Champignon yarsagumba : le « viagra himalayen »

En médecine traditionnelle, le yarsagumba est utilisé pour favoriser la santé sexuelle. D'autres propriétés lui sont attribuées. Découvrez-les ici !
Champignon yarsagumba : le « viagra himalayen »
Franciele Rohor de Souza

Relu et approuvé par la pharmacienne Franciele Rohor de Souza.

Dernière mise à jour : 28 octobre, 2022

Le champignon yarsagumba, dont le nom scientifique est Ophiocordyceps sinensis, est une espèce qui pousse en tant que parasite sur les larves de certains insectes. Il est originaire des régions montagneuses du Tibet et du Népal, mais a également acquis une popularité dans la médecine traditionnelle chinoise.

Selon la littérature populaire, il agit comme un stimulant sexuel. D’ailleurs, certains lui ont donné le nom de “viagra himalayen”, en référence à ses supposées propriétés aphrodisiaques. Mais que dit la recherche ? Quels sont les risques á prendre en compte ? Ci-dessous, nous répondons à ces questions et à d’autres.

Qu’est-ce que le champignon yarsagumba et quelles sont ses propriétés ?

Le champignon yarsagumba est un type de champignon entomoparasite, c’est-à-dire qu’il pousse sous forme de parasite sur certains insectes. On estime qu’il existe environ 400 espèces de ce type, mais Ophiocordyceps sinensis (anciennement appelé Cordyceps sinensis) est l’une des plus convoitées et aussi la plus étudiée à des fins cliniques.

Pour être plus précis, le champignon pousse sur une sorte de ver qui se momifie pendant l’hiver. Puis, après l’arrivée du printemps, la précieuse plante connue sous le nom populaire de “viagra himalayen” pousse.

Dans des pays comme le Népal, le Tibet, le Bhoutan ou l’Inde, des familles entières travaillent à la recherche et à la récolte de ce champignon pour survivre. L’inconvénient est que la surexploitation a généré des pénuries considérables.

Cette situation a conduit à un gonflement de son prix sans précédent. En Chine, par exemple, il y a ceux qui paient jusqu’à 100 000 euros pour 1 kilo de produit. On estime qu’il représente une source de revenus de près de 8 milliards d’euros par an.

Himalaya, où est né le yarsagumba.
La région himalayenne est une région d’alpinisme, de médecine traditionnelle et d’une riche culture.



Les propriétés du Yarsagumba

Une recherche scientifique complète publiée sur Pharmacognosy Reviews précise que le champignon yarsagumba a été utilisé comme immunomodulateur, anti-inflammatoire, antitumoral, antioxydant, antimicrobien et stimulant sexuel.

En particulier, il a été constaté que les suppléments dérivés de ce champignon augmentent le désir sexuel chez les hommes et les femmes, stimulent la production de testostérone, réduisent la malformation des spermatozoïdes et augmentent le nombre de spermatozoïdes mobiles.

Alors que les chercheurs notent l’importance de preuves plus directes, pour l’instant, les résultats suggèrent qu’Ophiocordyceps sinensis a un potentiel en tant que complément dans le traitement de la dysfonction sexuelle, en particulier chez les hommes.

La consommation de suppléments de champignons yarsagumba est également liée à de meilleures performances physiques. On pense qu’il augmente la production de la molécule adénosine triphosphate (ATP), qui est impliquée dans les mécanismes énergétiques des muscles.

Ces effets signifient non seulement de meilleures performances sportives, mais aussi au niveau sexuel. Dans tous les cas, des recherches plus concluantes sont nécessaires.

Autres utilisations possibles

  • Les recherches publiées sur Alternative Therapies In Health And Medicine suggèrent qu’Ophiocordyceps sinensis a des effets protecteurs contre le vieillissement prématuré. Cela est dû à sa teneur abondante en antioxydants, qui protégeraient contre le stress oxydatif et les dommages cellulaires.
  • En médecine traditionnelle chinoise, le champignon yarsagumba est considéré comme un antitumoral. Cependant, ce n’est pas un traitement contre le cancer. Pour l’instant, c’est un sujet d’étude. Les preuves suggèrent qu’il a un potentiel contre les cancers du poumon, du côlon, de la peau et du foie.
  • Certaines études postulent que cette espèce de champignon possède des propriétés antidiabétiques. Cependant, ce n’est pas un traitement de première intention pour le diabète. Les preuves indiquent qu’il aide à réguler la glycémie.

