Allergie aux fruits de mer : symptômes, complications et traitement

20 novembre 2020
Si vous souffrez d'allergie aux fruits de mer, il existe plusieurs éléments à prendre en compte pour minimiser les risques. Nous vous en disons davantage dans cet article.

L’allergie aux fruits de mer est assez fréquente. Les mollusques et les crustacés sont susceptibles de déclencher des réactions d’hypersensibilité auto-immunes, qui deviennent parfois graves. C’est pourquoi, il est important d’identifier le véritable processus afin d’éviter des complications majeures.

Sachez que l’allergie est provoquée par une réaction du système immunitaire. Ce dernier identifie une protéine comme un agent nocif, même s’il ne l’est pas. A partir de là, il peut y avoir une réaction disproportionnée qui, si elle évolue, compromet la vie de la personne.

Qu’est-ce que l’allergie aux fruits de mer ?

Cette allergie est le résultat de l’entrée dans l’organisme de protéines provenant de certains produits de la mer. C’est ce que met en évidence une étude publiée dans Current Opinion in Allergy and Clinical Immunology. Parmi ces aliments, les crustacés et les mollusques sont les plus susceptibles de déclencher une allergie.

Dès que l’organisme détecte un tel antigène, il génère une réponse inflammatoire de défense qui peut, dans certains cas, se compliquer et entraîner de graves conséquences. La moins souhaitable est l’anaphylaxie.

Parmi les facteurs de risques pour le développement d’une allergie de ce type, nous pouvons citer les antécédents familiaux. De plus, les adultes sont plus enclins que les enfants, même si cela peut survenir à tout moment de la vie. Par ailleurs, elle est relativement plus fréquente chez les femmes.

Divers fruits de mer.

“L’anaphylaxie est la forme grave de l’allergie aux fruits de mer car elle met en danger la vie de la personne.”

Lisez également : Les 9 allergies les plus communes chez les enfants

Quels sont les signes et les symptômes ?

Les symptômes de l’allergie aux fruits de mer peuvent être légers ou sévères. En général, les signes commencent à apparaître une heure après l’ingestion. Il est fréquent de constater un certain gonflement des lèvres ou de la langue, ainsi que des démangeaisons.

Dans les cas les plus graves, on relève des difficultés respiratoires ainsi que des troubles intestinaux comme la diarrhée, les douleurs abdominales et les vomissements. Des médicaments sont souvent nécessaires dans ce cas, ainsi que l’administration d’un probiotique qui s’est avérée efficace pour contrôler les épisodes diarrhéiques.

Des étourdissements, des vertiges, des évanouissements et même des pertes de conscience peuvent aussi se produire. Dans ce cas, la surveillance de la part du professionnel de santé et l’intervention pharmacologique sont indispensables.

Anaphylaxie

L’allergie aux fruits de mer est susceptible de développer une réaction adverse sévère connue sous le nom d’anaphylaxie. Elle peut être fatale et nécessite d’une action médicale immédiate. En effet, le traitement d’urgence est l’injection d’adrénaline, comme le confirme une étude publiée dans le Journal de Pédiatrie.

Les symptômes de l’anaphylaxie sont une inflammation grave de la gorge qui rend impossible la respiration, une forte baisse de la pression sanguine et des vertiges qui peuvent occasionner un évanouissement ou une perte de connaissance. Sans l’aide de l’épinéphrine, ce type de situations entraîne la mort.

Complications de l’allergie aux fruits de mer

Il existe diverses situations qui augmentent la propension à développer un choc anaphylactique. Si vous souffrez d’asthme, si vous avez des antécédents d’anaphylaxie induite par des aliments ou si une petite quantité de fruits de mer déclenche chez vous une réaction allergique, le processus d’hypersensibilité peut se compliquer.

C’est pourquoi, il est crucial d’éviter la consommation de ces aliments et de bien regarder les étiquettes des emballages. Vous pourrez ainsi vous assurer qu’ils ne contiennent pas de traces de fruits de mer ou autres aliments allergènes.

D’autre part, il peut être nécessaire d’éviter les lieux où les fruits de mer sont transformés ou cuisinés. En effet, les vapeurs qu’ils émettent pendant leur cuisson pourraient déclencher une réaction indésirable.

Découvrez aussi : 8 conseils pour faire face à l’allergie au pollen

Comment traiter l’allergie aux fruits de mer ?

Actuellement, il n’existe aucun traitement connu pour soigner l’allergie aux fruits de mer. Il s’agit d’un processus qui, une fois apparu, dure toute la vie.

Par conséquent, la seule chose à faire est de stopper complètement l’ingestion de ces produits de la mer, ainsi que l’inhalation de leurs vapeurs. Cela s’applique, bien évidemment, aux personnes ayant reçu un diagnostic d’allergie.

