Achalasie : diagnostic et traitements

23 avril 2019
L'achalasie est un trouble rare qui se caractérise par l'impossibilité d'avaler des aliments solides ou des liquides. Découvrez ici comment identifier ce trouble.

L’achalasie est un trouble peu fréquent qui peut survenir à tout âge. Ce trouble se caractérise par l’incapacité de l’œsophage de se contracter et de pousser les aliments vers l’estomac.

Sans l’ombre d’un doute, ce trouble représente un problème important. Malgré toutes les recherches effectuées sur cette maladie, on ignore encore quels sont les facteurs spécifiques à l’origine de son apparition.

En revanche, ce dont les experts sont sûrs c’est quelle se manifeste aussi bien chez les hommes que chez les femmes et que l’hérédité ne constitue pas un facteur. Qu’il y ait eu ou non au sein d’une même famille des cas d’achalasie n’a pas d’influence.

Achalasie : les symptômes

symptômes de l'achalasie

Le principal symptôme de l’achalasie est la douleur ressentie au moment de déglutir les aliments.

Afin que le médecin puisse établir un diagnostic correct, il doit prêter attention aux symptômes suivants :

  • Dysphagie. Ce terme désigne la difficulté d’avaler des aliments aussi bien solides que mous, ainsi que l’incapacité d’ingérer des liquides. Cela est dû à la contraction qui se produit dans la partie supérieure de l’œsophage
  • Douleur thoracique. Ce symptôme n’est pas très fréquent mais il peut se manifester en raison des contractions qui se produisent dans le sphincter œsophagien inférieur
  • Régurgitation des aliments. Certains patients qui souffrent d’achalasie ont tendance à régurgiter les aliments qu’ils digèrent, car les aliments n’arrivent pas à passer à travers l’œsophage
  • Perte de poids. La difficulté à digérer des aliments entraîne une perte de poids progressive qui peut conduire à des anémies

Il est important d’avoir à l’esprit que les aliments ou liquides qui ne parviennent pas à passer à travers l’œsophage et qui ne sont pas régurgités peuvent être aspirés vers les poumons. Cela peut notamment se produire lorsque la personne est endormie.

Cette situation peut déboucher sur une infection respiratoire ou encore une pneumonie d’inhalation. Il est donc impératif de consulter un médecin en cas de dysphagie.

Achalasie : comment est établi le diagnostic ?

manométrie pour traiter l'achalasie

Si le patient présente les symptômes précédemment évoqués, il devra passer certains examens spécifiques afin qu’un diagnostic correct puisse être établi.

Ces examens sont la manométrie et l’œsophagogramme.

La manométrie

Cette technique permet de mesurer la pression exercée par les muscles de l’œsophage. Pour réaliser cet examen, le médecin utilise une fine sonde qu’il introduit dans le nez du patient. Cette sonde doit atteindre l’œsophage et l’estomac. Avant d’introduire la sonde, le médecin administre au patient une anesthésie locale.

Lorsque la sonde se trouve dans l’estomac, le médecin la soulève un peu afin qu’elle remonte vers l’œsophage. C’est alors qu’il demande au patient d’avaler. La sonde mesurera la pression des contractions.

L’œsophagogramme

L’œsophagogramme est une autre façon de diagnostiquer l’achalasie. Il s’agit d’un examen simple pour lequel le patient devra boire un liquide à base de baryum avant la consultation médicale.

Lors de la consultation, le patient devra se tenir debout, dos contre la table de rayons X. Le médecin lui demandera de boire plus de liquide et, à certains moments, le patient devra retenir brièvement sa respiration.

Cet article peut aussi vous intéresser : Combattez les symptômes de l’œsophagite avec 5 solutions naturelles

Achalasie : les traitements

Les traitements de cette maladie dépendront de la gravité du cas et des caractéristiques du patient (âge avancé, infection au niveau des voies respiratoires…).

Ci-dessous nous vous listons les différentes options de traitement.

