Une touriste britannique est allée en vacances à Valence et s’est plainte parce qu’il y avait « beaucoup d’Espagnols »

4 octobre 2020
Cette femme britannique a eu des mots durs vis-à-vis des Espagnols. Elle se défend malgré tout et explique que ses mots ont été sortis de leur contexte.

Une touriste britannique a fait le buzz après avoir été accusée d’être raciste en raison de ses commentaires sur les Espagnols. Freda Jackson, une retraitée de 81 ans, a acheté un pack touristique en compagnie d’une amie pour prendre quelques jours de vacances à Benidorm, une zone balnéaire de Valence.

Le problème a commencé quand la femme a accusé les Espagnols de gâcher ses vacances. Elle a même exigé un remboursement auprès de l’agence de voyages Thomas Cook, avec qui elle avait réservé son séjour. « Trop d’Espagnols » ont été les mots qui ont suscité l’indignation et qui le font encore aujourd’hui.

« Les Espagnols devraient aller ailleurs »

Freda Jackson est retraitée et a des problèmes de mobilité. Cette femme s’est retrouvée prise dans une immense polémique, qui lui a même valu des insultes. Quelle en est la raison ? Elle a eu des mots controversés qui, pour beaucoup de gens, étaient même offensifs : « trop d’Espagnols », « les Espagnols devraient aller ailleurs ».

Mais quel est le motif de sa colère ? Qu’est-ce qui l’a autant gênée ? Selon cette femme, l’hôtel dans lequel elle logeait était plein d’Espagnols grossiers. Ces derniers ont même failli la faire tomber à plus d’une reprise.

« Un jour, un Espagnol m’a presque fait tomber à la renverse et il a continué son chemin sans s’excuser », assure-t-elle.

« Les loisirs de l’hôtel étaient destinés aux Espagnols et uniquement préparés pour eux. Pourquoi ne vont-ils pas en vacances ailleurs ? », a-t-elle ajouté.

Voyager avec en avion.

Elle exige en outre que l’agence Thomas Cook la rembourse intégralement. Selon elle, l’entreprise lui a recommandé cet hôtel et lui a assuré qu’elle n’aurait pas à s’inquiéter de son accessibilité. Elle assure cependant que ses vacances ont été un « désastre » du début à la fin. C’est pour cela qu’elle veut récupérer son argent.

L’agence, au début, lui a offert, ainsi qu’à son amie, un chèque de 75 livres pour compenser la gêne occasionnée. Elles l’ont refusé. L’offre est ensuite montée à 566 livres mais elles n’ont pas encore dit si elles l’acceptaient.

La femme se défend et dit que ses mots ont été sortis de leur contexte

Après le buzz provoqué par ses commentaires dans les médias espagnols et sur les réseaux sociaux, la touriste a parlé à la presse britannique et a essayé d’expliquer ses mots. Elle a dit que ceux-ci avaient été sortis de leur contexte. Son rejet ne concerne en effet pas les Espagnols mais l’agence qui n’a pas respecté le pack touristique qu’elle avait acheté.

« L’hôtel était plein de touristes espagnols et ils nous ont vraiment dérangées parce qu’ils étaient extrêmement grossiers. Un soir, un Espagnol m’a presque fait tomber à la renverse. Il a continué son chemin sans même s’excuser », a-t-elle raconté au Mirror.

« Je n’ai jamais dit que les Espagnols devraient aller à un autre hôtel, mais seulement que l’hôtel ne prenait pas les Anglais en considération. Tout cela a été sorti de son contexte. Maintenant, des gens qui ne me connaissent même pas me disent que je suis raciste alors que ce n’est pas vrai », a-t-elle ajouté.

Des valises de voyageurs.

Selon son récit, l’expérience n’a pas du tout été bonne. « On m’a donné un hôtel dans le centre historique de la ville, loin de tout. Or, j’avais demandé un logement près des magasins, dans la partie récente de Benidorm », a-t-elle souligné. Elle explique donc que sa plainte s’adresse à l’agence Thomas Cook, responsable du voyage.

À ce sujet, l’agence a commenté :

« À cause d’une erreur dans le système, Mme Jackson n’a été informée des changements au niveau de son vol que six jours avant son départ. Nous nous excusons pour la gêne occasionnée et faisons tout notre possible pour nous assurer que cela ne se reproduise pas. Nous avons offert, à Mme Jackson ainsi qu’à la personne qui l’accompagnait, un geste de bonne volonté pour essayer de régler les choses et nous espérons qu’elle l’accepte ».

Qu’en pensez-vous ? La touriste britannique s’est-elle trompée avec ses commentaires ? A-t-elle raison d’être en colère ? N’hésitez pas à nous donner votre avis !