Si vous allez au restaurant, assurez-vous qu’une déclaration d’allergène figure sur la carte. Vous saurez alors quelles recettes sont susceptibles de contenir des fruits de mer dans leurs ingrédients.

Soyez également attentifs aux produits emballés ou de conserve à base de protéines de poisson, comme par exemple le surimi. Parfois, ils contiennent des traces de fruits de mer qui sont nocives pour les personnes allergiques.

Allergie aux fruits de mer chez les enfants

Même s’il est plus fréquent de développer une allergie aux fruits de mer à l’âge adulte, c’est aussi possible pendant l’enfance. Si un enfant reçoit ce diagnostic, il est recommandé d’avoir toujours à portée de main une dose d’épinéphrine en cas d’urgence. Cela permettra d’éviter un choc anaphylactique mortel.

Les adultes doivent également êtres responsables et surveiller que l’enfant évite tout contact avec les éventuels allergènes. En outre, si l’enfant commence à développer des symptômes propres à un processus d’hypersensibilité, tels qu’un œdème, des démangeaisons ou une inflammation de la bouche, il faut se rendre impérativement aux urgences.

Conseils de prévention

Dans le cas d’une allergie aux fruits de mer, il est important de prendre en compte un ensemble de mesures préventives.

Lire les étiquettes

S’assurer que les produits achetés au supermarché ne contiennent pas d’allergènes se fait en lisant les étiquettes. De nombreuses complications postérieures sont ainsi évitées.

Être prudent lorsque l’on mange à l’extérieur

Les allergènes présents dans le plat sont généralement annoncés sur la carte du restaurant. Quoi qu’il arrive, il est toujours important d’avertir le serveur pour prévenir les contaminations croisées.

Plateau de fruits de mer.

“Au restaurant, il est fondamental de vérifier les déclarations d’allergènes sur la carte.”

Contaminations croisées

Souvent, les personnes allergiques aux fruits de mer développent une hypersensibilité si un crustacé est cuit dans le même récipient qu’un autre aliment. Il n’est pas nécessaire d’ingérer le crustacé en tant que tel pour générer une anaphylaxie. Parfois, il suffit que ses antigènes soient présents dans un plat ou un ustensile de cuisine. L’hygiène est donc essentielle.

L’allergie aux fruits de mer est un problème alimentaire

Come vous avez pu le constater, l’allergie aux fruits de mer peut mettre en danger la vie d’une personne si elle ne prend pas les bonnes précautions. C’est pourquoi, il est toujours important de lire les étiquettes et de consulter un médecin au moindre soupçon d’hypersensibilité à ce type d’aliments.

Enfin, si vos craintes sont confirmées, n’oubliez jamais votre dose d’épinéphrine au cas où vous en auriez besoin. Cela s’applique pour les adultes, les parents et éducateurs d’enfants atteints de ce trouble. Ils doivent effectivement être vigilants et essayer de maintenir l’enfant à l’écart de tout contact avec des substances allergènes.

  • Szajewska H., Canani RB., Guarino A., Hosjak I., et al., Probiotics for the prevention of antibiotic associated diarrhea in children. J Pediatr Gastroenterol Nutr, 2016. 62 (3): 495-506.
  • Sarinho E., Moura MG., Severe forms of food allergy. J Pediatr, 2017. 1: 53-59.
  • Wong L., Tham EH., Lee BW., An update on shellfish allergy. Curr Opin Allergy Clin Immunol, 2019. 19 (3): 236-242.
  • Velazco-Benítez, C. “Epidemiología de la alergia alimentaria en la edad pediátrica.” Rev Gastrohnup 14.2 (2012): 62-5.
  • García Falcón, Manuel Enrique. “Papel de los probióticos en el tratamiento de alergias e intolerancias alimentarias.”
  • Borrego, J. Torres, JF Martínez Cuevas, and J. Tejero García. “Reactividad cruzada entre pescados y mariscos.” Allergologia et immunopathologia 31.3 (2003): 146-151.
  • Fernández Morales, Isidora, and María Ignacia Von Jentschykmakuc. “Abordaje nutricional en alergias alimentarias más prevalentes.” (2016).
  • Binaghi, María Julieta, et al. “Declaración de alérgenos y detección de trazas de leche, soja y huevo en alimentos de consumo frecuente por niños.” Actual. nutr (2017): 72-83.
  • Plaza-Martin, Ana María. “Alergia alimentaria en la edad pediátrica, conceptos actuales.” Anales de pediatría. Vol. 85. No. 1. Elsevier Doyma, 2016.
  • Blasco, Jaime Lozano, Sergio José Quevedo Teruel, and Mónica Piquer Gibert. “Alergia a frutos secos. Alergia a legumbres y frutas. Alergia a pescados y mariscos.”