Angiographie cérébrale : caractéristiques, préparation et risques de l'examen

L'angiographie cérébrale utilise des rayonnements ionisants pour créer des images du flux sanguin cérébral. Il permet d'évaluer les altérations de celui-ci, comme dans le cas de la présence d'un anévrisme ou d'une maladie cérébrovasculaire.
Angiographie cérébrale : caractéristiques, préparation et risques de l'examen
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 14 novembre, 2022

L’angiographie cérébrale est une étude d’imagerie médicale peu invasive qui utilise un cathéter, un guidage par rayons X et l’injection de produit de contraste pour évaluer les vaisseaux sanguins dans le cerveau. Cette étude, du fait de la présence du cathéter, permet d’associer diagnostic et traitement dans la même procédure.

L’évaluation des vaisseaux sanguins dans le cerveau permet d’identifier des anomalies telles que des anévrismes, un rétrécissement et la présence de caillots. Cette étude est ensuite évaluée par le radiologue.

Qu’est-ce que l’angiographie cérébrale ?

L’angiographie cérébrale est également appelée « angiogramme ». Dans cette procédure, un produit de contraste intraveineux est introduit à travers le cathéter, qui atteint les vaisseaux sanguins du cou et du cerveau. Ceci au moyen des images obtenues par rayonnement ionisant (rayons X) permet de visualiser le flux sanguin cérébral.

Procédure d’angiographie cérébrale

Angiographie cérébrale : caractéristiques, préparation et risques de l'examen
Le médecin déterminera la nécessité d’une angiographie cérébrale pour obtenir un diagnostic clair.

Pour l’angiographie cérébrale, un produit de contraste, généralement iodé, des rayons X et un cathéter sont utilisés. La procédure commence avec la personne allongée sur la table de radiographie et la tête immobilisée. L’activité cardiaque doit toujours être surveillée tout au long de l’examen, elle sera donc connectée à un ECG à l’aide des différentes électrodes.

Pour l’angiographie cérébrale, un sédatif peut être administré avant le début de la procédure pour détendre la personne. Une fois sous sédation, le cathéter est inséré. Il est généralement placé dans l’aine, bien qu’il puisse également être placé dans le bras.

Le cathéter permet d’introduire le produit de contraste dans les vaisseaux sanguins du cou et de la tête. De cette façon, il fournit des images de la façon dont le sang circule dans le cerveau.

Dans l’aine, un anesthésique local est nettoyé et infiltré pour ouvrir un trou qui permet d’insérer le cathéter. Le cathéter utilisé en angiographie cérébrale est un mince tube creux qui est inséré dans l’artère, à travers les vaisseaux des régions abdominale et thoracique, jusqu’à ce qu’il atteigne l’artère du cou. Par la suite, la position de celui-ci est corroborée par des rayons X.

Lorsque le cathéter est correctement positionné, un produit de contraste est injecté par l’artère dans les vaisseaux sanguins du cerveau, puis des radiographies sont prises.

A la fin de la procédure avec la prise des images, l’aiguille et le cathéter sont retirés et, immédiatement, une pression est appliquée sur le site d’insertion du cathéter pendant 10 à 15 minutes.

Une fois le saignement arrêté, le bandage compressif doit être appliqué sur le site d’insertion. Pour éviter les complications, toutes les indications médicales doivent être suivies à la fin de la procédure.

Préparation et considérations avant la procédure

Pendant 4 à 8 heures avant l’angiographie cérébrale, vous ne pouvez ni manger ni boire. De plus, vous devez informer le médecin en cas de :

  • Allergie aux crustacés, aux substances iodées ou à tout composant des produits de contraste.
  • Grossesse suspectée.
  • Antécédents de saignement ou de consommation d’anticoagulants ou d’antiplaquettaires.
  • Tout degré d’altération de la fonction rénale.
  • Patient diabétique (en raison d’une possible altération de la fonction rénale).
  • Allergie aux anesthésiques locaux ou à l’anesthésie générale.
  • Utilisation de médicaments stéroïdiens.
  • Allaitement (les femmes qui allaitent ne peuvent pas allaiter tant qu’elles n’ont pas complètement excrété le produit de contraste vers 24 heures).

