Clea Shearer bat le cancer : comment a-t-il été identifié et traité précocement ?

En 2021, la star de Netflix a ignoré un soupçon qui, un an plus tard, a transformé sa vie. Maintenant, Clea Shearer est en bonne santé et se concentre sur la promotion de la prévention du cancer.
Clea Shearer bat le cancer : comment a-t-il été identifié et traité précocement ?
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 16 décembre, 2022

Clea Shearer entame une nouvelle transition dans sa vie et une partie fondamentale de cette étape consiste à sensibiliser les femmes au diagnostic et au traitement opportun du cancer du sein. La star de Netflix est une survivante de la maladie, laquelle a été détectée un an après qu’elle a ignoré un signe.

7 mois se sont écoulés depuis que l’animatrice de The Home Edit a informé le public de son état et a commencé la bataille pour se libérer du cancer du sein. Son nouveau chemin impliquait des opérations, des médicaments oncologiques et des radiations.

Bien que la certitude d’un carcinome ait été une nouvelle dévastatrice, la présentatrice a décidé de prendre le contrôle.

Si je n’avais pas pris sur moi, je serais dans une situation complètement différente.

~ Clea Shearer's Instagram ~

Les soupçons de Clea Shearer se sont matérialisés par un diagnostic

Pendant l’été 2021, le corps de Clea Shearer a envoyé un premier signe, mais l’avertissement n’a pas fait son effet. L’animatrice n’y a pas vu une source d’angoisse ; de plus, il n’y avait aucune autre indication que quelque chose n’allait pas avec sa santé.

Fin février 2022, un auto-examen des seins a déclenché l’alarme pour la femme de 40 ans. Ce n’était plus 1, mais 2 morceaux qu’elle a comparé à un caillou. Pour écarter tout soupçon, elle en a discuté avec son médecin.

Une mammographie a d’abord été réalisée, puis une échographie. Le rapport échographique a renvoyé des images inquiétantes, conduisant à une triple biopsie en urgence. Tout s’est passé le même jour : le 8 mars, date à laquelle les tests ont confirmé que l’animatrice souffrait d’un cancer.



[/atomik -lu-aussi ]

Le cancer du sein est celui qui touche le plus les femmes

La croissance incontrôlée des cellules mammaires provoque le cancer du sein. C’est ainsi que l’explique l’American Cancer Society. La tumeur est palpable et visible au moyen d’une radiographie.

Il existe plusieurs types de tumeurs malignes dans les seins. Les carcinomes canalaires in situ (CCIS) et invasifs sont les types les plus courants.

Parmi les moins fréquents, figurent les angiosarcomes et les fibroadénomes géants. Le premier présente des nodules indolores de teinte violacée et le second est une tumeur à risque de nécrose et d’ulcération.

La bibliographie liée à la pathologie souligne que le cancer du sein occupe la deuxième position de létalité chez les femmes. De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) souligne que, d’ici 2020, le taux de décès associés à cette maladie a été réduit de 40 % dans certains pays.

Il y a encore beaucoup à faire !

Dans ce contexte, une campagne de l’OMS promeut la détection précoce, le diagnostic rapide et la prise en charge globale du cancer du sein. Le tout dans le but de réduire le taux annuel de décès de cette cause.

Mammographie pour le cancer du sein.
La mammographie périodique, selon les directives médicales, est une méthode efficace de détection précoce du cancer du sein.

Détection

C’est précisément la découverte précoce qui surmonte les ravages de la maladie. Bien que l’auto-examen n’ait pas prouvé son efficacité pour réduire la mortalité, il est répertorié comme une méthode de diagnostic souvent responsable de la première alerte.

La mammographie, l’échographie et la résonance magnétique sont répertoriées comme d’autres méthodes d’avis médical en matière de cancer.

Dans les contextes disposant de ressources suffisantes, l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) suggère de programmer un dépistage par mammographie tous les 2 ans. Pour les milieux dont les ressources limitent l’imagerie, l’examen clinique est une option. Les âges de début de ces consultations varient selon les consignes sanitaires de chaque pays.



[/atomik -lu-aussi ]

Facteurs de risque

Les masses mammaires ont tendance à être considérées comme normales, car la plupart sont bénignes et ne se propagent pas à l’extérieur des seins. Cependant, ces masses augmentent les risques de cancer.

Parmi les circonstances qui augmentent le risque, figurent l’âge, les antécédents familiaux, les mutations génétiques et d’autres pathologies antérieures des seins.

Le cancer du sein est plus fréquent chez les femmes, mais les hommes peuvent aussi en souffrir.

Des symptômes qui ne doivent pas passer inaperçus

L’absence d’antécédents familiaux et son âge ont fait croire à Shearer qu’un diagnostic de cancer du sein était impossible. Mais à partir de la détection, les symptômes étaient plus évidents.

Parmi les symptômes du cancer du sein, figurent les suivants :

  • Masses axillaires
  • Mammelon ombiliqué
  • Gonflement des bras
  • Sécrétions du mamelon
  • Épaississement ou bosses dans le sein
  • Rougeurs et trous dans la peau du sein
  • Croûtes et desquamation de l’aréole et de la peau du sein

Cependant, les médecins s’accordent à dire qu’il est possible que la patiente confonde les signaux, compte tenu des tumeurs bénignes des seins avant la ménopause.

Auto-examen des seins.
L’auto-examen des seins permet de détecter des irrégularités.



[/atomik -lu-aussi ]

Quel a été le traitement que Clea Shearer a suivi pour son cancer du sein ?

Un mois après la détection, Clea Shearer a subi une intervention chirurgicale de 9 heures au cours de laquelle une mastectomie bilatérale a été pratiquée. Une semaine plus tard, elle a de nouveau été admise au bloc opératoire pour une autre opération, car la peau commençait à se nécroser.

Vingt semaines de chimiothérapie avec Adriamycin ® et Paclitaxel ont suivi. Cela a été complété par 5 semaines de radiothérapie et d’hormonothérapie qui, ensemble, ont déclenché de puissants effets secondaires.

L’Institut national du cancer précise que ces réactions se produisent lorsque le traitement affecte des organes et des tissus sains. En règle générale, les patients ont tendance à éprouver ce qui suit :

  • Douleur
  • Fatigue
  • Anémie
  • Alopécie
  • Constipation
  • Manque d’appétit
Pendant le traitement, l’animatrice a souffert de la COVID-19.

Après la maladie, Clea Shearer est prête pour sa nouvelle vie

Clea Shearer a vaincu la maladie. Ce fut une année difficile et l’animatrice est consciente que le combat n’est pas terminé, qu’aujourd’hui plus que jamais elle doit être attentive aux signaux d’alerte.

Elle veut faire de son cas une expérience utile qui encourage les femmes à consacrer plus de temps à la santé. À cet égard, elle a lancé le Fonds de recherche sur le cancer du sein Clea Shearer, un organisme qui favorise le dépistage précoce grâce à des services accessibles.

Tout en faisant connaître sa campagne, Shearer prévoit de profiter de sa famille, de ses amis et de la nouvelle opportunité que la vie lui offre.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que la protonthérapie pour le cancer du sein ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Qu’est-ce que la protonthérapie pour le cancer du sein ?

La protonthérapie utilise un faisceau dirigé spécifiquement vers les cellules cancéreuses. C'est une option contre le cancer du sein.




Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.