Cardiopathie congénitale chez les enfants : causes et diagnostic

La cardiopathie congénitale est un trouble cardiaque qui affecte le nouveau-né. Découvrez dans cet article quelles en sont les causes et comment faire face à une maladie de ce type.
Cardiopathie congénitale chez les enfants : causes et diagnostic
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 12 octobre, 2022

On parle de cardiopathie congénitale lorsque la structure du cœur est altérée dès la gestation. Autrement dit, l’enfant naît avec cet organe modifié et il est même possible de le voir pendant la grossesse.

L’incidence n’est pas moindre, puisqu’on estime que jusqu’à 1 % des enfants nés présentent une cardiopathie congénitale. Il s’agit d’un chiffre élevé, d’où l’importance de cette pathologie pour les services de pédiatrie.

Lorsqu’une famille apprend l’existence d’une cardiopathie congénitale, le problème est plus grave que la maladie elle-même. Les parents savent qu’ils devront passer par des chirurgies infantiles et un long processus d’adaptation.

Le diagnostic prénatal de ces malformations s’est beaucoup amélioré. Certaines maladies peuvent être détectées et résolues, même avec une intervention chirurgicale pendant la grossesse. Cela améliore considérablement les chances de survie.

Les causes des cardiopathies congénitales

Pour qu’une cardiopathie congénitale survienne, certains facteurs doivent être combinés. Les causes sont variées, mais certaines sont connues pour être plus fréquentes et identifiables que d’autres. Parmi elles, figurent les suivantes :

  • Génétique : Lorsqu’il y a eu une malformation cardiaque congénitale dans la famille, il est possible qu’elle se reproduise chez un autre individu. La génétique double le risque de naître avec une malformation cardiaque. En outre, il existe des maladies chromosomiques associées à des troubles spécifiques des structures cardiaques, telles que le syndrome de Down ou le syndrome de Turner.
  • Nutrition : Si la mère souffre de carences nutritionnelles pendant ou avant la grossesse, il peut y avoir des répercussions sur le fœtus. Le manque d’iode dans l’alimentation maternelle est également associé à des maladies cardiaques congénitales et à un diabète non contrôlé, en raison d’une glycémie constamment élevée.
  • Toxines : Les mères sont parfois exposées à des substances toxiques, presque toujours involontairement. Certains médicaments et radiations ont pour effet néfaste des malformations. Côté habitudes, l’alcool et le tabac sont aussi des causes possibles.
  • Maladies infectieuses : La rubéole est un exemple classique d’infection maternelle qui affecte la formation des organes du fœtus.
maladie cardiaque congénitale
Les causes des cardiopathies congénitales sont variées, mais elles agissent toutes pendant la grossesse.



 

Le diagnostic prénatal

Les progrès des méthodes complémentaires ont amélioré la détection précoce des cardiopathies congénitales. Les échographies de contrôle de grossesse sont réalisées avec un matériel plus puissant et une meilleure définition.

Presque uniformément, trois échographies obstétricales sont réalisées dans le monde pour évaluer les complications et l’évolution des grossesses. Dans chacune d’elles, il est possible de détecter une malformation, non pas pour les prévenir, mais pour les traiter correctement.

L’échographie du premier trimestre, principalement, permet d’évaluer la suspicion d’anomalies chromosomiques, comme le syndrome de Down. Sa présence est évocatrice d’une malformation cardiaque.

Plus en profondeur, l’échographe permet d’observer en temps réel le mouvement des structures cardiaques et leur conformation. Ainsi, les insuffisances valvulaires sont détectées précocement, par exemple.

Ces trois échographies de routine sont complétées par d’autres études lorsqu’il y a une détection anormale. De nouvelles échographies peuvent être effectuées ou un test génétique peut être effectué à travers le liquide amniotique.



Les parents confrontés à une cardiopathie congénitale

Parents préoccupés par les maladies cardiaques.
Le diagnostic n’est pas seulement de la responsabilité de l’équipe médicale, mais aussi de la famille, frappée d’inquiétude.

L’équipe de santé doit savoir qu’en cas de diagnostic de cardiopathie congénitale, le soutien parental est essentiel. L’accompagnement dans la démarche et le soutien psychologique doivent servir de médiateur.

L’explication de la prise en charge doit être claire, afin de lever tous les doutes. Les parents n’ont pas à comprendre en premier lieu quelle chirurgie sera pratiquée ou pourquoi on ne le fera pas si c’est la décision.

Mais rien ne se termine dans les premiers mois de la vie. De nombreux patients sont réopérés à de nouvelles occasions et les comorbidités s’ajoutent à la peur logique. Un rhume ou une grippe chez ces enfants bouleverse toute la routine familiale.

Le facteur économique n’est pas mineur. Ce ne sont pas des approches chirurgicales bon marché. De plus, si des médicaments sont utilisés, ils s’inscrivent dans le cadre d’un traitement à long terme. On parle parfois de plus de 3 ou 4 médicaments qu’on ne peut stopper sans indication médicale.

La cardiopathie congénitale n’est plus ce qu’elle était

La bonne nouvelle est que les cardiopathies congénitales n’ont pas le même pronostic qu’il y a 30 ans. Les avancées dans ce domaine sont notoires et l’espérance de vie des petits qui en souffrent s’est améliorée.

Il est important que les parents reçoivent les conseils appropriés et qu’ils se sentent en sécurité dans l’équipe de santé où ils placent leur confiance. Une cardiopathie congénitale est un diagnostic qui les accompagnera à vie.

Cela pourrait vous intéresser ...
Peut-on prévenir une cardiopathie ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Peut-on prévenir une cardiopathie ?

Comprendre comment prévenir une cardiopathie exige de savoir quels sont les facteurs de risque qui nous y rendent susceptibles.



  • Mendoza, DY Copado, AJ Martínez García, and S. Acevedo Gallegos. “Importancia del diagnóstico prenatal de las cardiopatías congénitas.” Perinatología y Reproducción Humana 32.3 (2018): 127-130.
  • Ruz-Montes, Miguel A., et al. “Cardiopatías congénitas más frecuentes en niños con síndrome de Down.” Revista Colombiana de Cardiología 24.1 (2017): 66-70.
  • Cárdenas, Susan Pumacayo, Antonio Skrabonja Crespo, and Edgar Quea Pinto. “Hipertensión pulmonar en niños.” Revista Colombiana de Cardiología 26.4 (2019): 228-235.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.