peuvent être incorporés pour l’améliorer est le compost. Il s’agit d’un engrais à base de déchets organiques.

En bref, c’est un sol qui est très enclin à l’engorgement et au compactage. La technique consiste ici à ajouter de la matière organique pour améliorer sa structure.

Les principaux avantages sont les suivants :

  • Un sol humide et fertile.
  • Il peut convenir à la plupart des types de plantes.

Quant aux inconvénients du sol argileux :

  • Il est difficile à travailler, lourd et même collant.
  • Il est froid, donc il faut du temps pour se réchauffer au printemps.
  • Egalement, il est sujet au compactage.
  • Il a un mauvais drainage.

Sol sablonneux

C’est l’un des plus courants et il se distingue par l’existence de roches un peu plus grosses que celles du sol argileux. Un bon moyen de le distinguer est d’en prendre une poignée et d’observer comment les particules de terre glissent entre vos doigts.

Il faut savoir que le sol sablonneux est perméable et qu’il s’assèche rapidement. Cela rend nécessaire un arrosage fréquent.

Mais ce faisant, les nutriments ont tendance à être dispersés. Pour éviter cela, il est conseillé d’ajouter plus de matière organique et d’arroser régulièrement.

Bien que cela ne soit pas si courant dans les cultures, il est possible de planter des plantes qui résistent à la sécheresse. Par exemple, les graminées, les crassulas et les arbres.

Les avantages de ce type sont les suivants :

  • Il a un bon drainage.
  • Il est facile de à travailler à presque toutes les périodes de l’année.
  • Egalement, il a tendance à se réchauffer rapidement au printemps, ce qui stimule la croissance des plantes.

En ce qui concerne ses inconvénients :

  • Il est sujet à la sécheresse.
  • Pauvre en nutriments, il faut lui incorporer davantage de matière organique.
  • Il a souvent un pH acide.
Les sols sablonneux et pierreux rendent la culture difficile et peu d'espèces peuvent y pousser.

Sol pierreux

Il se situe dans la classification des types de sols de jardin. Il se distingue facilement car il contient des pierres de différents types et tailles. Leur interférence fait qu’ils n’ont pas la capacité de retenir l’eau, ce sol n’est donc pas recommandés pour l’agriculture.

Un autre nom qui identifie ce type est le sol rocheux. Ces formations trouvent leur origine dans la fissuration de la surface terrestre due à des facteurs induits mécaniquement ou à des événements naturels.

Il est abondant dans de nombreuses régions du monde, mais il est compliqué à travailler, surtout lorsque l’on veut mettre en place des plantations. Parmi les plantes cultivées sur ce type de sol figurent l’achillée millefeuille, le souci et la lavande fine.

Ses avantages sont les suivants :

  • Idéal à des fins décoratives.
  • Il est très abondant dans différentes parties du monde.
  • Il a un bon drainage de l’eau.

En revanche, lorsqu’on évoque ses principaux inconvénients, il convient de souligner les points suivants :

  • Compliqué à cultiver.
  • Impossible à creuser.
  • Nécessite des travaux de nivellement.

Sol calcaire

Un autre type de sol de jardin assez difficile à travailler est le calcaire. Le facteur qui affecte négativement le travail de culture ici est que la matière organique a tendance à se décomposer à un rythme accéléré.

Il est donc nécessaire d’ajouter régulièrement une grande quantité de matière organique. Vous devez être très généreux lorsque vous nourrissez et fertilisez ce type de sol.

En outre, il est fréquent que les plantes poussant dans ce substrat aient des feuilles jaunies. Si vous voulez améliorer leur aspect, vous devriez ajouter un bon paillis et bien l’arroser. N’oubliez pas non plus d’ajouter de la matière organique ainsi qu’un engrais à large spectre.

Les plantes qui se portent bien dans ce type sont les œillets, les clématites, les fleurs sauvages et d’autres qui sont résistantes à la sécheresse.

En ce qui concerne ses principaux avantages, on peut dire que, si la terre végétale est plus ou moins profonde et contient de la matière organique, elle peut être transformée en un sol fertile avec l’aide nécessaire.

Les inconvénients les plus évidents du sol calcaire sont les suivants :

  • Il est caractéristiquement alcalin, ce qui le rend inadapté aux plantes acidophiles.
  • S’il est peu profond, il est très drainant.
  • Perte rapide de nutriments.

Sol loameux

Lorsque l’on recherche des types de sol de jardin efficaces, il ne fait aucun doute que le sol loameux doit être pris en considération. Certains le connaissent également sous le nom de sol limoneux. Il est réputé pour ses réserves de nutriments et son abondante disponibilité en eau.

Au moment où vous examinez le sol et découvrez qu’il a une couleur brun foncé et qu’il est friable, cela signifie qu’il contient de la matière organique. Par conséquent, il n’y a pratiquement aucun problème pour la culture.

Un détail qui peut être distingué est que vous trouvez des vers de terre dans la couche de surface. En outre, ils produisent des excavations qui augmentent la structure du sol.