  • Dilation avec un ballon. Le médecin introduit un ballon dans le sphincter oœsophagien : cela permet d’agrandir et de maintenir l’œsophage ouvert. Normalement, il faut renouveler ce traitement tous les certains temps.
  • Botox. Il s’agit d’un relaxant musculaire que l’on injecte au moyen d’un endoscope dans le sphincter œsophagien. Les médecins ont recours à ce traitement pour les personnes âgées qui ne peuvent pas être soumises à une chirurgie.
  • Relaxants musculaires. Il est possible de prescrire des médicaments qui fonctionnement comme des relaxants musculaires, à prendre avant chaque repas. Le problème de ce traitement est que les effets secondaires sont importants.
  • Chirurgie. Il s’agit de la meilleure option, notamment pour les jeunes patients. Il s’agit d’une solution efficace pour résoudre ce problème dont les causes sont encore inconnues.

Cet article peut aussi vous intéresser : Vous souffrez de reflux gastro-oesophagien sans le savoir ? Découvrez les symptômes et traitements

Si vous avez des difficultés à avaler des aliments, voire même de l’eau, rendez-vous impérativement chez le médecin. Il se peut parfois que nous confondions ces symptômes avec ceux de l’anxiété, mais il est toujours préférable de dissiper les doutes en recevant un diagnostic correct.

Un diagnostic correct permet, qui plus est, de bénéficier d’un traitement efficace et ainsi d’éviter de plus graves problèmes comme ceux que nous évoquions plus haut.

À l’heure actuelle, d’autres recherches sont en cours afin de déterminer quelles sont les causes à l’origine de l’apparition de l’achalasie. Nous espérons que, d’ici quelques années, mais pas trop quand même, ces études aideront à prévenir ce trouble.

 

  • Carballo, Fiorella Ferrandino, & Brenes, Alberto Alonso Umaña. (2016). Acalasia como trastorno de la motilidad esofágica. Medicina Legal de Costa Rica33(1), 269-274. Retrieved January 30, 2019, from http://www.scielo.sa.cr/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S1409-00152016000100269&lng=en&tlng=es.
  • Carmona Domínguez, Roberto. (2007). Diagnóstico de acalasia esofágica en la atención primaria de salud: Presentación de un caso. Revista Cubana de Medicina General Integral23(1) Recuperado en 30 de enero de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S0864-21252007000100017&lng=es&tlng=es.
  • Csendes J, Attila, Braghetto M, Italo, Burdiles P, Patricio, Korn B, Owen, & Salas F, Juan E. (2012). Tratamiento quirúrgico de la acalasia esofágica: Experiencia en 328 pacientes. Revista chilena de cirugía64(1), 46-51. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-40262012000100008
  • Errázuriz B, Juan Ignacio, & De Barbieri IW, Francisca. (2013). Acalasia en paciente pediátrico: Reporte de caso clínico y revisión de la literatura. Revista chilena de radiología19(4), 174-176. https://dx.doi.org/10.4067/S0717-93082013000400006
  • Jiménez, J. R. J., Domínguez, L. P. I., & Reyes, K. C. (2013). Acalasia congénita; a propósito de un caso. Revista Mexicana de Pediatría80(4), 146-149.
  • Orgaz Gallego, Mª Pilar. (2009). Achalasia: un trastorno de la motilidad esofágica, no tan raro. Revista Clínica de Medicina de Familia2(6), 305-308. Recuperado en 30 de enero de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S1699-695X2009000100010&lng=es&tlng=es.
  • LEÓN A, PAULA, CSENDES J, ATTILA, BRAGHETTO M, ITALO, LASEN DE S, JOSÉ, & ROBLES M, JOSÉ. (2010). Acalasia en obesos mórbidos: Reporte de casos. Revista chilena de cirugía62(2), 172-174. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-40262010000200014
  • Restrepo P, Antonio J, Rey T, Mario H, Garzón O, Martín A, Farfán Q, Yesid A, Molano V, Juan C, Marulanda, Juan C, & Lizarazo, Jorge I. (2007). Acalasia. Controversias del tratamiento. Revista Colombiana de Gastroenterologia22(1), 69-75. Recuperado en 30 de enero de 2019, de http://www.scielo.org.co/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S0120-99572007000100012&lng=es&tlng=es.
  • Ruiz de León San Juan, A., & Pérez de la Serna Bueno, J. A.. (2008). Acalasia. Revista Española de Enfermedades Digestivas100(5), 304. Recuperado en 30 de enero de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&;pid=S1130-01082008000500012&lng=es&tlng=es.