Bursite de la hanche : symptômes et traitement

La bursite de la hanche est une expression générale qui renvoie à deux affections situées dans la partie centrale du corps : la bursite trochantérienne et la bursite ilio-psoas.
Bursite de la hanche : symptômes et traitement
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 27 mai, 2022

Des douleurs pendant la marche situées dans la partie supérieure de la cuisse peuvent être le symptôme d’une bursite de la hanche. La hanche est une structure anatomique qui contient différentes parties et qui est liée aux ligaments, aux tendons, au cartilage, aux os et aux muscles.

En termes médicaux, l’inflammation des poches articulaires que nous appelons bursite peut se présenter sous deux formes similaires : trochantérienne et ilio-psoas. Découvrez ci-dessous les principaux symptômes, ainsi que les traitements possibles.

Les différentes types de bursite de la hanche

La bursite de la hanche peut être trochantérienne ou ilio-psoas. Ces deux types ont en commun le fait qu’ils sont dus à l’inflammation des sacs articulaires qui, en raison de cette inflammation, cessent de remplir leur fonction.

La bursite trochantérienne est située dans la structure articulaire qui relie le fémur à l’os pelvien. L’une des saillies de cet os s’appelle trochanter, d’où le nom de la pathologie. C’est une condition très douloureuse qui a tendance à apparaître chez les personnes âgées.

L’ilio-psoas est un muscle volumineux qui longe une partie du dos jusqu’à la hanche. Il évite les frottements avec les autres organes grâce à un sac ou une bourse. Si cette structure est blessée, il y a inflammation.

Ce second type touche notamment les personnes qui effectuent des mouvements répétitifs de l’articulation. Dans tous les cas, les personnes âgées sont un groupe à risque, tant pour les tendinites que pour les fractures.

Types de bursite de la hanche.
La bursite de la hanche est due à une inflammation des sacs articulaires.

Les symptômes de la bursite de la hanche

Le principal symptôme de bursite de la hanche est la douleur. Il s’agit d’un inconfort intense qui peut devenir invalidant pour la marche et la réalisation d’activités quotidiennes, comme monter les escaliers.

La douleur se situe généralement à l’extérieur de la hanche, sur le fémur et ses orifices osseux. A la palpation, la gêne augmente et, dans les cas extrêmes, le simple frottement des vêtements suffit à déclencher le symptôme.

De plus, la douleur est exacerbée à la fois pendant le mouvement et au repos. La marche l’intensifie, tout comme rester dans la même position pendant une longue période.

Les personnes touchées commencent à soupçonner que quelque chose ne va pas avec leur hanche lorsqu’elles doivent interrompre leurs activités à cause de la douleur. La progression est lente, mais régulière. Au bout d’un moment, ces personnes ne parviendront pas à se lever d’une chaise.



Les causes

La bursite de la hanche est due à la dégénérescence des articulations ou aux mouvements répétitifs. Les deux facteurs peuvent se combiner. Le premier est plus fréquent chez les personnes âgées. Le second, chez les jeunes adultes.

La dégénérescence des structures de la hanche est connue depuis longtemps. Bien que les études se soient concentrées sur le cartilage, on sait que le processus de vieillissement affecte toutes les cellules.

Chez les personnes âgées, les poches articulaires deviennent plus fines, moins résistantes. Cela fait partie de la destruction du collagène et des fibres qui se produit au fil des ans, un fait qui favorise la rupture de la structure.

Dans le même temps, il peut y avoir des dommages dus à la répétition des mouvements. Marcher, s’asseoir et se lever, courir et monter des escaliers sont des activités quotidiennes qui exercent une pression sur la hanche et sur les poches articulaires.

Si l’on ajoute à cela la présence d’arthrose ou d’arthrite, alors le résultat final semble inéluctable. L’os qui a changé en raison d’ une inflammation articulaire est plus sensible à la bursite.

Femme qui souffre d'une bursite de la hanche.
La dégénérescence articulaire et les mouvements répétitifs sont les principales causes de bursite de la hanche.

Le traitement de la bursite de la hanche

L’approche thérapeutique de la bursite de la hanche, quelle que soit son origine et son type, repose sur les mêmes paramètres. Ci-dessous, nous détaillons les plus importants.