Les avantages les plus importants sont les suivants :

  • Il vous permet de faire pousser la plupart des types de plantes sans problème.
  • Il retient une grande quantité d’eau et de nutriments.
  • Les plantes qui prospèrent dans cet environnement ne nécessitent que peu ou pas de nutriments supplémentaires.

L’inconvénient est qu’il n’est pas idéal pour faire pousser des fleurs sauvages, car elles ont besoin d’un sol pauvre.

Comment améliorer les conditions des types de sol des jardins ?

Les types de sols de jardin jouent un rôle vital sur la planète car c’est par eux que naissent les aliments et les plantes. C’est pourquoi, au fil des ans, les gens ont fait et font des efforts constants pour en améliorer la qualité.

En ce sens, la terre d’une culture doit respecter certains aspects :

  • Disposer des nutriments nécessaires pour que les plantes puissent se développer sans problème.
  • Avoir un support pour les maintenir fermes.
  • Avoir un bon drainage et ainsi réduire l’excès de liquide.
  • Et permettre que les racines disposent de suffisamment d’air et d’eau.

Ainsi, la capacité de culture est conditionnée par la qualité du sol dans lequel elle est semée. D’où l’importance pour chaque agriculteur de régénérer ou d’améliorer les conditions du sol. Pour le faire efficacement, tenez compte de certains des points suivants.

Ajoutez du compost au sol

Le compost est un engrais organique qui libère lentement les nutriments dans le sol. Grâce à cette libération constante, le sol reste nourri et s’améliore au fil des jours.

L’un de ses principaux avantages est qu’il permet l’utilisation d’une grande variété de déchets organiques recyclés pour sa préparation. Cela se traduit par une réduction des coûts.

Idéalement, il ne devrait pas s’agir de déchets animaux, car ils peuvent provoquer des infections et des parasites. Utilisez d’autres éléments, tels que des morceaux de bois, des feuilles sèches, des branches et des déchets végétaux.

Utilisez des plantes couvre-sol

Une bonne façon d’améliorer la qualité de votre sol est d’incorporer des plantes couvre-sol. Elles fournissent de la nourriture et de l’ombre. Elles couvrent, protègent et nourrissent la zone pour les cultures futures.

La première étape consiste à identifier le sol qui est détérioré et à les planter pour augmenter la fertilité. Leurs racines ouvrent des canaux par lesquels l’eau et l’oxygène peuvent pénétrer jusqu’à la surface.

Une recommandation est de planter des plantes de différentes familles pour renforcer l’efficacité du processus. En outre, vous pouvez diviser votre espace en deux, de sorte qu’une zone soit utilisée pour la production et l’autre pour travailler à l’augmentation de la fertilité.

Les plantes en paillis ajoutent de la nutrition à la terre du jardin.

Ajoutez des plantes à racines profondes

Si vous ne voulez pas investir dans des engrais ou si vous n’avez pas le budget pour le faire, il est toujours bon de planter des plantes aux racines profondes. Grâce à elles, il est plus facile pour les nutriments de pénétrer dans le sous-sol et d’être transportés vers l’extérieur.

Procédures pour vérifier le type de sol de votre jardin

Une fois que vous connaissez les caractéristiques, les avantages et les inconvénients des types de sol de jardin, il est temps d’apprendre à vérifier lequel vous avez.

L’une des méthodes les plus courantes consiste à creuser des puits d’essai à différentes périodes de l’année et dans différentes zones. Grâce à ces trous creusés, vous obtiendrez des données sur la texture du sol, la profondeur de la couche arable, le type de sous-sol et la teneur en eau.

Vous pouvez également effectuer le test tactile. Comme son nom l’indique, il consiste à ramasser un morceau de terre avec les mains et à déplacer les doigts jusqu’à ce que vous puissiez voir les détails.

Une option plus avancée est le test de sédimentation. Pour ce faire, vous devrez placer un échantillon de sol dans un récipient en verre plus haut que large. Il suffit de remplir le récipient à moitié. Remplissez ensuite d’eau jusqu’au bord. Fermez-le et secouez-le vigoureusement.

Laissez-le sur une surface plane et attendez quelques heures. Après ce temps, vous verrez trois couches de différentes couleurs. La plus basse est composée de sable. Celle du milieu est constituée de limon et celle du haut d’argile. La plus superficielle est la matière organique et l’eau.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 conseils pour un jardin durable
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
6 conseils pour un jardin durable

Il semble que le jardin durable soit aujourd'hui indispensable pour protéger et préserver notre environnement. Comment s'y prendre ?



  • Sztern D, Pravia M. Manual para la elaboración de compost: Bases conceptuales y procedimientos. Sidalc.net (1999).
  • Russel EJ, Russel EW. Las condiciones del suelo y el desarrollo de las plantas. (1964).
  • Hortalizas V, Escolar H. Tipos de suelo. (2015).
  • Sánchez J. Fertilidad del suelo y nutrición mineral en plantas – Conceptos básicos. Fertitec S.A (2007).