Allergie, intolérance, dégoût et intoxication alimentaire : quelles différences ?

9 décembre 2019
Les symptomatologie de ces conditions ont quelques points en commun. Elles n'ont néanmoins pas les mêmes origines. C'est pourquoi il est nécessaire d'identifier l'origine du problème afin d'y apporter une solution efficace.

Allergie, intolérance, dégoût, intoxication alimentaire… Connaissez-vous les différences entre ces 4 situations ? Elles peuvent présenter des symptômes semblables. Or, les causes en sont très distinctes. Nous vous aiderons à identifier chaque processus et à connaître les raisons qui peuvent l’entraîner.

Différences entre allergie, intolérance, dégoût et intoxication alimentaire

1. Allergie

C’est une réaction du système immunitaire à l’égard de quelque chose qui ne s’avère pas nocif, appelé allergène. Il s’agit, ainsi, d’une réponse à une fausse alarme qui manifeste les symptômes suivants :

  • Fourmillements ou démangeaisons
  • Oedème
  • Urticaire
  • Gonflement de la langue et de la gorge
  • Douleurs abdominales
  • Diarrhée ou nausées
  • Vomissements et vertiges

Les allergies peuvent présenter différentes intensités, de processus légers jusqu’au choc anaphylactique. Ce dernier peut s’avérer mortel. On doit recourir à des injections de médicaments.

La cause des allergies se trouve souvent dans certaines protéines présentes dans les fruits de mer, les fruits secs, le poisson, les œufs, le lait ou le blé. La consommation d’une petite quantité de ces protéines peut démarrer le processus par l’intermédiaire des anticorps IgE.

Il est important de consulter votre médecin si vous ressentez une oppression dans les voies respiratoires, une chute de la pression artérielle, l’accélération de votre pouls ou des vertiges et un étourdissement.

Lisez également : 6 conseils pour prévenir les allergies respiratoires

Une femme souffrant d'une intoxication alimentaire aux cacahuètes

Intolérance

Une intolérance alimentaire est une réaction défavorable qui provient de la consommation de certains aliments. Elle survient à cause d’une digestion, d’une métabolisation ou d’une assimilation inappropriée de la nourriture. Cela entraîne ainsi des effets secondaires dans l’organisme.

Elle peut être primaire si elle est héréditaire, secondaire si l’origine n’est pas génétique. Elle peut également être réversible dans une période de temps donnée. Enfin, elle peut être congénitale si elle est héréditaire et présente dès la naissance.

Les composants qui ont le plus de chances de déclencher une intolérance alimentaire sont le lactose et le gluten. Néanmoins, il en existe de nombreux autres composants capables d’entraîner une intolérance. Normalement, les symptômes de l’intolérance sont :

Les différences les plus importantes par rapport à l’allergie sont que l’intolérance ne dépend pas du système immunitaire. De plus, sa symptomatologie est moins aiguë.

Ces dernières années, on a réalisé des études individuelles dans le cadre desquelles on a évalué l’intolérance à certains aliments à partir d’analyses de sang. Ces résultats n’ont cependant pas présenté de preuve scientifique.

Dégoût

C’est l’un des troubles alimentaires les plus courants pendant les trois premières années de l’enfant. Il s’agit d’un refus persistant face à certains aliments du fait de leurs caractéristiques organoleptiques. Ses symptômes englobent la grimace de dégoût ou les vomissements.

Il s’agit souvent d’une condition qui fait partie d’un trouble de traitement sensoriel. C’est pourquoi elle est accompagnée d’autres problèmes sensoriels. On la détecte normalement à partir du refus constant de l’enfant vis-à-vis l’introduction de nouveaux aliments dans son régime.

Néanmoins, l’enfant mange la nourriture qu’il aime sans aucun problème.En l’absence de compléments alimentaires, ces enfants peuvent présenter une carence nutritionnelle, mais pas de retards de croissance. On n’y associe pas d’allergies alimentaires ni d’expériences traumatiques.

Un enfant se couvre la bouche en signe de dégoût

Intoxication alimentaire

Il s’agit de la dernière de ces 4 situations. L’intoxication alimentaire survient à la suite de la consommation d’un aliment ou d’un liquide qui contient des bactéries, un virus, un parasite ou des toxines produites par ce dernier. Cette situation peut être provoquée par des facteurs de risque tels que :

  • Ne pas se laver les mains correctement
  • Ne pas utiliser des ustensiles de cuisine propres
  • Mal conserver les aliments
  • Consommer l’eau d’un puits ou de l’eau contaminée

A découvrir : 3 manières d’éliminer l’oxydation des ustensiles de cuisine

Les symptômes incluent les nausées, les vomissements, la diarrhée, les douleurs ou les crampes musculaires et la fièvre. Ces signes peuvent commencer des heures après la consommation du produit contaminé ou des semaines après.

Il faut consulter le médecin si on remarque la présence d’épisodes fréquents de vomissements ou de selles avec du sang ou si la diarrhée dure plus de 3 jours. On doit également se faire prendre en charge en cas de fièvre élevée, de symptômes d’une déshydratation ou de fourmillements musculaires.

Les intoxications alimentaires les plus fréquentes sont celles produites par Costridium Botulinum, le E.Coli et la salmonelle. La plupart des souches de ces microorganismes se trouvent dans la viande et les oeufs ou dans les conserves ouvertes conservées à une mauvaise température.

Pour toutes ces raisons, il est crucial de maintenir une bonne hygiène alimentaire et conserver les aliments correctement. Pour cela, il est important de s’informer sur quel type de stockage et de manipulation on doit appliquer à chaque type d’aliment.

Conclusion

Vous connaissez désormais les différences entre ces 4 situations. En dépit des points communs des symptômes, identifier l’origine du problème permettra de lui donner une solution efficace et d’éviter de plus grandes complications à moyen et à long terme.

Il est crucial d’identifier les différences entre l’allergie et l’intolérance. En effet, on les confond très souvent. Face au doute, il est toujours bon de consulter votre médecin avant que n’apparaissent des complications.

 

  • Ruiz Sánchez JG., Palma Milla S., Pelegrina Cortés B., López Plaza B., Bermejo López LM., Gómez Candela C., A global visión of adverse reactions to foods: food allergy and food intolerance. Nutr Hosp, 2018. 35: 102-108.
  • Ciborska J., Klobukowski J., Pierzachala I., Food aversions and dietary preferences in pre-school children from Olsztyn. Rocz Panstw Zakl Hig, 2018. 69 (2): 147-153.
  • Lavine E. Blood testing for sensitivity, allergy or intolerance to food. CMAJ. 2012;184(6):666–668. doi:10.1503/cmaj.110026
  • Choung RS, Talley NJ. Food Allergy and Intolerance in IBS. Gastroenterol Hepatol (N Y). 2006;2(10):756–760.
  • Zopf Y, Baenkler HW, Silbermann A, Hahn EG, Raithel M. The differential diagnosis of food intolerance. Dtsch Arztebl Int. 2009;106(21):359–370. doi:10.3238/arztebl.2009.0359
  • Davis, C. R., & Pavia, A. T. (2015). Food poisoning. In Clinical Infectious Disease, Second Edition (pp. 342–348). Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9781139855952.058