Anti-inflammatoires

Les non stéroïdiens sont préférés aux corticostéroïdes, en raison d’effets indésirables. Ils ont tendance à être utilisés chez les personnes âgées qui présentent un risque plus élevé de diabète et d’hypertension artérielle.

Physiothérapie

La rééducation de la hanche avec un professionnel en kinésiologie donne de bons résultats. Les massages physiques et l’application de techniques avec certains appareils, comme les ondes de choc, se sont avérés efficaces.

Par ailleurs, une combinaison de températures chaudes et froides est généralement indiquée pour favoriser la cicatrisation interne de l’articulation.

Opération

Le plan de traitement chirurgical de la bursite de la hanche a évolué au cours des dernières décennies et a amélioré l’approche, réduisant les effets indésirables. Les techniques arthroscopiques, avec des incisions minimales qui réduisent le séjour à l’hôpital, sont maintenant la norme.

Une minuscule caméra guide le processus. Le chirurgien orthopédiste peut réparer le sac articulaire endommagé ou le remplacer par d’autres tissus.



La hanche est notre support

La bursite de la hanche est grave, car tout le bassin soutient le tronc. Le poids est réparti sur les membres inférieurs et l’équilibre est ainsi maintenu. Nous dépendons de cette partie du corps pour marcher et nous déplacer, nous ne pouvons donc pas nous permettre de l’endommager.

La situation est particulièrement préoccupante chez les personnes âgées qui, à mobilité réduite, peuvent se retrouver dans de sérieuses difficultés. Le soutien du groupe familial et du réseau social est essentiel pour ces patients, pour qui aucune aide n’est trop peu.

Concernant le choix du meilleur traitement, ce sera au médecin d’en décider. Cela dépendra de l’état de santé général de la personne, de sa capacité à réagir et des ressources de réadaptation à sa disposition.

Cela pourrait vous intéresser ...
De nouvelles prothèses de hanche ont été créées pour lutter contre l’arthrite et la douleur
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
De nouvelles prothèses de hanche ont été créées pour lutter contre l’arthrite et la douleur

L'arthrose de la hanche est l'une des maladies les plus fréquentes. Les nouvelles prothèses de hanche offrent une meilleure qualité de vie.



  • González Duque, A., C. de José Reina, and J. Vaquero Martín. “Bursitis trocantérea.” Medifam 13.1 (2003): 43-48.
  • de Miguel Artal, Mariano, et al. “Fractura de cadera en el paciente anciano: factores pronóstico de mortalidad y recuperación funcional al año.” Revista española de Geriatría y Gerontología 53.5 (2018): 247-254.
  • Hernández, JL Rodríguez. “Dolor osteomuscular y reumatológico.” Revista de la Sociedad Española del Dolor (SED) 11.2 (2004): 56-64.
  • Silva-Caicedo, Octavio, and Diego Alexander Garzón-Alvarado. “Antecedentes, historia y pronóstico de la displasia del desarrollo de la cadera.” Revista cubana de investigaciones biomédicas 30.1 (2011): 141-162.
  • Aresti, N. “Artrosis de cadera.” (2016): 1-5.
  • García Estrada, Elsa María, et al. “Ondas de choque extracorpórea en el tratamiento de la bursitis trocantérica.” Revista Cubana de Ortopedia y Traumatología 33.1 (2019).
  • Sandoval, Enrique, and David Cimas. “Técnicas de posicionamiento y abordaje en artroscopia de cadera. Portales.” Revista Española de Artroscopia y Cirugía Articular 23.1 (2016): 31-36.
  • Pertegas, Marius Valera, Rogelio Sancho Navarro, and X. Crusi Sererols. “Trocanteritis.” Dolor: Investigación, clínica & terapéutica 32.4 (2017): 141-151.
  • Dydyk, Alexander M., and Amit Sapra. “Psoas Syndrome.” (2019).
  • Merino, Maira Johanna Orozco, and Luis Lasca. “Bursitis Iliopectínea.” Revista de la Facultad de Ciencias Médicas de Córdoba 73.4 (2016): 306.