9 conseils pour aider une personne avec un trouble bipolaire

5 mai 2021
Les personnes avec un trouble bipolaire ont besoin, en plus de leur traitement médical et psychologique, du soutien d'êtres significatifs. Ceci contribue à l'amélioration et au soulagement de leur mal-être.

L’accompagnement et le soutien de personnes significatives (membres de la famille et amis) représente un pilier essentiel pour appliquer les conseils qui aident dans le trouble bipolaire. Ces figures sont une source de motivation externe et aident à renforcer les résultats et l’adhérence au traitement.

Le trouble bipolaire est une pathologie mentale chronique qui affecte l’état animique des personnes. Ses répercussions causent une sévère détérioration dans le domaine interpersonnel, professionnel et social. Par conséquent, pour garantir le bien-être du patient, l’attention médicale et psychologique est fondamentale.

Si vous connaissez ou vivez avec une personne atteinte de ce trouble, nous vous invitons à poursuivre votre lecture car nous allons vous présenter quelques conseils qui contribueront à offrir un soutien conforme et nécessaire.

En quoi consiste le trouble bipolaire ?

Il s’agit d’une affection mentale qui produit des changements extrêmes et incontrôlables au niveau de l’humeur. Ces altérations comprennent une polarité maniaque ou hypomaniaque, caractérisée par de hauts niveaux d’euphorie, d’agitation et de sentiments de grandeur ; et une autre phase dépressive, qui inclut des sentiments de tristesse, de manque d’intérêt et de lassitude.

Les changements animiques ne se produisent pas de façon soudaine : ils peuvent mettre des mois avant d’apparaître. Par ailleurs, leur intensité est frappante : elle génère beaucoup de mal-être et une détérioration importante dans le fonctionnement interpersonnel, social et professionnel de la personne.

En fonction de la symptomatologie, on a pu classer différents types de trouble bipolaire :

  • Trouble bipolaire I : il consiste en la manifestation d’au moins un épisode maniaque. Avant ou après ce dernier, la personne peut avoir présenté des épisodes hypomaniaques (expression plus légère des symptômes de la manie) ou une dépression majeure.
  • Trouble bipolaire II : la personne a connu au moins un épisode dépressif majeur et, au minimum, un épisode hypomaniaque. Dans ce cas, elle ne présente pas d’épisodes maniaques. Si c’était le cas, le diagnostic reviendrait au type I.
  • Trouble cyclothymiqueil se caractérise par des fluctuations chroniques de l’humeur qui comprennent de nombreuses périodes de symptômes hypomaniaques (sans remplir les critères d’un épisode hypomaniaque) et d’autres avec des symptômes dépressifs (sans remplir les critères d’un épisode dépressif majeur). Ces altérations sont présentes pendant deux ans, au minimum, chez les adultes, et une année chez les enfants et adolescents.
  • Autres types : dans le Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux (DSM-V), on inclut comme troubles bipolaires ceux qui sont causés par des substances ou des médicaments.
Une femme bipolaire.

La bipolarité est une pathologie au traitement chronique qui nécessite le soutien du réseau de soutien familial.

Conseils pour aider une personne avec un trouble bipolaire

En plus du traitement médical, le soutien des membres de la famille et des amis est extrêmement important pour garantir le bien-être et la stabilité des personnes atteintes de trouble bipolaire. Si vous vivez avec ou connaissez quelqu’un avec cette affection, vous pouvez l’aider de nombreuses manières.

1. Apprenez tout ce que vous pouvez sur le trouble bipolaire

Plus vous en saurez sur le trouble bipolaire, plus vous pourrez aider. Ceci implique de comprendre les symptômes dépressifs et maniaques, les traitements disponibles et les conséquences des crises.

2. Aidez-la à accepter son trouble

Il est capital que la personne atteinte reconnaisse qu’elle souffre d’une pathologie. Ainsi, elle sera plus disposée à recevoir l’aide nécessaire.

Gardez bien à l’esprit que le rôle des proches et des amis est d’offrir de l’accompagnement et du soutien. L’intervention d’un professionnel de la santé mentale est requise pour qu’il y ait une amélioration significative.

Une façon de faire accepter à la personne son besoin d’aller en thérapie est de lui parler des bénéfices de cette dernière. Ici, il convient de faire attention à ce que nous disons car il ne faut pas qu’elle se sente jugée ou ait l’impression qu’on lui met la pression.

Poursuivez votre lecture : Comment fonctionne l’esprit d’un bipolaire ?

3. Assistez à une thérapie avec elle

Être disposés et disponibles à l’accompagner à ses sessions thérapeutiques peut être une source de motivation additionnelle. Par ailleurs, vous évitez ainsi à la personne de se sentir seule, ce qui contribue de façon significative à ne pas la voir abandonner.

En outre, si la personne vous donne son autorisation, discuter avec les professionnels qui la traitent sera d’une grande aide. Ils pourront vous offrir des informations plus valides sur sa condition, des conseils sur la façon d’aborder des situations de crises spécifiques et pourront répondre à vos inquiétudes.