Après avoir informé le médecin de tous les médicaments que vous prenez, il vous indiquera ceux que vous pouvez prendre le jour même de l’intervention et ceux que vous devez arrêter. Vous devez toujours suivre les conseils médicaux.

Après la procédure

Juste après la procédure d’angiographie cérébrale, vous pouvez manger, mais le repos est recommandé jusqu’à 12 heures après pour reprendre toutes vos activités habituelles. Compte tenu de la probabilité d’utilisation de sédatifs, la personne ne doit pas conduire pour se rendre à la procédure. Idéalement, il devrait être accompagné de quelqu’un.

Le cathéter qui a été inséré pour l’angiographie cérébrale doit être maintenu allongée pendant 4 à 6 heures après la fin de la procédure et le saignement surveillé pendant 12 heures par la suite.

Caractéristiques de l’angiographie cérébrale

Angiographie cérébrale : caractéristiques, préparation et risques de l'examen
Les résultats de l’angiographie cérébrale seront analysés, en premier lieu, par le radiologue.

Actuellement, l’angiographie cérébrale par soustraction numérique intra-artérielle est utilisée pour acquérir des images par voie électronique plutôt qu’avec un rayon X. Cela permet de manipuler les images pour soustraire les os et les tissus qui obscurcissent normalement les vaisseaux, permettant une image où vous pouvez clairement voir le couler à l’intérieur d’eux.

Risques associés à la procédure d’angiographie cérébrale

Bien que les complications pendant et après l’angiographie cérébrale soient rares, certaines peuvent survenir, telles que :

  • Réaction allergique au produit de contraste.
  • Caillots sanguins ou saignement au site d’insertion du cathéter (affectant la circulation vers la jambe ou la main).
  • Dommages artériels causés par le cathéter (peuvent provoquer une obstruction du flux sanguin et une maladie cérébrovasculaire).
  • Lésion rénale due à l’utilisation d’un produit de contraste par voie intraveineuse.

En cas de symptômes tels que douleur soudaine, augmentation de volume et changement de couleur dans le membre où le cathéter a été inséré ou engourdissement de celui-ci, difficulté à parler, troubles visuels, faiblesse faciale ou tout autre symptôme de déficit neurologique, vous devez Aller chez le médecin immédiatement.

Quand l’angiographie cérébrale est-elle indiquée ?

L’angiographie cérébrale permet de produire des images des vaisseaux sanguins du cou et du cerveau. Il est demandé en cas de signes et symptômes d’altération de ceux-ci :

Utile aussi pour :

  • Évaluer le flux sanguin vers une tumeur au cerveau.
  • Préparation d’un traitement médical (acte radiologique interventionnel) via certains vaisseaux sanguins.
  • Évaluation des artères de la tête et du cou avant la chirurgie.
  • Fournir des informations supplémentaires sur les anomalies qui ont été visualisées en imagerie par résonance magnétique ou en tomographie cérébrale.

C’est une étude d’imagerie utile, bien qu’il existe des alternatives

L’angiographie cérébrale est demandée en cas de suspicion d’altération des vaisseaux sanguins du cerveau, résultant non seulement pour le diagnostic, mais aussi pour le traitement endovasculaire. Cependant, il existe maintenant des méthodes moins invasives, telles que l’angiographie par résonance magnétique et l’angiographie par tomodensitométrie, qui fournissent des images plus claires.

Cela pourrait vous intéresser ...
Syndrome de Werner : lorsque nous vieillissons trop vite
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Syndrome de Werner : lorsque nous vieillissons trop vite

Le syndrome de Werner est une maladie héréditaire assez rare. Il s'agit d'un vieillissement prématuré. Nous en parlons ici.