Vitamine C, vitamine D, mélatonine et coronavirus : dernières études

22 mai 2020
Ces dernières semaines, les effets de certains micronutriments contre l'infection par le coronavirus ont été étudiés. Dans cet article, nous vous donnons les détails des recherches menées.

Différents traitements contre la maladie du coronavirus sont actuellement à l’étude. La plupart d’entre eux sont pharmacologiques. On met l’accent sur l’amélioration de la pneumonie bilatérale, qui est responsable de nombreux décès. Cependant, on commence à étudier d’autres voies de gestion de cette maladie. Beaucoup d’entre elles se basent sur l’administration de micronutriments à fortes doses, comme la vitamine C et la vitamine D.

La vitamine C dans le traitement du coronavirus

En Chine, on a mis en place un protocole de traitement de cette maladie, qui consiste en l’administration de vitamine C par voie intraveineuse en même temps que d’autres médicaments antiviraux. Un essai clinique avec 140 participants a été proposé pour évaluer les résultats de cette thérapie.

Cette étude est proposée sur la base d’une revue systématique publiée dans le Journal of Medical Virology. Elle montre le potentiel de certaines vitamines dans le traitement de divers types de coronavirus. Pour cette raison, on postule que l’administration de vitamine C et de zinc pourrait être bénéfique au cours de ce type de pathologie.

D’autre part, certains articles scientifiques établissent un lien entre une carence en vitamine C et un dysfonctionnement du système immunitaire. Des doses normales de cette substance peuvent stimuler les défenses de l’organisme. Les doses élevées permettent de réduire l’incidence et la durée des maladies virales.

En outre, la littérature scientifique disponible indique que l’apport en vitamine C provoque une activation des lymphocytes et est sans danger à fortes doses. D’autres études systématiques indiquent que l’utilisation de l’hydrocortisone, de la thiamine et de l’acide ascorbique (vitamine C) est efficace dans le traitement de la septicémie.

Il convient de noter que la septicémie et la défaillance de plusieurs organes sont deux des principales causes de décès par infection au coronavirus. Une autre fonction de cette combinaison de médicaments est la réparation du dysfonctionnement de la barrière endothéliale dans les poumons, selon une étude publiée dans la revue Chest.

L'effet de la vitamine contre le virus

Lisez également : Les aliments peuvent-ils être contaminés par le coronavirus ?

La vitamine D et le système immunitaire

Un article récent publié dans la revue Medicine & Pharmacology suggère que le maintien d’une concentration de vitamine D dans le sang supérieure à 50 ng/ml réduit de 27 % la probabilité d’infection par un virus de type grippal.

De plus, l’apport en vitamine D désactive la production de rénine, une enzyme nécessaire à la production d’angiotensine II. Ce dernier a un effet vasoconstricteur qui favorise l’inflammation et l’augmentation de la pression sanguine. L’infection par le coronavirus est étroitement liée à l’augmentation de la production de cette enzyme.

En outre, il existe des articles scientifiques qui recommandent l’utilisation de fortes doses de vitamine D pour le traitement de la pneumonie, ainsi que la directive pharmacologique correspondante. Des valeurs élevées de ce micronutriment ont également été associées à une moindre probabilité d’infections respiratoires, selon la revue BMC Infectious Diseases.

Enfin, l’apport de valeurs élevées de vitamine D semble sûr selon les experts. Toutefois, il faut procéder à d’autres essais pour évaluer le risque de calculs rénaux si on administre ce nutriment avec des suppléments de calcium.

Mélatonine et coronavirus

Dans la partie prévention, il faut souligner le rôle possible de cette hormone qui régule les cycles sommeil-éveil. On a étudié le rôle de cette substance dans la prévention de la grippe, et les résultats positifs. Selon la littérature scientifique, la mélatonine produit une diminution de la production de cytokines, qui sont nécessaires pour favoriser les processus inflammatoires.

Toutefois, les tests effectués à cet égard portent sur des souris. Si bien que les conclusions ne peuvent pas être entièrement s’extrapoler à l’Homme. Cependant, certains auteurs défendent l’utilisation de cette substance pour le traitement ou la prévention de la pneumonie virale. Bien sûr, les effets antioxydants et anti-inflammatoires de la mélatonine ont été prouvés par la science.

Les molécules du coronavirus

Découvrez-en plus : L’ibuprofène aggrave-t-il l’infection au coronavirus ?

Nutriments et coronavirus : les recherches se poursuivent

En raison du manque de connaissances de la communauté scientifique sur le nouveau coronavirus, de nouvelles thérapies sont testées afin de réduire la mortalité. Outre le traitement pharmacologique disponible, des recherches sont menées sur l’inclusion de micronutriments à fortes doses pour atténuer les effets de la pneumonie et de la septicémie.

Ces derniers mois, on a lancé de nombreux essais cliniques. Les résultats ne permettent pas encore de tirer des conclusions définitives sur la base des preuves.

Cependant, de nombreuses données suggèrent que l’utilisation des vitamines C et D peut être utile à la fois pour la prévention et le traitement de la maladie. A condition qu’elles s’associent à d’autres composés antiviraux.

  • ZhiYong P., Vitamin C infusion for the treatment of severe 2019 nCoV infected pneumonia. 2020.
  • Lei Z., Yunhui L., Potential interventions for novel coronavirus in China: a systematic review. Journal of Medical Virology, 2020.
  • Anitra C., Silvia M., Vitamin C and immune function. Nutrients, 2017. 9 (11): 1211.
  • Bos MJ., Influence of vitamin C on lymphocytes: an overview. Antioxidants, 2018. 7 (3): 41.
  • Christopher MS., Rober DL., Christopher GL., Phase I clinical trial to evaluate the safety, tolerability and pharmacokinectics of high-dose intravenous ascorbic acid in patients with advancer cancer. Cancer Chemotherapy and Pharmacology, 2013. 72 (1): 139-146.
  • Paul EM., Hydrocortisone, ascorbic acid and thiamine (HAT Therapy) for the treatment of sepsis. Focus on ascorbic acid. Nutrients, 2018.
  • Nektarios B., Vikramjit K., John D., Hydrocortisone and ascorbic acid synergistically prevent and repair lipopolysaccharide-induced pulmonary endothelial barrier dysfunction. Chest, 2017. 152 (5): 954-962.
  • William BG., Henry L., Sharon L., Carole A., et al., Vitamin D supplementation could prevent and treat influenza, coronavirus and pneumonia infections. Medicine & Pharmacology, 2020.
  • Das RR., Singh M., Naik SS., Vitamin D as an adjunct to antibiotics for the treatment of acute childhood pneumonia. Cochrane Database Syst Rev, 2018.
  • Esposito S., Lelii M., Vitamin D and respiratory tract infections in childhood. BMC Infect Dis, 2015.
  • Aloia JF., Katumuluwa S., Stolberg A., Usera G., et al., Safety of calcium and vitamin D supplements, a randomized controlled trial. Clin Endocrinol (Oxf), 2018. 89 (6): 742-749.
  • Shing Hwa H., Ching Len L., Shyi Jou C., Li Ge S., et al., Melatonin possesses an anti influenza potential through its immune modulatory effect. Journal of Functional Foods, 2019. 58: 189-198.
  • Reiter RJ., Tan DX., Terron MP., Flores LJ., Czarnocki Z., Melatonin and its metabolites: new findings regarding their production and their radical scavenging actions. Acta Biochimica Polonica, 2007. 54 (1): 1-9.