Sécurité et effets secondaires possibles du yarsagumba

Actuellement, il n’existe aucune étude sur l’innocuité du champignon yarsagumba chez l’homme. Son prix élevé et sa rareté limitent la recherche. Toutefois, sur la base de preuves anecdotiques, il semblerait qu’il soit bien toléré chez les adultes en bonne santé.

Étant difficile à acquérir à l’état naturel, une forme synthétique a été développée, appelée Cordyceps CS-4. Elle est considérée comme un médicament naturel, et est utilisée en milieu clinique, à des doses allant de 1 000 mg à 3 000 mg.

Dysfonction sexuelle.
Les problèmes de dysfonction sexuel sont toujours étudiés par les laboratoires. Trouver un médicament qui améliore cet aspect signifierait une percée pour toute entreprise pharmaceutique.



Que faut-il retenir ?

Le champignon yarsagumba est considéré comme le viagra de l’Himalaya, en raison de ses effets sur la santé sexuelle. Des études indiquent qu’il améliore la qualité du sperme et la libido. Toutefois, des preuves plus solides sont nécessaires.

La recherche a également déterminé d’autres effets de la supplémentation avec ce champignon, tels que la prévention du vieillissement prématuré, le contrôle de la glycémie élevée et du potentiel antitumoral. Mais du fait de sa rareté et de son coût élevé, les tests restent insuffisants.

À l’heure actuelle, l’accès aux suppléments de champignons – ou à la source naturelle – est une question de privilège. Son coût élevé le rend accessible à quelques-uns seulement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Que se passe-t-il si une femme prend du Viagra ? Bienfaits et risques
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Que se passe-t-il si une femme prend du Viagra ? Bienfaits et risques

Lorsqu'une femme prend du Viagra ®, il peut y avoir des avantages en matière d'excitation sexuelle et d'orgasme, mais tout n'est pas résolu.



  • Biswa, Vashkar & Ali, Raju & Pradhan, Durga & Boro, Nitisha & Baro, Tikendrajit & Das, Debajani & Subba, Robin & Das, Puja & Das, Sandeep. (2022). Molecular characterization, microscopic characteristics, and phylogenetic analysis of Ophiocordyceps sinensis from Sikkim, India.
  • Jiraungkoorskul K, Jiraungkoorskul W. Review of Naturopathy of Medical Mushroom, Ophiocordyceps Sinensis, in Sexual Dysfunction. Pharmacogn Rev. 2016 Jan-Jun;10(19):1-5. doi: 10.4103/0973-7847.176566. PMID: 27041868; PMCID: PMC4791983.
  • Nagata, Akira & Tajima, Taeko & Uchida, Masayuki. (2006). Supplemental anti-fatigue effects of Cordyceps sinensis (Tochu-Kaso) extract powder during three stepwise exercise of human. Japanese Journal of Physical Fitness and Sports Medicine. 55. S145-S152. 10.7600/jspfsm.55.S145.
  • Yamaguchi N, Yoshida J, Ren LJ, Chen H, Miyazawa Y, Fujii Y, Huang YX, Takamura S, Suzuki S, Koshimura S, et al. Augmentation of various immune reactivities of tumor-bearing hosts with an extract of Cordyceps sinensis. Biotherapy. 1990;2(3):199-205. doi: 10.1007/BF02173520. PMID: 2206772.
  • Lee HH, Lee S, Lee K, Shin YS, Kang H, Cho H. Anti-cancer effect of Cordyceps militaris in human colorectal carcinoma RKO cells via cell cycle arrest and mitochondrial apoptosis. Daru. 2015 Jul 4;23(1):35. doi: 10.1186/s40199-015-0117-6. PMID: 26141646; PMCID: PMC4491205.
  • Wu JY, Zhang QX, Leung PH. Inhibitory effects of ethyl acetate extract of Cordyceps sinensis mycelium on various cancer cells in culture and B16 melanoma in C57BL/6 mice. Phytomedicine. 2007 Jan;14(1):43-9. doi: 10.1016/j.phymed.2005.11.005. Epub 2006 Jan 19. PMID: 16423520.
  • Lo HC, Tu ST, Lin KC, Lin SC. The anti-hyperglycemic activity of the fruiting body of Cordyceps in diabetic rats induced by nicotinamide and streptozotocin. Life Sci. 2004 Apr 23;74(23):2897-908. doi: 10.1016/j.lfs.2003.11.003. PMID: 15050427.
  • Lin B, Li S. Cordyceps as an Herbal Drug. In: Benzie IFF, Wachtel-Galor S, editors. Herbal Medicine: Biomolecular and Clinical Aspects. 2nd edition. Boca Raton (FL): CRC Press/Taylor & Francis; 2011. Chapter 5. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK92758/