6 raisons pour lesquelles votre dos peut vous faire mal

· 28 octobre 2018
Le manque d'exercice ou l'activité physique excessive peuvent être un facteur de risque en cas de mal de dos. Nous devons donc l'adapter à nos possibilités.

Le mal de dos est l’ensemble des symptômes qui présentent un inconfort concentré sur la colonne vertébrale.

Ce problème diminue les capacités fonctionnelles d’une personne.

N’importe qui peut souffrir de maux de dos. En effet, environ les deux tiers de la population adulte en souffre de temps en temps.

Types de causes

La plupart des déclencheurs de la lombalgie sont dus à des altérations de la structure qui compose la colonne vertébrale.

Entre autres, cela peut affecter :

  • Les ligaments
  • Les muscles
  • Les disques vertébraux
  • Les vertèbres

Facteurs spécifiques

facteurs spécifiques des maux de dos

Il existe des causes spécifiques, telles qu’un traumatisme, une mauvaise posture et une faiblesse musculaire. Les dommages peuvent également s’expliquer par un effort excessif et une surcharge mécanique, qui causent des douleurs dans le dos.

Lisez donc : 5 astuces pour augmenter la masse musculaire et brûler les graisses

Facteurs non spécifiques

D’autre part, le mal de dos peut ne pas être attribuable à l’une des causes ci-dessus.

Ce sont des douleurs qui modifient leur intensité en fonction du changement de postures. Elle peut également varier lors de certaines activités physiques.

Dans ces cas, il est nécessaire d’analyser différents éléments biologiques, sociaux, structurels et même psychologiques.

Facteurs de risque

1. Le stress et la dépression

Selon diverses recherches, la douleur chronique et la lombalgie sont régulièrement associées à des états de stress, de dépression et d’anxiété.

  • Bien que la cause de la douleur soit physique, il a été démontré que les facteurs psychologiques ont un impact important sur le développement et le traitement d’un tel inconfort.

Pour cette raison, il est conseillé de faire une pause et de se détendre.

  • Il est nécessaire de maintenir un bon programme de repos et d’inclure des activités agréables dans la routine de la vie quotidienne.

2. L’âge

Au fil des années, le corps est usé naturellement, y compris la colonne vertébrale et les articulations.

Pour cette raison, les maux de dos sont plus fréquents chez les personnes âgées qui souffrent généralement de maladies telles que l’arthrose ou la sténose spinale.

En revanche, les jeunes sont affectés par des pathologies définies. Tel est le cas d’une hernie discale ou d’une maladie dégénérative des disques intervertébraux.

3. La génétique

la génétique peut avoir une influence sur les maux de dos

Il peut y avoir une prédisposition génétique en particulier chez les personnes qui ont des symptômes de maux de dos et une maladie discale de petite taille.

Selon certaines recherches, le gène muté « glucide sulfotransférase 3 (CHST3) » semble être responsable de l’augmentation du risque de développer une dégénérescence discale lombaire de 30%.

Ces enquêtes indiquent également que si l’un des parents possède ce gène, il y a une probabilité de 50% que l’enfant le subisse également.

Pour cette raison, il est suggéré de suivre un mode de vie sain en évitant les exercices physiques intenses.

En cas de possession de ce gène, l’haltérophilie devrait être complètement exclue.

4. Les risques de travail

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) considère qu’il existe une relation entre les troubles musculo-squelettiques et l’effort physique pendant le travail.

Les activités qui nécessitent de grands efforts sont celles dans lesquelles les charges lourdes sont portées. Cela implique de déplacer, de pousser ou même d’utiliser des machines ou des outils.

Cependant, le mal de dos peut également être causé par le nombre de répétitions et le nombre d’heures par jour auxquelles une personne est habituellement exposée à de tels efforts.

Bien que les blessures de stress occasionnelles soient aiguës, mais brèves, l’exposition au stress habituel peut entraîner des blessures et des troubles chroniques.

Certaines considérations qui peuvent être appliquées dans ces cas sont la manipulation de charges lourdes près du corps, en pliant les genoux pour garder le dos droit.

A consulter aussi : 5 conseils et exercices pour avoir des genoux solides

De même, il est conseillé de maintenir un rythme modéré lors de l’exécution des activités à risque.

5. La sédentarité

Dans le monde entier, l’inactivité physique est l’un des facteurs de risque de mortalité et, évidemment, elle endommage l’état du système locomoteur.

Il est essentiel de rester actif car les muscles en action conservent leur capacité fonctionnelle, tout comme les tendons et les os.

Sinon, les structures biologiques vont s’affaiblir et n’auront plus la force de protéger la colonne vertébrale et de donner de la stabilité aux articulations et aux ligaments.

En fin de compte, le manque de puissance musculaire augmentera le risque d’apparition ou de persistance de la douleur.

Oui, il est parfois difficile de rester actif, surtout lorsque vous vivez dans un milieu de travail sédentaire.

Cependant, utiliser les escaliers plutôt que l’ascenseur ou utiliser moins la voiture pour marcher sont de bonnes stratégies pour augmenter l’activité physique.

6. Une mauvaise posture du dos

La mauvaise posture est l’une des causes les plus courantes de maux de dos quand il n’y a pas de blessures dans la région.

La raison est due à la distribution de poids inadéquate de la tête.

En conséquence, les muscles du dos se contractent et subissent une contrainte excessive pour trouver l’équilibre du corps.

Garder la tête, les épaules, les hanches et les chevilles alignées est la position correcte en position debout.

Cependant, si vous êtes assis, vous devez reposer vos pieds sur le sol. Rester les genoux à angle droit, garder le dos à l’arrière et surtout éviter de vous baisser.

De même, il faut éviter de tordre ou de plier le tronc autant que possible. Car ces mouvements sont associés à un risque accru de maux de dos.