3 problèmes sexuels féminins et les solutions possibles

4 août 2020
De nombreux problèmes sexuels féminins sont associés à des problèmes de stress, d'anxiété voire de sujets tabous. Il est important de dédramatiser la situation, de connaître les causes et d'apprendre à se détendre et profiter de relations sexuelles pleines et agréables.

Les problèmes sexuels sont quelque chose de très courant, même si c’est encore tabou. En effet, ils peuvent toucher les hommes comme les femmes. Dans cet article, nous nous concentrerons néanmoins sur les problèmes sexuels féminins. Il est important de chercher leurs causes, de les affronter et de les dépasser de la bonne manière. Nous allons vous présenter les trois problèmes sexuels féminins les plus courants et nous vous dirons que faire.

Problèmes sexuels féminins

De nombreux problèmes sexuels féminins les plus courants sont associés à des problèmes ou des troubles psychologiques. Dans ce sens, la personne touchée peut se voir enfermée dans un cercle vicieux de négativité en se sentant coupable de ne pas pouvoir culminer le coït ou “décevoir” son partenaire.

Par conséquent, la plupart des traitements consistent en une thérapie sexuelle. En effet, l’impossibilité ou la difficulté de maintenir des relations sexuelles peut faire que la femme se sente coupable. Son anxiété augmentera donc considérablement ainsi que le problème.

Par ailleurs, l’implication du partenaire est également essentielle. En effet, son attitude face aux problèmes sexuels de la femme est fondamentale pour pouvoir les affronter. Dans ce sens, il ne doit jamais exiger ou forcer l’acte sexuel, mais il doit se montrer compréhensif et patient.

La collaboration et la participation des deux s’avèrent donc essentielles. Cela permet d’éviter un stress supplémentaire, d’apprendre ensemble à se détendre et à profiter du sexe.

Lisez également : 5 mythes et réalités sur le sexe

Vaginisme

Une femme croise ses mains au niveau du pubis
Les conséquences de ces problèmes peuvent entraîner un cercle vicieux négatif qui nuit à la santé sexuelle de la femme.

Le vaginisme se caractérise par la contraction involontaire des muscles pelviens qui entourent le vagin. De cette manière, celui-ci se ferme trop. Cela provoque donc des douleurs ou peut même rendre impossible l’acte sexuel. Quand on éprouve des douleurs, on parle de dyspareunie.

Ses causes peuvent être tant physiques que psychologiques :

  • Endométriose
  • Hymen rigide
  • Sténose vaginale
  • Anxiété vis-à-vis de la pénétration
  • Avoir subi un viol ou un abus sexuel dans le passé
  • Dépression
  • Etc.

Dans tous les cas, le gynécologue vous conseillera à ce sujet en vous indiquant quel traitement suivre voire s’il est nécessaire de suivre une thérapie chez un psychologue. En outre, on recommande toujours les exercices de Kegel afin d’acquérir un meilleur contrôle et renforcer le plancher pelvien.

Anorgasmie

Comme son nom l’indique, l’anorgasmie est l’impossibilité d’atteindre l’orgasme. Elle peut survenir y compris lorsque la stimulation est appropriée et que la femme ressent du désir sexuel. Ainsi, on l’associe souvent à des problèmes psychiques tels que la dépression, l’anxiété, les préjugés sexuels, les tabous, etc.

En règle générale, le traitement de l’anorgasmie inclut des tâches déterminées de connaissance de soi. Ainsi, par exemple, apprendre à connaître son corps, les techniques d’excitation le plus appropriées pour la femme, l’utilisation de vibromasseur, etc.

Par ailleurs, la thérapie sexuelle peut également être une grande alliée pour surmonter ce problème. Néanmoins, l’anorgasmie est parfois liée à d’autres causes telles que la ménopause. Dans ce cas, le médecin peut prescrire des crèmes topiques avec des œstrogènes.

Trouble du désir sexuel hypoactif (TDSH)

Une femme allongée pensive
À la différence d’autres troubles, dans le TDSH, il n’existe pas de cause apparente pour ne pas pouvoir profiter d’une relation sexuelle pleine.

Le trouble du désir sexuel hypoactif est le manque continu de désir sexuel, le manque d’intérêt pour le contact sexuel qui, dans de nombreux cas, fait qu’on l’évite complètement.

Ses causes sont principalement psychologiques. En outre, dans la plupart des cas, il ne semble pas exister de raison claire pour expliquer le manque de désir sexuel. Par conséquent, de nombreuses femmes se sentent doublement frustrées.

Certaines des causes de ce trouble peuvent être :

  • Le stress
  • L’anxiété
  • La dépression
  • Des problèmes de couple
  • Des dérèglements hormonaux
  • Problèmes d’alcool ou de drogue
  • Ménopause
  • Etc.

Lisez également : 5 astuces pour une sexualité sans danger et épanouie

En raison du nombre de causes qui peuvent être à l’origine de ce trouble, il est nécessaire de réaliser une évaluation appropriée pour les déterminer et ainsi pouvoir résoudre le problème.

S’il est d’ordre psychologique, la thérapie cognitivo-comportementale est idéale pour y remédier. Par ailleurs, la thérapie sexuelle, de préférence en couple, peut aider à le surmonter avec succès.

Se libérer, se détendre et se connaître

En conclusion, hors les périodes de changements hormonaux telles que la ménopause ou la grossesse, la plupart des problèmes sexuels féminins sont liés à des conditions psychologiques de stress ou d’anxiété.

Que ce soit parce que le sexe est encore tabou ou pour d’autres raisons, l’idéal est de consulter un spécialiste et, avant tout, de compter sur le soutien et la compréhension du partenaire.

En effet, dans aucun cas, il ne doit culpabiliser la femme pour ses problèmes sexuels. De la même manière, il ne doit jamais forcer la situation. Cela ne ferait qu’entraîner davantage de stress et, par conséquent, aggraver les problèmes.

L’essentiel est d’essayer de chercher les causes et, à partir de là -avec patience- parcourir le chemin de la connaissance de soi d’un point de vue sexuel et la libération des préjugés jusqu’à pouvoir enfin avoir des relations sexuelles agréables.

  • Bodenmann G et al. “The association between daily stress and sexual activity”, J Fam Psychol. 2010 Jun;24(3):271-9. doi: 10.1037/a0019365.
  • Andrea Bradford y Cindy M. Meston, “The impact of anxiety on sexual arousal in women”, Behav Res Ther. 2006 Aug; 44(8): 1067–1077.
  • Endocrinol Metab Clin North Am. “Menopause and Sexuality”, Endocrinol Metab Clin North Am. 2015 Sep; 44(3): 649–661, doi: 10.1016/j.ecl.2015.05.009