Alimentation zen : bienfaits et limites

Si vous souhaitez améliorer votre santé et réduire votre niveau de stress, vous pouvez mettre en pratique l'alimentation zen, une alimentation saine à haute teneur nutritionnelle.
Alimentation zen : bienfaits et limites

Dernière mise à jour : 13 juin, 2022

L’alimentation zen a pour but d’améliorer l’alimentation et préserver une bonne santé au fil des ans. Elle pourrait être considérée comme une thérapie spirituelle et physique. Elle met l’accent sur la consommation de certains aliments pour assurer le bon fonctionnement de la physiologie du corps. Nous vous expliquons ici en quoi elle consiste et quels sont ses bienfaits.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est essentiel de souligner que les principes d’une bonne alimentation sont l’équilibre et la variété. Il est important de veiller à consommer des produits très différents régulièrement, afin de maintenir un apport nutritionnel optimal.

Les principes de l’alimentation zen

L’un des points de base du régime zen est l’inclusion des aliments qui peuvent aider à contrôler les niveaux de stress. Parmi eux, se distinguent les suivants :

  • Amandes
  • Avocat
  • Bette à carde
  • Chocolat
  • Infusions

Tous contiennent des antioxydants de qualité, à savoir des éléments qui neutralisent la formation de radicaux libres et leur accumulation ultérieure dans les tissus de l’organisme.

D’autre part, ces aliments pourraient aider à réduire la formation de cortisol, une hormone qui stimule les processus inflammatoires. De manière régulière, cette hormone est élevée lorsqu’il y a une altération du système nerveux central.

De plus, les grains entiers, les fruits et légumes et les produits laitiers sont fortement recommandés. Ces aliments contiennent du tryptophane, un acide aminé qui influence le fonctionnement du cerveau. Il favorise un bon repos et aide à éviter les troubles émotionnels.

Les autres aliments riches en protéines ne doivent pas être sous-estimés, comme la la viande. L’alimentation zen défend également l’apparition de cet aliment.

La viande parvient à fournir des protéines de haute valeur biologique avec tous les acides aminés essentiels et a un bon score en matière de digestibilité. Ces acides sont nécessaires pour éviter le développement de pathologies qui affectent la masse maigre, comme la sarcopénie, comme en témoignent des recherches publiées sur Nutrition Research.

L'avocat dans l'alimentation zen.
L’avocat régule les processus chimiques associés au stress.



Les bienfaits de l’alimentation zen

La mise en place du régime zen peut générer un certain nombre de bienfaits pour la santé. En premier lieu, il convient de noter qu’il s’agit d’une alimentation qui mise sur la variété et qui privilégie la consommation d’aliments frais. Grâce à cela, le risque de souffrir de pathologies chroniques est réduit.

Il est essentiel de préciser que l’apport d’antioxydants sera optimal. Ces éléments ont été associés à une moindre incidence des maladies, comme le confirme une étude publiée sur European Journal of Medicinal Chemistry. Cela retardera les processus de vieillissement et les organes seront plus efficaces dans l’exercice de leurs fonctions.

Par ailleurs, il s’agit d’un régime qui cherche une connexion profonde avec l’être, il a donc un aspect spirituel. Le but est de se sentir bien dans sa peau et de se libérer des situations de stress et d’anxiété qui peuvent conditionner les habitudes. D’où l’importance de consommer des aliments riches en tryptophane et en vitamines B, mais aussi d’éprouver de la gratitude pour la disponibilité de la nourriture.



Les limites de l’alimentation zen

Malgré ses bienfaits, le régime zen présente également un certain nombre de limites. Par exemple, c’est une proposition qui accorde peu d’attention au bilan énergétique.

Or, cela est très important pour éviter la prise de poids pouvant conditionner l’état de santé. Une augmentation du pourcentage de graisse pourrait affecter les niveaux d’inflammation dans l’environnement interne.

Par ailleurs, et malgré le fait qu’il favorise la consommation de protéines à haute valeur biologique, il ne se focalise pas sur l’atteinte d’un niveau protéique quotidien minimum. Or, ce point est important pour garantir le bon fonctionnement des processus physiologiques, ainsi que pour prévenir le développement de problèmes liés aux muscles.

Il ne faut pas oublier non plus que l’état de santé n’est pas uniquement conditionné par l’alimentation. De nombreux autres facteurs entrent en jeu.

Alimentation zen.
Dans l’alimentation zen, un lien spirituel avec l’acte de manger est prôné. L’alimentation va au-delà de la simple ingestion physique.

Manger zen est une approche saine

Le régime dit zen est basé sur l’inclusion d’aliments frais et de qualité, raison pour laquelle il est bénéfique. Il propose également une connexion avec l’environnement interne, connexion qui permet de réduire le niveau de stress.

Cependant, c’est une approche qui peut ne pas être valable pour tout le monde, malgré ses points positifs. L’une des clés de la nutrition est l’individualisation.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 10 commandements d’une alimentation saine
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les 10 commandements d’une alimentation saine

Savez-vous quels sont les commandements d'une alimentation saine ? Si vous souhaitez améliorer votre qualité de vie, découvrez-les !



  • Bravo, R., Matito, S., Cubero, J., Paredes, S. D., Franco, L., Rivero, M., Rodríguez, A. B., & Barriga, C. (2013). Tryptophan-enriched cereal intake improves nocturnal sleep, melatonin, serotonin, and total antioxidant capacity levels and mood in elderly humans. Age (Dordrecht, Netherlands)35(4), 1277–1285. https://doi.org/10.1007/s11357-012-9419-5
  • Naseeb, M. A., & Volpe, S. L. (2017). Protein and exercise in the prevention of sarcopenia and aging. Nutrition research (New York, N.Y.)40, 1–20. https://doi.org/10.1016/j.nutres.2017.01.001
  • Neha, K., Haider, M. R., Pathak, A., & Yar, M. S. (2019). Medicinal prospects of antioxidants: A review. European journal of medicinal chemistry178, 687–704. https://doi.org/10.1016/j.ejmech.2019.06.010