A quoi sert le sérum physiologique ?

23 mai 2020
Le sérum physiologique est une substance simple, mais très efficace. Il s'utilise en médecine pour de multiples usages, et sauve même des vies lorsque la déshydratation est un facteur de risque. Découvrez-en davantage dans cet article.

Le sérum physiologique est également connu sous le nom de solution saline. Il s’agit d’une préparation simple qui peut même s’élaborer à la maison. Bien qu’elle ait été mise en doute plusieurs fois, son utilité en médecine est presque indiscutable.

La préparation de sérum physiologique est une solution à base d’eau et de sel. C’est là que réside sa simplicité et la possibilité de le préparer à la maison. La concentration de cette solution est de 0,9%, ce qui signifie qu’elle a la même concentration de dissolution que le sang humain.

Nous pouvons donc dire qu’il s’agit d’une substance isotonique. Autrement dit, ni le sang ni le sérum physiologique n’ont une concentration plus élevée que l’autre. Grâce à cette caractéristique, il peut s’utiliser en toute sécurité dans le corps humain.

Par ailleurs, cette solution a été mise au point en 1896. C’est le scientifique hollandais Hartog Jacob Hamburger qui l’a préparée pour l’utiliser dans la recherche sur les processus d’hémolyse. Son inventeur n’avait pas l’intention de l’employer à des fins médicales. C’est avec le temps qu’elle a acquis cette indication.

Usages du sérum physiologique

Le sérum physiologique compte de nombreuses applications. Il peut s’utiliser de manière externe, mais également en interne en injection dans le système circulatoire. Voyons les usages les plus fréquents :

  • Nettoyage des yeux et des lentilles de contact : pour cet usage, il est suggéré que le liquide soit stérile afin d’éviter une contamination bactérienne dans les yeux. Le sérum physiologique pour les yeux se présente généralement sous forme de petits flacons disponibles en pharmacie
  • Nettoyage des plaies : l’un des liquides les plus utilisés pour nettoyer les plaies est le sérum physiologique. Avec d’autres solutions antiseptiques, il aide à prévenir les infections
  • Usage nasal : pour le nez bouché ou le mucus abondant dans les voies respiratoires supérieures, il peut s’utiliser au moyen de seringues ou d’inhalateurs. L’eau saline entraîne les sécrétions par gravité. Le sérum physiologique est également indiqué chez les patients qui souffrent de rhinite et de congestion nasale due aux allergies. Non seulement, il transporte les sécrétions, mais également les substances allergéniques. Enfin, après une chirurgie du nez, le médecin le recommande comme antiseptique
  • Hydratation : lorsque le corps humain est déshydraté ou hypotendu en raison d’une perte de liquide, le sérum physiologique est un excellent substitut initial. En général, dans ces cas, il est administré en intraveineuse à une vitesse assez élevée. Ainsi, il est très utile en cas de gastro-entérite intense, d’hémorragie abondantes et de brûlure étendue
  • Nébulisation : la solution se place dans les appareils de nébulisations afin de créer un environnement humide qui pénètre dans les voies respiratoires. Cela est bénéfique en cas de grippe, de sinusite et de bronchite
Le sérum physiologique pour nettoyer les plaies

Lisez également : Comment éviter la déshydratation ?

Formats de présentation

Le sérum physiologique se présente sous différentes formes :

  • Ampoules : elles sont petites et stériles lorsqu’elles sont fermées. De plus, elles sont faciles à transporter. Une fois ouvertes, elles perdent leur stérilité. Cependant, la quantité est tellement moindre qu’il est difficile de les utiliser plus d’une fois
  • Gouttes : cette présentation existe pour un usage oculaire et pour la nébulisation
  • Spray : éventuellement avec l’intention première de favoriser le lavage nasal, ce format de vente est proposé dans les pharmacies. Il a l’avantage d’être transportable très facilement
  • Bouteilles: il s’agit de formats plus grands pour d’autres usages qui requièrent de plus grands volumes de liquide. Par exemple, pour le nettoyage d’une plaie ou d’une brûlure
  • Perfusion intraveineuse : avec différents millilitres, ce format s’utilise en milieu hospitalier. La poche est munie d’une extension, un tube avec une seringue à l’extrémité, qui est inséré dans la veine du patient. Ainsi, la personne est hydratée et l’administration de médicaments à travers la solution saline est facilitée
Le sérum physiologique en flacons

Découvrez aussi : 3 moyens efficaces de nettoyer les sinus paranasaux

Formulation maison du sérum physiologique

Comme nous l’avons précisé au début de cet article, le sérum physiologique peut se préparer et se composer à la maison. Par exemple, cela peut être utile pour le nettoyage d’une cicatrice qui a été désinfectée auparavant et qui est en voie de guérison. N’oubliez pas que la formule maison ne sera pas stérile.

Afin de préparer la formule, il faut mettre une cuillère à café de sel commun dans 250 centimètres cubes d’eau. Suivez la même proportion pour en faire plus si nécessaire. Ensuite, la préparation doit se garder dans des récipients propres. Elle est valable 48 heures sans expirer, après ce temps il faut la jeter.

D’autre part, elle peut se conserver à température ambiante ou dans le réfrigérateur. Rien ne prouve qu’une ou l’autre des méthodes prolonge son utilité. Considérez que la température ambiante à laquelle nous faisons référence est le climat tempéré, ni tropical ni des chaleurs extrêmes.

Enfin, maintenant que vous connaissez les usages du sérum physiologique, vous pouvez l’employer sans crainte. En effet, il s’agit d’une solution très utile et simple qui, dans des cas extrêmes, est capable de sauver des vies.

 

  • Silva, L. Dopico, and F. Oliveira Tinoco. « Recomendaciones para el empleo de solución salina 0, 9% en catéteres venosos periféricos. » Enfermería Global 6.2 (2007).
  • Trujillo-Zea, Jorge Alejandro, Natalia Aristizábal-Henao, and Nelson Fonseca-Ruiz. « Lactato de Ringer versus solución salina normal para trasplante renal. Revisión sistemática y metaanálisis. » Revista Colombiana de Anestesiología 43.3 (2015): 194-203.
  • Rojas, César A. « La solución salina fisiológica y su alta concentración de cloruro. » Ciencia e Investigación 22.1 (2019): 27-30.