4. Faites preuve d’empathie et de compréhension

Être empathique signifie se mettre à la place de l’autre, ce qui nous permet de mieux répondre ou agir. Pour cela, il est essentiel d’écouter activement, de garder son calme, d’éviter de se disputer ou d’émettre des jugements ou de parler d’un sujet qui irrite ou frustre.

Bien souvent, la seule chose dont ces personnes ont besoin est de quelqu’un qui les écoute, surtout quand elles veulent parler des défis qu’elles rencontrent. Dans ces cas, il est important d’exprimer notre acceptation et notre compréhension. Grâce à cela, vous vous sentirez plus à l’aise avec sa condition et vous serez plus ouvert.

5. Surveillez son traitement

Le traitement le plus efficace pour le trouble bipolaire est la combinaison équilibrée de thérapie et de médicaments. Dans la majorité des cas, les médicaments sont fondamentaux pour garantir la stabilité émotionnelle.

Par conséquent, une façon d’aider la personne est de vérifier, dans la mesure du possible, si elle prend ses comprimés en suivant les recommandations du médecin. Si ce n’est pas le cas, on doit en parler avec elle. Souvenez-vous que ces conversations doivent se faire sans jugements.

6. Ayez un plan en cas d’urgence

Le trouble bipolaire est généralement imprévisible. Par ailleurs, les crises dépressives et maniaques peuvent être dangereuses, aussi bien pour la personne affectée que pour celles qui l’entourent. Par conséquent, il est nécessaire de bénéficier de tout le soutien et de toute la rapidité possibles pour pouvoir gérer le cas.

Nous recommandons à la personne touchée et à ses proches d’avoir, à portée de main, les numéros de téléphone des thérapeutes, ambulances, hôpitaux et autres personnes proches. Ainsi, dans les moments de crise, on peut facilement demander de l’aide.

7. Parmi les conseils pour le trouble bipolaire, n’oubliez pas votre soin personnel

Si vous vivez avec quelqu’un qui est atteint d’un trouble bipolaire, vous pouvez facilement oublier de vous occuper de vous. On sait bien que s’occuper de cette pathologie implique une surcharge émotionnelle et psychique qui finit par détériorer le bien-être.

Pour aider quelqu’un, vous devez d’abord avoir la capacité émotionnelle de le faire. Ainsi, assurez-vous de dormir suffisamment, de manger sainement, de faire du sport et même d’assister à la thérapie.

Ceci peut vous intéresser : Comment vivre avec une personne bipolaire ?

8. Apprenez des stratégies d’affrontement pour contrôler ses crises

Ceci peut mettre du temps et même être complexe. Le principal est d’apprendre à reconnaître les symptômes ou les indicateurs qui anticipent un épisode maniaque ou dépressif, pour ensuite mener à bien des actions qui évitent le développement de l’épisode ou retarder son apparition.

En outre, il est utile que la personne affectée apprenne à reconnaître ces signaux et puissent agir seule. Ceci l’aide à gagner en contrôle de soi et en autonomie.

Les crises dans le trouble bipolaire.

Les crises du trouble bipolaire sont intenses et il faut du temps pour apprendre à les affronter de la meilleure façon possible.

9. Offrez-lui du temps de qualité

Les personnes avec un trouble bipolaire ont généralement du mal à établir et maintenir des relations durables et stables. Il est donc important que vous passiez du temps de qualité avec elle : vous éviterez ainsi qu’elle ne s’isole et se sente seule.

Vous pouvez penser à des activités qui vous plaisent à tous les deux, qui garantissent l’interaction et le sentiment de mener une vie normale.

Appliquez ces conseils pour aider dans le trouble bipolaire

Aider et accompagner quelqu’un qui souffre d’une pathologie mentale peut être un grand défi. Cela implique de faire des efforts qui garantissent, dans la mesure du possible, le bien-être de l’autre.

C’est pour cela qu’il est capital de ne pas oublier de prendre soin de soi-même et de se renseigner le plus possible sur l’affection. Ceci vous permettra d’offrir un soutien plus juste et adapté aux besoins individuels.

  • Amercian Psychiatric Association. Manual diagnóstico y estadístico de los trastornos mentales DSM 5. Quinta Edi. London: Amercian Psychiatric Publishing; 2013. 123–154 p.
  • Becoña E, Lorenzo MDC. Tratamientos psicológicos eficaces para el trastorno bipolar. PST [Internet]. 2001;13(3):511-22. Disponible en: https://reunido.uniovi.es/index.php/PST/article/view/7903
  • García B., Sierra P. y Livianos L. Nosología, epidemiología y etiopatogenia del trastorno bipolar: Últimas aproximaciones [Internet]. 2014;21(3): 89-94. Disponible en: https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1134593414000670
  • Gutiérrez-Rojas L, Martínez-Ortega JM, Rodríguez FD. La sobrecarga del cuidador en el trastorno bipolar. An. psicol. [Internet]. 2013;29(2):624-32. Disponible en: https://revistas.um.es/analesps/article/view/analesps.29.2.124061
  • De Dios C., Goikolea J.; Colom F., Moreno C. y Vieta E. Los trastornos bipolares en las nuevas clasificaciones: DSM-5 y CIE-11. Rev de Psiquiatría y Salud Mental [Internet]. 2014;7(4): 179-185. Disponible en: https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1888989114001025